La boutique des nouvelles musiques

Tremblement de fer Pierre Labbé

L’écriture de Labbé allie les textures du big band, aux grooves contagieux, la chaleur des cordes à la distorsion des guitares, et les mélodies les plus chantantes aux improvisations déchaînées. Tremblement de fer, commande de L’Off Festival de jazz de Montréal, a été créée le 18 juin 2009 au hangar 16 du Vieux-Port de Montréal dans le cadre du concert d’ouverture célébrant la 10e édition du festival. Enregistré en juin 2010 dans une version réarrangée pour 13 musiciens, l’album Tremblement de fer propose un mélange atypique entre musique classique-contemporaine et jazz actuel. L’instrumentation non-conventionnelle, comprenant un quatuor à cordes, des bois, cuivres, instruments électriques et section rythmique est à l’image de cette préoccupation compositionnelle. L’œuvre est dirigée par le compositeur à partir d’un système de «cues» visuels et signes en temps réel qui déterminent différentes consignes organisationnelles. Tremblement de fer se présente comme une suite de 7 pièces souvent contrastées et résolument actuelles.

«J’entends trouble. Comme on voit double, j’entends double et même triple. Ma musique emprunte souvent les chemins de traverse, elle est non-linéaire, iconoclastre et sauvage. Elle propose la cohabitation, la superposition, la fusion d’un ensemble de possibles. Résolument plurielle. Je ne suis pourtant pas un «décompositeur». Le casse-tête est devant moi, toujours plus fragmenté. Je cherche, encore et toujours, à trouver le sens, celui qui s’impose telle une évidence. Musique habitée, voire obsédée par les contraires. À la fois complètement organique et spirituelle (est-ce contraire?). J’entends trouble, double, voire quadruple.» — PL

Pierre Labbé, composition, direction; André Leroux, saxophone ténor, saxophone soprano, clarinette basse; Jean Derome, saxophone alto, saxophone baryton, flûte traversière, flûte basse; Aaron Doyle, trompette; Jean-Nicolas Trottier, trombone; Josianne Laberge, violon; Mélanie de Bonville, violon; Jean René, alto; Émilie Girard-Charest, violoncelle; Bernard Falaise, guitare électrique; Guillaume Dostaler, piano électrique; Clinton Ryder, contrebasse; Pierre Tanguay, batterie, derbuka

Tremblement de fer

Pierre Labbé

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, 1 juin 2012
    Une œuvre marquante.
  • Enrico Bettinello, Blow Up, no 160, 1 septembre 2011
  • Dolf Mulder, Vital, no 795, 29 août 2011
    Just beautiful.
  • Andrew Choate, Signal to Noise, no 62, 1 juillet 2011
    Fléchettes features a single 44-minute duo performance.
  • Ken Waxman, The WholeNote, no 16:9, 5 juin 2011
    More than 60 years after the big band era, improvising musicians still organize large ensembles to take advantage of its wider scope and range of colors.
  • Alan Ranta, Exclaim!, 3 mai 2011
    This is intriguing stuff from an obviously talented composer.
  • Luc Bouquet, Le son du grisli, 26 avril 2011
    Admirables moments que ces antinomies joliment animées et parfaitement assumées.
  • Lorraine Soliman, Jazz Magazine, 1 janvier 2011
    Un modèle de plasticité et de sens de la narration.
  • Stanley Péan, Radio-Canada: Espace Jazz, 15 novembre 2010
    Richter, sur son échelle, n’a qu’à bien se tenir!
  • Alain Brunet, La Presse, 13 novembre 2010
    De mémorables secousses y ont frappé l’imaginaire, c’est le moins qu’on puisse dire.
  • Sylvain M Richard, La Scena Musicale, no 16:3, 1 novembre 2010
    Overall an adventurous CD that will, no matter how many times one listens to it, remain fresh as if listening to it for the first time.
  • François Couture, Monsieur Délire, 27 octobre 2010
    Des arrangements assez puissants, une musique parfois lourde mais plutôt vive, portée par un ensemble de choix
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 16 octobre 2010
    En clair, Labbé réveille et aiguise les neurones de toutes nos curiosités. Et ça, c’est «hénaurme».
  • Alain Brunet, Radio-Canada: Désautels, 15 octobre 2010
    Un des beaux albums de cet automne
  • Réjean Beaucage, Voir, 14 octobre 2010
    Voici un disque surprenant.

