La boutique des nouvelles musiques

Pandore Jocelyn Robert

Ce coffret comprend les articles suivants:

Cette musique très intellectuelle plaira aux amateurs et intéressera sûrement les néophytes. SOCAN, Paroles & Musique, Canada

… imaginaire sonore assez touffu… Voir, Québec

Depuis une vingtaine d’années, l’œuvre de l’artiste québécois Jocelyn Robert se déploie dans toutes les directions, telles les branches d’un arbre, et souvent grâce à des collaborations. Pandore, le premier disque de l’artiste sur Ambiances Magnétiques, revêt une importance tout à fait particulière: ce coffret reflète justement la diversité de son univers sonore. Il témoigne donc à la fois du travail solo de Jocelyn Robert et de l’apport considérable des artistes qui ont collaboré avec lui.

SoukSouk, 6 Drawers 4 Spoons avec Éric Gagnon (AM 140): deux musiciens se rencontrent en studio, s’interpellent et construisent des atmosphères au fur et à mesure que la complicité s’installe. Ce disque est marqué de séquences musicales très distinctes. Les deux musiciens proposent un alliage numérique et acoustique: ils jouent de douces mélodies à la guitare; créent au niveau du montage et des effets; manipulent des voix et des échantillons sonores urbains.

Slow Sparks from the Split-Voiced Buddha (AM 141): solo à partir de sons ambiants que l’artiste a lui-même enregistrés à Lhassa, au Tibet. Cette pièce électroacoustique de 40 minutes entrelacent de longues notes soutenues.

Les scaphandres avec Laetitia Sonami (AM 142): il s’agit ici d’un travail autour d’un texte considéré comme objet numérique et non plus comme langage écrit. On nous livre ici une musique bruitiste bien dense, rigoureuse, aux pulsations sonores violentes.

24 exercices de parallaxe avec Louis Ouellet (AM 143): exploration des règles de la composition musicale et confrontation de celle-ci à la programmation informatique. Les artistes offrent une esthétique classique avec de courtes pièces au piano. Les deux artistes ont programmé le logiciel pour le piano Disklavier.

Robert nous propose ici quatre disques complètement différents, lesquels, réunis, esquissent l’arbre sonore qui pousse dans son oreille.

Pandore

Jocelyn Robert

Louis Ouellet, Laetitia Sonami, SoukSouk

La presse en parle

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 68, 1 juin 2006

Belle gageure d’éditer sous forme de coffret 4 CD quatre réalisations différentes de Jocelyn Robert. Chaque CD aurait en effet pu faire l’objet d’une parution à part (sans doute envisagée, dans la mesure où chacune d’elles a un numéro de catalogue propre?). Histoire de sauter pleinement dans l’univers sonore d’un musicien aux ramifications diverses? En effet, les quatre œuvres sont plus ou moins représentatives du travail personnel du compositeur québécois, et de quelques-uns de ses partenaires. Ainsi, par exemple, 24 exercices de parallaxe poursuit l’exploration de certains paramètres du jeu pianistique commencée avec Le Piano flou et Les scaphandres renvoient au Crachecophage, déjà en association avec Laetitia Sonami. Avec 6 Drawers 4 Spoons Souk Souk, la collaboration avec Éric Gagnon, conduit à trois séquences quelque peu hybrides, au croisement du paysage sonore, de l’électronique et de l’échantillonnage, mais dont le fil conducteur pourrait être la guitare: des sons de rues animées sont ainsi peu à peu absorbés par le jeu entrecroisé de deux guitares, des trépidations électroniques parcourues de délicats arpèges… Une mise en sons délicate et séduisante.

Slow Sparks from the Split-Voiced Buddha, seule œuvre soliste du coffret, s’inspire de chants tibétains numérisés et traités sous la forme d’un long drone, laissant toutefois subsister au début et à la fin les voix d’origine comme pour en identifier le propos.

Alors que Le Piano flou était basé sur des logiciels conçus pour repérer et amplifier erreurs et hésitations du jeu pianistique, les 24 exercices de parallaxe utilisent des logiciels qui transforment des données sonores diverses et aléatoires en notes de piano ordonnées dont Jocelyn Robert et Louis Ouellet paramètrent mode, durée, vélocité, etc. Le résultat se rapproche des expériences de Conlon Nancarrow avec ses Études pour piano mécanique, le côté aléatoire en plus.

Avec Les scaphandres, Jocelyn Robert et Laetitia Sonami associent sons et traitements divers, offrant à nos oreilles six pièces bruitistes parcourues de pulsations, sifflements, stridences électriques issus d’un texte abordé en tant qu’objet numérique.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 527, 23 mai 2006

Robert is a sound artist from Quebec. Originally working as an architect he changed to music in the 80s. First results were released by the label of Chris Cutler, ReR Records. In the 90s he founded with Christof Migone the Avatar collective, a center for soundart in Quebec. Now Ambiances Magnétiques creates a new opportunity for learning more about his work. The box contains four different and extensive works. The set starts with 6 Drawers, 4 Spoons (Souk Souk). This work starts with environmental sounds, followed by gentle guitar-playing by Robert and Éric Gagnon, treated orchestral sounds, ethnic recordings, speeded up noisy rock, etc. At the end the guitar-playing returns. CD two has a forty minute piece called Slow Sparks from the Split-Voiced Buddha. It begins and ends with a field recording of traditional singing by workers in Lhasa to and in between we hear what the title indicates ‘slow sparks from the split-voiced buddha’, in other words long sustained notes and drones that are derived from the field-recordings. Les scaphandres which fills up the third CD is another 40 minute piece divided in 6 parts worked out Robert and Laetitia Sonami. Part one starts with very harsh noises. It deals with a text, but not approached as written language, but as a numerical object. On CD four Robert cooperates with Louis Ouellet in ‘24 exercises de parallaxe’. 24 variations all of almost the same length for piano mécanique. Composition and computer programming make up the constitutive elements of this work. Of all four works this is the most ‘musical’ one in the traditional sense of the word. No doubt a release of this format, offers a representative introduction to the work of Robert.

