La boutique des nouvelles musiques

Piano Music Evan Shaw, Jean Martin

Top 1 Jazz, CISM FM Montréal

Ce texte n’est pas disponible en français.

Daring jazz-based improvisations by saxophone Evan Shaw and drummer Jean Martin. Each player’s hugely individual, energetic soloing and the uncanny interplay between them are underpinned by saxophone-section-like overdubs that demonstrate the orchestral conception in which this inimitable duo works.

Piano Music

Evan Shaw, Jean Martin

La presse en parle

  • Nate Dorward, Paris Transatlantic, 12 décembre 2008
    The CD is consistently excellent
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008
    Les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.
  • Richard Moule, Signal to Noise, no 50, 1 juin 2008
  • Grisli, Le son du grisli, 16 mai 2008
    L’improvisation pour toute réjouissance.
  • Marc Chénard, La Scena Musicale, no 13:7, 1 avril 2008

On Barnyard

Nate Dorward, Paris Transatlantic, 12 décembre 2008

Sax-drums duets can end up rather desiccated affairs through a lack of colour and the tendency towards shapeless duels, but Piano Music (Martin and alto saxophonist Evan Shaw) nicely evades all the cliches and limitations. Shaw is an interestingly varied player — on Sweeter than a plastic bag, for instance, you can hear him go from cool Osbyish obliquities to bebop in extremis, running through ideas so profligately it suggests either inspiration or desperation; Martin presses him forcefully, often matching his phrasing exactly, and clouds of out-of-tune chords (melodica, perhaps?) add an air of shadowy enchantment. As the punning title suggests, this is music that (without being particularly minimalist) finds a lot of shadings within a minimal palette, and Shaw is especially good at a kind of abraded purity, in which uncertain whispers or murmurs become a kind of melody. On A strong glue is not necessary his playing is so pared-down it’s like a Konitz ballad with four bars of rest between phrases--a space occupied by Martin’s terrific brushwork and a growing array of electronic squiggles and overdubs--until in the final moments Shaw’s playing fragments, then trails off into computery bleeps. A brief spoken-word cut-up listing Chinese delicacies is skippable, but the rest of the CD is consistently excellent, from the stunning long-form improv Rattlebag Jimmy to the cover of (wait for it…) the Shaggs’ Philosophy of the World.

The CD is consistently excellent

Critiques de disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 77, 1 septembre 2008

Est-ce circonstantiel ou serait-ce une orientation plus générale? Toujours est-il que les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.

Barnyard Records, à travers ces quatre enregistrements, s’inscrit un peu dans la lignée d’Ambiances Magnétiques par un éclectisme évident, non sans humour d’ailleurs, côtoyant aussi bien le rock (avec une approche évidemment déstructurée), le jazz et l’improvisation. Basé à Toronto, il est une émanation du batteur Jean Martin, qui émarge dans les trois premières références citées.

Barnyard Drama a tout du happening rock, dans lequel l’improvisation suit une ligne directrice assez concise, véhiculée par les entrelacs des deux guitares aux sons incandescents, elles-mêmes propulsées par la batterie de Jean Martin. L’un des deux guitaristes n’est autre que Bernard Falaise, souvent présent sur les enregistrements québécois. L’auditeur pense parfois aux délires d’Amon Düül (celui de Paradieswärstdüül ou de Collapsing) avec plus de rigueur, d’autant plus que la voix de Christine Duncan adopte aussi (en particulier sur Invisible) les intonations de Renate Knaup (référence cette fois-ci à Amon Düül II).

Si le duo de Jean Martin avec le saxophoniste Evan Shaw relève plutôt d’un jazz assez cool (c’est sans doute le sens du titre Piano Music sur un enregistrement dépourvu de notes issues d’un clavier) malgré un jeu de percussion assez atypique, celui que présente le batteur (ici usant d’autres instruments) avec Colin Fisher (saxophoniste lui aussi multi instrumentiste) s’inscrit davantage dans l’univers des musiques de traverses (pour reprendre un vocable des années 80) avec une variété d’approches, passant du bruitisme atmosphérique (et mélodieux) à une sorte de jazz rock électrifié, ou à des séquences hautement improvisées.

C’est à des improvisations plus nettement dissonantes et sans assise rythmique, que l’on pourrait presque qualifier d’intégristes, que s’attaquent la clarinettiste montréalaise Lori Freedman et le tromboniste de Toronto, Scott Thomson, mêlant, sauf dans l’une ou l’autre pièce en soliste, les effets peu conventionnels tirés de leurs instruments respectifs, en jouant aussi bien de leur timbre spécifique que des sonorités annexes qu’ils suscitent. Parfois sèches et âpres, celles-ci peuvent aussi ^tre empreintes d’humour, voire de tendresse.

Les nouveaux labels canadiens semblent relativement ouverts et non dévolus à quelques formes musicales très précises, à la manière de nombreux petits producteurs européens.

Critique

Grisli, Le son du grisli, 16 mai 2008

En jeunes ayant des choses à dire, Evan Shaw (saxophones) et Jean Martin (batterie) peuvent se permettre d’improviser jusqu’à faire naître Piano Music: titre à la frondeur facile pour disque rempli d’épreuves persuasives.

Bien sûr, Shaw ne peut cacher longtemps ses influences (Ornette Coleman, Dewey Redman) et Martin rappelle de ses airs secs un peu de John Stevens, mais le duo parvient à faire oublier les références au gré d’illuminations bienvenues: alto straight contre soprano en dérive, répétitions amusées, faux-airs contemplatifs ou, partout ailleurs, extraits indélicats de frénésie brute. L’improvisation pour toute réjouissance.

L’improvisation pour toute réjouissance.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.