Recensione

Enrico Bettinello, Blow Up, no 160, 1 septembre 2011

Derome e Tanguay sono anche presenti nella versione discografica di Tremblement de fer del compositore Pierre Labbé. Commissionata dall’Off Jazz Festival di Montréal per un organico di cinquanta elementi, la suite è qui eseguita da un ensemble che abbina un quartetto d’archi a una sezione ritmica ad alto tasso di elettricità [Bernard Falaise è alla chitarra] e a quattro strumenti a fiato. Massiccia e coinvolgente. (7)

Review

Dolf Mulder, Vital, no 795, 29 août 2011

These four new releases from Ambiances Magnetiques and the Malasartes sub label introduce works from relatively new as well as well-known musicians. The CDs of Vertical Squirrels and Irem Bekter satisfied me most. But not only because their names are new to me. Vertical Squirrels is a quartet consisting of Ajay Heble (piano, melodica, percussion), Daniel Fischlin (guitars, effects, percussion, flute, provencale), Lewis Melville (bass, baritone, banjo bass, percussion, radio frequencies, grand organ) and Rob Wallace (drums, percussion, vocals). They are on the road since 2008. All four gathered lots of experience in all corners. Combined in this line up this proves to be a fruitful combination. Very diverse, and fresh music is the result. All pieces originate from collective improvisations but are very diverse, with a fine sense of humor. The cd opens with a grooving piece Spunk in your Funk which is great fun. In contrast the next piece is a very open improvisation abstracting from beat, rhythm, etc. Also the pieces that follow are free exercises of somehow rock-based improvisations. Danse des araignées mécaniques opens with a fine solo by Heble on what seems a self-prepared piano. La mnémologie / Amnesiaville is a delicious free rock jam. Pierre Labbé also incorporates many influences in his new work. He tries the bigband-format for his new cd. For this ambitious project Labbé composed a suite of contemporary music and avant-jazz and rock, performed by a 13-piece big band, in a way that reminds me sometimes of the belgian Flat Earth Society. Labbé is known for his work with Les Projectionnistes, L’Orkestre des pas perdus and Papa Boa, a band who sadly made only one cd. Also under his own name you can find some releases. The opening track plays with bluesy and funky motives. Further on Labbé touches on many other styles and idioms. Although I often enjoy a playful style of composing and arranging as Labbé is practicing here, this time it failed to impress me. That brings us to another one from the trio Derome-Guilbeault-Tanguay. Their first release contained music composed by Derome only. The second one contained old standards for the most part. On their new one we have a balance between standards and compositions by Derome. Besides five compositions from Derome, they interpret compositions by jazz giants as Ellington, Kirk, Dolphy, Strayhorn and Mengelberg. So it’s an exercise as we have heard earlier form this trio. Another celebration of their love for jazz. It will surely appeal to those we are into jazz. Ah yes, it has Derome singing in one track, I’m Checking Ou’t, good bye. Singing in all tracks, is what Irem Bekter is doing on her Primero by the Irem Bekter Quintet. Singer, dancer and actress Bekter was born in Istanbul and grew up in England. She feels very attracted to Argentine folklore, especially the “zapateo” (Argentinian podorythmy) and folk dances. Since 2003, Montréal is the place to be for her. With Montréal-based musicians she started to explore traditional Argentine folklore fruitfully combined with classical and jazzy influences. First results are reflected on this CD. Just beautiful.

Just beautiful.

Review

Andrew Choate, Signal to Noise, no 62, 1 juillet 2011
Fléchettes features a single 44-minute duo performance.

Review

Ken Waxman, The WholeNote, no 16:9, 5 juin 2011

More than 60 years after the big band era, improvising musicians still organize large ensembles to take advantage of its wider scope and range of colors. Such is the versatility of the arrangements possible with large bands as these sessions demonstrate, that each sounds completely unique while maintaining the same excellence. […] With rock-influenced electric piano and guitar prominent, Pierre Labbé’s 12-piece big band takes a different approach on Tremblement de fer, performing a seven-part suite the saxophonist composed for a Montréal festival. A POMO sound essay, the composition is animated by contrapuntal clashes between sections which include four bowed strings, two brass, two reeds, plus guitar, piano, bass and percussion. Although linked, each track can be appreciated on its own. Despite its Arabic title, Le 2e Souk is actually a showcase for Jean Derome’s improvisations on successively, alto saxophone, flute and bass clarinet. Throughout his staccato peeps, sibilant slurs and flutter tonguing are matched by tremolo slides, sawing and scratches from the violinists, violist and cellist. Lavra, on the other hand masses Balkan-sounding string discord with irregular pulses from guitarist Bernard Falaise and drummer Pierre Tanguay as soprano saxophonist André Leroux carries the melody. Resolution comes when trombonist Jean-Nicolas Trottier abandons plunger tones to slurp his way up the scale, accompanied by the strings and pianist Guillaume Dostaler’s steady comping. Tanguay, whose hand taps are suitably exotic when playing darbuka, contributes muscular ruffs throughout. His steadying backbeat is particularly necessary on the final La Fille et la grenouille. Sounding like what would happen if a street-corner Sally Ann band wandered into a country music session, the tune mixes up the bugling from the brass players, rooster crows and spits from the reeds, a bow-legged rhythm with cow-bell pings from Tanguay, and Falaise contrasting his best pseudo-steel-guitar C&W twangs with the somewhat schmaltzy tutti horn lines.