Critique

Gabriel Bélanger, SOCAN, Paroles & Musique, 1 mars 2006

Jocelyn robert nous présente un coffret de quatre disques qui témoigne bien de la complexité de l’univers sonore qui l’habite. Très différents les uns des autres, ces albums nous font découvrir plusieurs facettes de l’esthétique très originale de ce magicien du son et de ses amis Louis Ouellet, Éric Gagnon et Laetitia Sonami. Les atmosphères sont parfois calmantes, parfois dérangeantes. Cette musique très intellectuelle plaira aux amateurs et intéressera sûrement les néophytes. Un univers complexe dont la découverte demande cependant une écoute soutenue.

Cette musique très intellectuelle plaira aux amateurs et intéressera sûrement les néophytes.

Pour oreilles aventurières

Réjean Beaucage, Voir, 22 décembre 2005

Artiste audio, performeur et "installateur", Jocelyn Robert a un imaginaire sonore assez touffu et les quatre disques réunis ici en font une belle démonstration. Traficotages électroacoustiques sur le disque du duo SoukSouk (avec Éric Gagnon), duos de piano aléatoires et virtuels sur 24 exercices de parallaxe (avec Louis Ouellet), explorations bruitistes sur Les scaphandres (avec Laetitia Sonami) ou ethnomusicologie du troisième type sur Slow Sparks from the Split-Voiced Buddha (en solo), le moins que l’on puisse dire est que les ambiances sont variées!

… imaginaire sonore assez touffu…

Arts visuels, Les nouveautés de Jocelyn Robert

Nathalie Côté, Voir Québec, 8 décembre 2005

Jocelyn Robert lançait récemment le livre In memoriam Joseph Grand et Pandore, un coffret de quatre disques réalisés avec différents collaborateurs. Artiste prolifique, Jocelyn Robert est un catalyseur autour duquel gravite beaucoup d’artistes: en vidéo, en installation et en art audio. Pourquoi un livre maintenant? «C’est un wagon de plus qui fait partie du même train», répondra Robert en nous offrant ce livre qui se lit et ces disques qui s’écoutent. La guitare dans les pièces avec Souk Souk et Éric Gagnon donne envie d’écouter O’Rourke; dans 24 Exercices de parallaxe avec Louis Ouellet, le piano évoque parfois Érik Satie; il faudra écouter de nouveau le chant des travailleurs à Lhassa au Tibet: la bande sonore de Jocelyn Robert en solo. Les disques comme le livre font bel et bien partie de cet ensemble dont un des moteurs est la répétition jusqu’à l’apparition de structures et autres mises à distance savantes, au demeurant intelligibles et poétiques. Le travail de création de Jocelyn Robert est sans patrie ni frontières, à l’instar de celui de bien des artistes, de Jean Cocteau à Michael Snow. Notez qu’on pourra voir la plus récente installation de Jocelyn Robert réalisée en collaboration avec Émile Morin en février prochain lors du Mois Multi.

Le travail de création de Jocelyn Robert est sans patrie ni frontières, à l’instar de celui de bien des artistes, de Jean Cocteau à Michael Snow.

Review

François Couture, AllMusic, 1 décembre 2005

Jocelyn Robert had been very quiet during the first half of the 2000’s, but it seems that Pandore is designed to help us catch up. This 4-CD box set offers four individually-packaged, stand-alone albums featuring four very different projects. Disc 1 is titled 6 Drawers 4 Spoons and credited to SoukSouk, Robert’s duo with Éric Gagnon. This album is more vibrant, vital and "musical" than the other three. Through three lengthy pieces, Robert and Gagnon combine myriads of sound sources, from acoustic guitar to street recordings and electronics, to develop an alluring form of cinema for the ear that (mostly due to the guitar parts) strongly evokes Giuseppe Ielasi’s works. Disc 2 is a solo Robert work, Slow Sparks from the Split-Voiced Buddha. The single 40-minute piece is based on field recordings of workers’ songs in Lhassa, Tibet. These songs appear untouched at the beginning and end of the work. Elsewhere, they are heavily treated into long, sinuous drones. The result has a cold esthetical beauty to it, but it doesn’t sustain the listener’s interest all the way through. Disc 3, Les Scaphandres is Robert’s second collaboration on record with Laetitia Sonami, following 1999’s Le Crachecophage. Here, the duo dives straight into noise art, each one of the six pieces exploring extreme electroacoustics (rather than full-force blows a la Merzbow). The final album, 24 exercices de parallaxe, features a collaboration with Louis Ouellet. It consists of a series of 24 short pieces generated randomly by a Disklavier interface (a Yamaha piano retrofitted with a computer controlling a piano-player mechanism) from software programmed by Robert and Ouellet. The 24 two-minute pieces are surprisingly pretty. They keep the listener in a state of expectation, balancing chaos and order in a way reminiscent of Koji Asano’s piano pieces. Considering the price of admission, this box set is not for the newcomer. Start off with La Théorie des Nerfs Creux, 20 Moments Blancs Lents and Canned Gods. Then, if Robert’s musical concepts intrigue you, save up for this eclectic Pandora’s box.

Blogue

  • On January 30, 1990, empreintes DIGITALes began its public activities with the launch of its very first CD (by composer Christian Calon). Twelve years later, we start this new year with 65 titles in our catalog, 76 composers on our label an…

    vendredi 2 décembre 2005 / Nouveautés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.