La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes!50%30%15% de rabais Cliquez pour voir

Le parfum des femmes — Das Perfüme der Frauen Chantal Dumas

Ce cycle de nouvelles sonores a été conçu au cours d’un long séjour en Europe de Chantal Dumas. Autrement, l’idée ne lui serait jamais venue de traiter de migration. Il faut être au milieu des choses, les éprouver pour y devenir sensible. Dans Le parfum des femmes, premier album solo de Chantal Dumas, le dire prend corps dans la perception. Le son contient de nombreuses informations qui renseignent l’auditeur sur le temps, l’action, les lieux. À vrai dire, il suggère des images que l’auditeur est libre d’interpréter et de s’approprier. Les mots ont toujours préséance, mais dans ces pièces le sens circule entre les paysages sonores, la musique et le texte. C’est dans un aller-retour entre ces diverses trames narratives que l’histoire se raconte.

Le parfum des femmes a remporté le 1er prix au Concours international de musique électroacoustique EAR’97 de la radio hongroise (Budapest, Hongrie) ainsi que le 1er prix au Concours international de création radiophonique de Phonurgia Nova (France) en 1997.

  • OHM / Avatar
  • AVTR 011 / 2000
  • UPC/EAN 771028211128
  • Durée totale: 66:58

Le parfum des femmes — Das Perfüme der Frauen

Trois nouvelles sonores sur le thème de la migration — Drei Tonaufzeichnungen über das Thema der Migration

Chantal Dumas

Joëlle Léandre, Shelley Hirsch, Silvia Ocougne

  • CD
    AVTR 011
    16,95 CAD
    US+3,00+4,00
    Rupture de stock temporaire

La presse en parle

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 49, 1 septembre 2001

Parfum de femmes… Ce titre est trompeur, d’une certaine manière. En effet, le thème commun des trois pièces radiophoniques de ce recueil a trait plus particulièrement aux migrations. Migrations d’hier et d’aujourd’hui. Migrations qui ont façonné le monde contemporain. Migrations à travers l’Atlantique, au Nord, au Sud, aux Açores, avec leurs aspects techniques, les escales, les bruits des vagues, bien sûr, mais aussi leurs mythes.

Migrations présentes aussi, mais plus encadrées, moins libres, avec la tentation des pays développés de limiter celles des pays du Sud.

Parfum de femmes … Cette aventure humaine qu’est le déracinement est ici analysée par une femme et transcrite dans un espace sonore grâce à la participation d’autres femmes. Silvia Ocougne (avec 13th Tribe), Shelley Hirsch, Joëlle Léandre…

Chantal Dumas réussit, à travers ces trois nouvelles sonores, à cerner une réalité qui est à la fois un des aspects les plus prégnants de nos civilisations contemporaines et une expérience personnelle des plus profondes. Elle nous invite tout à la fois au voyage et à la réflexion. C’est peut-être cette double invitation qui constitue le «parfum des femmes».

… un des aspects les plus prégnants de nos civilisations contemporaines et une expérience personnelle des plus profondes.

Critique

Philippe Robert, Vibrations, 1 juin 2001

Que ce soit sous forme de chansons,de performances ou de travail sur la tessiture, du côté des musiques expérimentales comme ailleurs, on n’oublie jamais de célébrer les plus ancien des instruments, la voix. Artiste audio formée à l’école de la création radiophonique la Canadienne Chantal Dumas s’intéresse au sonore et à ses possibilités narratives. Sur Le parfum des femmes, le son et le dire sont aussi importants, le premier suggérant des images propices à l’expression du second. Trois contes développés autour du thème de la migration rendent compte de l’expérience de l’auteur, portés par des paysages en formes de cartes postales sonores savamment fouillées par trois improvisatrices hors-pairs: la chanteuse Shelley Hirsch, la bassiste Joëlle Léandre la guitariste Silvia Ocougne.

Soundcheck Review

Andy Hamilton, The Wire, no 206, 1 avril 2001

A prize-winning trilogy of narrative pieces produced for German radio during 1996-97, and inspired in part by the improvising shills of panticipating musicians. All three stories articulate the experience of migration, with various voices woven through a mix of instrumental sound and environmental recordings. Silvia Ocougne’s guitar and voice ebb and flow with the rhythms of waves and wind, the mewing of gulls, sea traffic and whales calling. The multiple voices of Shelley Hirsch roam amongst nomads while children play hide and seek. The psychological contusions encountered at checkpoints and on border crossings are mirrored in Joëlle Leandre’s double bass. Compelling work, finely conceived and sensitively realised.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.