More than 60 years after the big band era, improvising musicians still organize large ensembles to take advantage of its wider scope and range of colors.

Reviews — Improv & Avant-Garde

Alan Ranta, Exclaim!, 3 mai 2011

Kudos to the L’Off Festival de Jazz de Montréal for commissioning Tremblement de fer in celebration of their tenth anniversary. Composed by Pierre Labbé, Tremblement de fer is a suite in seven parts, with each part a microcosm of classical and jazz styles. It rides a few lines that look sketchy on paper ― some that might not work if heard in isolated chunks ― but, as the cliché goes, the whole is worth more than the sum of its parts. Arranged for a 13-piece band, including woodwind and brass sections, a string quartet and a plugged-in rhythm section, the sound of Tremblement de fer never rests. It’s like Charles Mingus and Ennio Morricone wrote a film score together and had it performed by the Andromeda Mega Express Orchestra. Autochtone is as epic as Zeppelin’s Kashmir, yet bursting with more sophisticated orchestration, while La Fille et la grenouille sounds like Baby Elephant Walk stumbling into a sketchy area of New Orleans at the tail end of Mardi Gras. This is intriguing stuff from an obviously talented composer.

This is intriguing stuff from an obviously talented composer.

Critique

Luc Bouquet, Le son du grisli, 26 avril 2011

Pierre Labbé compose et dirige un ensemble de douze musiciens (Jean Derome, Aaron Doyle, André Leroux, Jean-Nicolas Trottier, Josiane Laberge, Mélanie de Bonville, Jean René, Emilie Girard-Charest, Bernard Falaise, Guillaume Dostaler, Clinton Ryder, Pierre Tanguay). Pierre Labbé aime la clarté et ne s’en cache pas. Voici donc, en sept compositions, des cadences familières, des improvisations soignées (Jean Derome et son alto dolphyen) et des superpositions qui intriguent. Ainsi, tel accent ternaire se désagrégeant au fil des secondes pour finir cisaillé par un quatuor à cordes vindicatif. Ailleurs, c’est un jazz vif qui pulvérise des violons aux aromes orientaux. Admirables moments que ces antinomies joliment animées et parfaitement assumées. Le reste, sans surprise (s) certes, est d’un intérêt tout autant soutenu.

Admirables moments que ces antinomies joliment animées et parfaitement assumées.

Critique

Lorraine Soliman, Jazz Magazine, 1 janvier 2011

Produire un album en studio à la mémoire d’un moment live extraordinaire est une opération fréquente. Et très réussie pour ce Tremblement de fer qui sort un an et demie après le concert éponyme inaugurant la 10e édition de l’OFF Festival de jazz de Montréal. Enregistré à douze musiciens plus un compositeur (au lieu de cinquante initialement), ce grand frisson métallique en dit long d’un projet qui, live, n’aura pas laissé son plublic indemne. Le saxophoniste Pierre Labbé n’est pas un novice en matière d’écriture orchestrale et de fusion des genres. Mais ce récent «tremblement» dit bien d’autres choses qu’une simple aisance à bousculer les canons esthétiques. Loin de s’écouter jouer et de se regarder écrire, les musiciens partagent leurs savoir-faire et leurs émotions (jazzisistes, classiques, contemporaines, funky, rock ou folk) avec un respect éveillé de l’objet musical en œuvre. Freeleux campe le décor: à partir d’une introduction opposant la masse vibrante du quatuor à cordes au chœur cuivré des très «bigbandesques» soufflants, sur les traces d’une trompette perçante et énigmatique, le morceau prend peu à peu les accents du funk le plus rutilant, tenu par une rythmique qui fait feu de tout bois. Serpents et échelles relie les classicismes d’Orient et d’Occident en unissons charmeurs, tandis que le 2e souk prend des airs de nouba post-bop. La fille et la grenouille referme l’album sur quelques notes d’un blues pris en charge par une délurée fanfare d’harmonies frottées-soufflées et une rythmique jouant sans modération du slide, du pizz ou du wah-wah. Un modèle de plasticité et de sens de la narration.

