La boutique des nouvelles musiques

Danse à l’Anvers Trio Derome Guilbeault Tanguay

Cet article est aussi inclus dans le coffret 2004-2012 (AM 906).

Le premier disque du Trio présentait uniquement les compositions de Jean Derome; leur deuxième, The Feeling of Jazz, une relecture de grandes compositions pigées dans toute l’histoire du jazz. Cette troisième parution, Danse à l’Anvers réunit les deux approches: 5 compositions de Jean Derome et 6 standards incluant: une pièce de Duke Ellington, Billy Strayhorn, Roland Kirk, Misha Mengelberg et deux de Eric Dolphy.

Cet album peut être téléchargé et/ou écouté sur le site trioderomeguibeaulttanguay.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Danse à l’Anvers

Trio Derome Guilbeault Tanguay

Jean Derome, Normand Guilbeault, Pierre Tanguay

La presse en parle

  • Stuart Broomer, The WholeNote, no 17:9, 1 juin 2012
    Guilbeault and Tanguay are forceful, inventive presences, creating waves of energy as well as distinguished solos.
  • Luc Bouquet, Le son du grisli, 20 avril 2012
    Oui, le jazz passe, aujourd’hui, un petit peu du côté de Jean Derome et de ses amis. L’alto est aiguisé, la contrebasse n’est pas d’appoint mais de rigueur et d’inspiration, la batterie foudroie le swing et extraie de la matrice rythmique mille infinis.
  • Enrico Bettinello, Blow Up, no 160, 1 septembre 2011
  • Dolf Mulder, Vital, no 795, 29 août 2011
    Just beautiful.
  • Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, no 16:9, 1 juin 2011
    … on cherchera en vain d’autres musiciens au Québec pratiquant cet art avec autant de verve et si peu de complexes, évitant à la fois le pastiche désolant ou l’hommage par trop révérencieux.
  • François Couture, Monsieur Délire, 11 avril 2011
    C’est dans ce projet que Jean Derome épanche le plus son mélodisme, ce qui fait de Danse à l’Anvers un disque convivial, facile d’approche et séduisant pour tout amateur de jazz ayant un minimum d’ouverture d’esprit.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 9 avril 2011
    Jean Derome, saxophoniste, compositeur, artiste qui mérite le triple AAA de Moody’s et compagnie.
  • François Dunlop, CISM, 4 avril 2011
    Il n’apparaît qu’en temps de grandes tempêtes hivernales. Avec ses pantoufles fatiguées, sa robe de chambre ténue et son haleine de scotch renouvelée, il incarne le réconfort originel. Seul. Affamé. Salace. Il connait «les grands besoins».

Review

Stuart Broomer, The WholeNote, no 17:9, 1 juin 2012
Guilbeault and Tanguay are forceful, inventive presences, creating waves of energy as well as distinguished solos.

Critique

Luc Bouquet, Le son du grisli, 20 avril 2012

Ce n’est pas pour rien que le Trio Derome Guilbeault Tanguay réinitialise quelques-uns des thèmes de Kirk ou Dolphy. Comme ces deux derniers, isolés et incompris de la jazzosphère en leur temps, Jean Derome, Normand Guilbeault et Pierre Tanguay ne trouvent guère d’admirateurs, aujourd’hui, pour louer leur jazz vif et tranchant. Un jazz décalé, hors mode (les thèmes composés pour le baryton ne sont pas sans évoquer un autre outlaw du jazz: Charles Tyler) et puisant dans la périphérie ses ressorts harmoniques.

En ce sens, à mille lieux des tristes poseurs faisant les choux gras de la presse spécialisée officielle. Oui, le jazz passe, aujourd’hui, un petit peu du côté de Jean Derome et de ses amis. L’alto est aiguisé, la contrebasse n’est pas d’appoint mais de rigueur et d’inspiration, la batterie foudroie le swing et extraie de la matrice rythmique mille infinis. L’aventure continue pour le Trio Derome Guilbeaut Tanguay. Puissent-ils, enfin, être entendus.

Oui, le jazz passe, aujourd’hui, un petit peu du côté de Jean Derome et de ses amis. L’alto est aiguisé, la contrebasse n’est pas d’appoint mais de rigueur et d’inspiration, la batterie foudroie le swing et extraie de la matrice rythmique mille infinis.

Recensione

Enrico Bettinello, Blow Up, no 160, 1 septembre 2011

Non c’è volta che io ascolti un disco del trio composto da Jean Derome [ance], Normand Guilbealult [contrabbasso] e Pierre Tanguay [batteria] e non lo trovi men che eccellente. Stanno in Canada i tre — attivissimi sulla scena del Quebec — ma se solo fossero di downtown New York ci potete scommettere la testa che i festival se li contenderebbero. Ma tant’è e accontentiamoci di questo Danse à l’Anvers, spettacolare accostamento di temi di Derome con classici di Ellington, Dolphy e Mengelberg tra gli altri. Energia, tiro, ironia, fantasia e intelligenza improvvisativa fanno di questo disco un lavoro da ascoltare in heavy rotation. (8)

