La boutique des nouvelles musiques

Little Man on the Boat Colin Fisher, Jean Martin

Ce texte n’est pas disponible en français.

This studio recording deftly interlaces and frames the spontaneous improvisations of Toronto reeds/guitar multi-instrumentalist Colin Fisher and drummer/producer Jean Martin into extended and dynamic song forms with results that range from delicate to euphoric.

Little Man on the Boat

Colin Fisher, Jean Martin

La presse en parle

  • Nate Dorward, Paris Transatlantic, 12 décembre 2008
    The production is elaborate, constructing a serenely artificial world
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008
    Les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.
  • Richard Moule, Signal to Noise, no 50, 1 juin 2008
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 13:7, 1 avril 2008

On Barnyard

Nate Dorward, Paris Transatlantic, 12 décembre 2008

Martin seems to like duets, though the examples of the format on the label are about as different from each other as you could imagine. Little Man on the Boat, his collaboration with saxophonist/guitarist Colin Fisher, is a homemade brew of warped pop, rock, free jazz and ambient textures. The production is elaborate but small-scale, constructing a serenely artificial world out of layered instruments, loops, overdubs, and soft chorales of horns and voices; even a rock guitar solo here is oddly scaled-down, suggesting the comfortably self-enclosed pleasures of a child’s toy. The disc is often best when the materials are reduced to a bare minimum: the title track, for instance, is a gentle whirl of acoustic guitar and consoling horns; A Long Way from Beacon Hill blends hushed ambience, weightless keyboards, trumpet, and a guitar loop that splits apart like light across rippling water. “Cat Song” is especially barebones: hearttugging guitar chords issue at the slowest of drips while Martin’s brushes skim the surface of his cymbals; halfway through, a third element intrudes, hesitant whinnies from what sounds like a sax with a child’s kazoo stuck in its bell. Even the busier tracks avoid clutter: Koyaya, for instance, shows Martin’s deft producer’s touch, as he nibbles away at Fisher’s rubbery jazz-rock guitar solo with typewriter percussion, chilly organ chords, and pert horn sections that drop in erratically for just a note or two. As with a lot of Barnyard releases, it takes a few listens for the disc’s surface playfulness to wear off and the underlying seriousness and musical substance to come through.

The production is elaborate, constructing a serenely artificial world

Critiques de disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008

Est-ce circonstantiel ou serait-ce une orientation plus générale? Toujours est-il que les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.

Barnyard Records, à travers ces quatre enregistrements, s’inscrit un peu dans la lignée d’Ambiances Magnétiques par un éclectisme évident, non sans humour d’ailleurs, côtoyant aussi bien le rock (avec une approche évidemment déstructurée), le jazz et l’improvisation. Basé à Toronto, il est une émanation du batteur Jean Martin, qui émarge dans les trois premières références citées.

Barnyard Drama a tout du happening rock, dans lequel l’improvisation suit une ligne directrice assez concise, véhiculée par les entrelacs des deux guitares aux sons incandescents, elles-mêmes propulsées par la batterie de Jean Martin. L’un des deux guitaristes n’est autre que Bernard Falaise, souvent présent sur les enregistrements québécois. L’auditeur pense parfois aux délires d’Amon Düül (celui de Paradieswärstdüül ou de Collapsing) avec plus de rigueur, d’autant plus que la voix de Christine Duncan adopte aussi (en particulier sur Invisible) les intonations de Renate Knaup (référence cette fois-ci à Amon Düül II).

Si le duo de Jean Martin avec le saxophoniste Evan Shaw relève plutôt d’un jazz assez cool (c’est sans doute le sens du titre Piano Music sur un enregistrement dépourvu de notes issues d’un clavier) malgré un jeu de percussion assez atypique, celui que présente le batteur (ici usant d’autres instruments) avec Colin Fisher (saxophoniste lui aussi multi instrumentiste) s’inscrit davantage dans l’univers des musiques de traverses (pour reprendre un vocable des années 80) avec une variété d’approches, passant du bruitisme atmosphérique (et mélodieux) à une sorte de jazz rock électrifié, ou à des séquences hautement improvisées.

C’est à des improvisations plus nettement dissonantes et sans assise rythmique, que l’on pourrait presque qualifier d’intégristes, que s’attaquent la clarinettiste montréalaise Lori Freedman et le tromboniste de Toronto, Scott Thomson, mêlant, sauf dans l’une ou l’autre pièce en soliste, les effets peu conventionnels tirés de leurs instruments respectifs, en jouant aussi bien de leur timbre spécifique que des sonorités annexes qu’ils suscitent. Parfois sèches et âpres, celles-ci peuvent aussi ^tre empreintes d’humour, voire de tendresse.

Les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.