Un modèle de plasticité et de sens de la narration.

Critique

Stanley Péan, Radio-Canada: Espace Jazz, 15 novembre 2010

Pierre Labbé est l’un de musiciens jazz les plus audacieux de la scène montréalaise. Avec ce Tremblement de fer, aux accents de funk avant-gardiste déjanté et dynamité, il nous offre son opus le plus emballant à date. Richter, sur son échelle, n’a qu’à bien se tenir!

Richter, sur son échelle, n’a qu’à bien se tenir!

Pierre Labbé: jazz contemporain et… ferré!

Alain Brunet, La Presse, 13 novembre 2010

Cette musique a d’abord pris forme dans le cadre d’un ambitieux projet de l’Off Festival, qui réunissait à l’origine un nombre beaucoup plus considérable de musiciens. Après une expérience douloureuse de sonorisation sur scène (juin 2009), le concept a été réduit en studio à 12 musiciens. Les compositions ont été retravaillées, raffermies, complexifiées. Excellente décision de Pierre Labbé en étoffant les propositions initiales de son Tremblement de fer: il m’apparaît clair que ce jazz contemporain a atteint l’équilibre entre fines structures d’inspirations diverses (transculture, transgenres) et improvisations ferventes de très bon niveau. Saxophoniste et flûtiste, Pierre Labbé s’applique ici à faire valoir exclusivement ses talents compositeur, un art qu’il maîtrise mieux que la majorité des musiciens locaux de la mouvance jazz.

Parce qu’il est capable d’y opposer les cordes (Jean René, Mélanie de Bonville, Émilie Girard-Charest, Josiane Laberge) aux vents (André Leroux, Jean Derome, Aaron Doyle, Jean-Nicolas Trottier), et de faire se déployer cette dialectique sur des échafauds de mesures composées qu’assure une excellente section rythmique (Pierre Tanguay et Clinton Ryder), derrière laquelle se tissent de singulières interventions harmoniques (Bernard Falaise, Guillaume Dostaler). Cette matière, d’ailleurs, a été jouée brillamment à l’Off Jazz, soit le 23 octobre dernier au Lion d’or. De mémorables secousses y ont frappé l’imaginaire, c’est le moins qu’on puisse dire.

De mémorables secousses y ont frappé l’imaginaire, c’est le moins qu’on puisse dire.

Review

Sylvain M Richard, La Scena Musicale, no 16:3, 1 novembre 2010
Overall an adventurous CD that will, no matter how many times one listens to it, remain fresh as if listening to it for the first time.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 27 octobre 2010

Créée en ouverture du 10e Off Festival de jazz de Montréal (2009) avec 50 musiciens, la suite Tremblement de fer fait maintenant l’objet d’un disque, dans une version réarrangée pour 12 interprètes. L’essentiel de cette suite s’inscrit dans la direction tracée par Manivelle, le disque précédent de Pierre Labbé (en quatuor) — d’ailleurs, Serpents et échelles de ce disque y est reprise — dans une incarnation big band. Des arrangements assez puissants, une musique parfois lourde mais plutôt vive, portée par un ensemble de choix qui compte Jean Derome, Bernard Falaise, Guillaume Dostaler et Pierre Tanguay, entre autres.

Des arrangements assez puissants, une musique parfois lourde mais plutôt vive, portée par un ensemble de choix

Critique

Serge Truffaut, Le Devoir, 16 octobre 2010

Son album, Labbé l’a baptisé Tremblement de fer. Avant d’en causer, il y a obligation de vous signaler que cette suite musicale fut déclinée en ouverture de l’Off de l’an dernier. Labbé était alors flanqué d’une cinquantaine de musiciens, des violonistes, des trompettistes, des batteurs. Bref, des conteurs.

En juin dernier, au Studio 270, Labbé était entouré de douze instrumentistes. Ce qui a été perdu en puissance a été remplacé par la densité ou l’intensité. C’est au choix. Toujours est-il que les noms propres des musiciens appelés étant autant de gages de qualité totale, comme on dit en langue économétrique, il faut s’y arrêter.