Review

Dolf Mulder, Vital, no 795, 29 août 2011

These four new releases from Ambiances Magnetiques and the Malasartes sub label introduce works from relatively new as well as well-known musicians. The CDs of Vertical Squirrels and Irem Bekter satisfied me most. But not only because their names are new to me. Vertical Squirrels is a quartet consisting of Ajay Heble (piano, melodica, percussion), Daniel Fischlin (guitars, effects, percussion, flute, provencale), Lewis Melville (bass, baritone, banjo bass, percussion, radio frequencies, grand organ) and Rob Wallace (drums, percussion, vocals). They are on the road since 2008. All four gathered lots of experience in all corners. Combined in this line up this proves to be a fruitful combination. Very diverse, and fresh music is the result. All pieces originate from collective improvisations but are very diverse, with a fine sense of humor. The cd opens with a grooving piece Spunk in your Funk which is great fun. In contrast the next piece is a very open improvisation abstracting from beat, rhythm, etc. Also the pieces that follow are free exercises of somehow rock-based improvisations. Danse des araignées mécaniques opens with a fine solo by Heble on what seems a self-prepared piano. La mnémologie / Amnesiaville is a delicious free rock jam. Pierre Labbé also incorporates many influences in his new work. He tries the bigband-format for his new cd. For this ambitious project Labbé composed a suite of contemporary music and avant-jazz and rock, performed by a 13-piece big band, in a way that reminds me sometimes of the belgian Flat Earth Society. Labbé is known for his work with Les Projectionnistes, L’Orkestre des pas perdus and Papa Boa, a band who sadly made only one cd. Also under his own name you can find some releases. The opening track plays with bluesy and funky motives. Further on Labbé touches on many other styles and idioms. Although I often enjoy a playful style of composing and arranging as Labbé is practicing here, this time it failed to impress me. That brings us to another one from the trio Derome-Guilbeault-Tanguay. Their first release contained music composed by Derome only. The second one contained old standards for the most part. On their new one we have a balance between standards and compositions by Derome. Besides five compositions from Derome, they interpret compositions by jazz giants as Ellington, Kirk, Dolphy, Strayhorn and Mengelberg. So it’s an exercise as we have heard earlier form this trio. Another celebration of their love for jazz. It will surely appeal to those we are into jazz. Ah yes, it has Derome singing in one track, I’m Checking Ou’t, good bye. Singing in all tracks, is what Irem Bekter is doing on her Primero by the Irem Bekter Quintet. Singer, dancer and actress Bekter was born in Istanbul and grew up in England. She feels very attracted to Argentine folklore, especially the “zapateo” (Argentinian podorythmy) and folk dances. Since 2003, Montréal is the place to be for her. With Montréal-based musicians she started to explore traditional Argentine folklore fruitfully combined with classical and jazzy influences. First results are reflected on this CD. Just beautiful.

Just beautiful.

Critique

Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, no 16:9, 1 juin 2011
… on cherchera en vain d’autres musiciens au Québec pratiquant cet art avec autant de verve et si peu de complexes, évitant à la fois le pastiche désolant ou l’hommage par trop révérencieux.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 11 avril 2011

Le trio formé par Jean Derome (saxo), Normand Guilbeault (contrebasse) et Pierre Tanguay (batterie) est de retour avec, cette fois, un album studio fait de compositions originales (de Derome) et de standards (Ellington, Kirk, Dolphy, Strayhorn et Mengelberg). C’est dans ce projet que Jean Derome épanche le plus son mélodisme, ce qui fait de Danse à l’Anvers un disque convivial, facile d’approche et séduisant pour tout amateur de jazz ayant un minimum d’ouverture d’esprit. Les compos de Derome sont vraiment bien tournées, particulièrement Half-Way House et la pièce titre. Le Rip, Rig and Panic de Rahsaan Roland Kirk est splendidement fébrile et le Poor Wheel de Mengelberg soigneusement confus.

C’est dans ce projet que Jean Derome épanche le plus son mélodisme, ce qui fait de Danse à l’Anvers un disque convivial, facile d’approche et séduisant pour tout amateur de jazz ayant un minimum d’ouverture d’esprit.

Jazz — Franz Kafka, Evan Parker et Jean Derome

Serge Truffaut, Le Devoir, 9 avril 2011

Trois nouvelles écrites par Franz Kafka, les trois dernières pour être exact, les déchirements sonores du saxophoniste britannique Evan Parker, réputé pour être un des meilleurs improvisateurs de la planète Terre, un nouvel album en trio qui s’avère la contradiction de la petite œuvre et un dénominateur commun tout en chair: Jean Derome, saxophoniste, compositeur, artiste qui mérite le triple AAA de Moody’s et compagnie.

Jean Derome, saxophoniste, compositeur, artiste qui mérite le triple AAA de Moody’s et compagnie.

Le vieil amant

François Dunlop, CISM, 4 avril 2011

Il n’apparaît qu’en temps de grandes tempêtes hivernales. Avec ses pantoufles fatiguées, sa robe de chambre ténue et son haleine de scotch renouvelée, il incarne le réconfort originel. Seul. Affamé. Salace. Il connait «les grands besoins». Le vieil amant s’installe. L’occasion semble profitable.

Voilà peut-être ce qui explique le retour inopiné du trio de Jean Derome, Normand Guilbeault et Pierre Tanguay. Ce nouvel album se veut un hybride entre leur The Feeling of Jazz (Ambiances Magnétiques, 2005) et 10 compositions (Ambiances Magnétiques, 2004): six «standards» et cinq compositions de maître Derome. Une suite réussie déjà annoncée par leur performance sur le concert-DVD Étymologie (Ambiances, Magnétiques, 2007). Alors que les pièces de Derome se dénotent par une certaine poigne, celles des Roland Kirk, Dolphy et Ellington taquinent par leurs coulées dignes des plus grandes rivières écossaises.

Danse à l’Anvers ne réinvente rien, mais tout comme ce vieil amant, il nous rappelle qu’on ne se lasse jamais des «plaisirs familiers».

Il n’apparaît qu’en temps de grandes tempêtes hivernales. Avec ses pantoufles fatiguées, sa robe de chambre ténue et son haleine de scotch renouvelée, il incarne le réconfort originel. Seul. Affamé. Salace. Il connait «les grands besoins».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.