Ni raccoleur ni compliqué complexe

Aux saxophones, il y a André Leroux, dont le son est… Comment dire? Franc du collier. Aux autres saxos, il y a Jean Derome, l’homme des subtilités comme des élégances. À la trompette, il y a Aaron Doyle, croisement de Bunk Johnson et de Lester Bowie. Au trombone, il y a Jean-Nicolas Trottier, version canadienne et pas uniquement québécoise de Steve Turre. Aux violons et au violoncelle, Josiane Laberge, Mélanie de Bonville, Jean René et Émilie Girard-Charest séduiraient John Zorn si celui-ci les entendait.

À la guitare, on retrouve Bernard Falaise, qui prend autant de risques que Marc Ribot. À la rythmique, autrement dit au piano électrique, à la contrebasse et à la batterie, Guillaume Dostaler, Clinton Ryder et Pierre Tanguay touillent juste à temps et tout le temps les gammes et harmonies de Labbé. Plus haut on a écrit que c’était dense. C’est cela, mais c’est aussi…

C’est également très étonnant comme très captivant. Ce que le compositeur Labbé et ses amis instrumentistes ont d’admirable, c’est que, nous étonnant, ils nous déstabilisent dans le sens aussi noble que bon du terme. Labbé n’essaye jamais de nous séduire en empruntant les voies du racolage ou celles opposées du compliqué complexe jusqu’à l’absurde. En clair, Labbé réveille et aiguise les neurones de toutes nos curiosités. Et ça, c’est «hénaurme».

En clair, Labbé réveille et aiguise les neurones de toutes nos curiosités. Et ça, c’est «hénaurme».

Critique

Alain Brunet, Radio-Canada: Désautels, 15 octobre 2010

Un des beaux albums de cet automne, celui de Pierre Labbé, Tremblement de fer. [Cette pièce] s’intitule Le 2e souk, on sent l’inspiration, n’est-ce pas? c’est très très moyen-oriental effectivement. Mais c’est un souk de Montréal. C’est drôle parce que le Festival du monde Arabe de Montréal s’en vient bientôt mais ça aurait très bien pu être une pièce emblématique, mais non, pas du tout, il n’y a aucun musicien d’origine arabe dans ce groupe de 12 dirigé par Pierre Labbé.

Je crois que sur scène ce sera le concert de clôture de l’Off festival, dimanche de la semaine prochaine au Lion d’Or. Et ce Tremblement de fer, il réunit des esthétiques. C’est ça qui est intéressant. Il y a du jazz, du jazz post Bitches Brew avec des éléments d’improvisation de musique un peu électrique. Il y a des musiciens qui proviennent de la musique actuelle, je pense à Jean Derome, je pense à Bernard Falaise aux guitares. Jean Derome qui est un grand compositeur, très bon saxophoniste, excellent flûtiste. Je pense à André Leroux qui est à mon avis le meilleur saxophoniste en ville; Aaron Doyle, trompette, un quatuor à corde: Émilie Girard-Charest, Josiane Laberge, Mélanie De Bonville, Jean René à l’alto; une très bonne section rythmique: Pierre Tanguay à la batterie, Clinton Ryder, contrebasse, Guillaume Dostaler au piano électrique.

Et différentes esthétiques: musique contemporaine, musique improvisée, parfois du groove. C’est quand même multi-polaire mais c’est très bien intégré par Pierre Labbé qui avait fait ce Tremblement de fer pour une cinquantaine de musiciens il y a un an et demi à un autre Off Festival et c’était beaucoup moins réussi. On dirait qu’il a complètement resserré ses propositions, il les a retravaillé et il a réuni la crème de cette cinquantaine de musiciens et ça donne un excellent résultat.

Un des beaux albums de cet automne

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 14 octobre 2010

Voici un disque surprenant. L’œuvre a été créée l’an dernier en ouverture de l’Off Festival de jazz par un ensemble de 50 musiciens, et le compositeur a réduit l’effectif à 12 musiciens, qu’il dirige lui-même, pour l’enregistrement. Labbé, qui est saxophoniste, nous offre une manière de Third Stream très éclaté où le sax a bien sûr une bonne place (avec Jean Derome et André Leroux, pas de problème!), mais la guitare électrique (Bernard Falaise) ou le piano électrique (Guillaume Dostaler) ajoutent aussi de sacrées textures, et il y a même au milieu de l’ensemble un quatuor à cordes qui met ici et là des touches de couleur superbes.

Voici un disque surprenant.

Autres textes

CISM

Blogue

  • Des extraits de Pierre Labbé + 12 lors du concert/lancement de Tremblement de fer au Lion d’Or à Montréal présenté par Productions SuperMusique en coproduction avec L’Off Festival de jazz de Montréal.…

    lundi 22 novembre 2010 /

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.