La boutique des nouvelles musiques

(juste) Claudette Michel F Côté

(juste) Claudette est acide, rauque et dru. Ça swing et ça mord. C’est un quartette qui va vite et qui veut (mais pas toujours). Ça joue fort, ça fesse fort, ça sent fort (mais pas toujours). Claudette est aussi capable de tendresse: à preuve, il y a deux ballades très sentimentales (un cover d’une pièce de Vincent Gallo, un autre, approximatif, de Morton Feldman). C’est donc, aussi, un disque pour les filles (et pas juste Claudette). Alexandre St-Onge contrebasse, Bernard Falaise guitare électrique, Jesse Levine orgue électrique, Michel F Côté batterie et trompette de poche (Gordon Allen sera le trompettiste sur scène...) . Voilà pour les bras. Esthétiquement, Claudette ne saurait être étiquetté avec précision. Comme toujours, je fuis les appellations contrôlées. C’est une musique sans nom. Les musiciens et le band ont un nom, mais pas la musique qu’ils créent. Voilà, débrouillez-vous! Mais tout de même, par amitié et pour rassurer ceux et celles qui ont absolument besoin de repères, prétendons que (juste) Claudette se situe à la jonction de Bruire, Klaxon Gueule et Flat Fourgonnette. Mais encore: si cela est vrai, c’est par hasard. Disons que (juste) Claudette est une résistance à la redite.

(juste) Claudette

Michel F Côté

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Nicolas Pelletier, emoRAGEi, 20 août 2008
    Le jeu de batterie de Côté est, comme d’habitude, magnifique.
  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 15:2, 15 juin 2008
  • Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 12:35, 1 mars 2008
    Un disco davvero bello che […] potrà intrigare parecchio chi si lascia catturare dall’esplorazione di nuovi spazi sonori (sì, è ancora possibile!) all’interno di una persistente struttura “free-rock”.
  • Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, 1 février 2008
  • Ken Waxman, Coda Magazine, no 337, 1 janvier 2008
    The performances on the CD easily seduce.
  • Stefano Isidoro Bianchi, Blow Up, no 116, 1 janvier 2008
    Piacevolissimo.
  • Solénoïde, no 117, 1 janvier 2008
    Avec une intensité jubilatoire, le quartet célèbre ainsi à sa façon les stratégies obliques
  • Dolf Mulder, Vital, no 607, 27 décembre 2007
    New great stuff from Michel F Côté!
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 47, 1 décembre 2007
  • Alexandre Fontaine Rousseau, FunkiMusik, 30 novembre 2007
    Sans contredit, (juste) Claudette est l’un des disques jazz les plus férocement originaux de l’année 2007.
  • David Dacks, Exclaim!, 1 novembre 2007
    … recommended unconditionally to all instrumental rock fans.
  • Réjean Beaucage, Voir, 18 octobre 2007
    Du grand art.
  • David Dacks, The Abstract Index, 18 octobre 2007
    This is one of the ballsiest jazz records to come out of Canada in years…

Critique

Nicolas Pelletier, emoRAGEi, 20 août 2008

Avec ce mélange de jazz déjanté, de «bruitisme» improvisé et de «beats» solides, le remarquable batteur Michel F Côté a cette fois les deux pieds dans la musique actuelle. Rien à voir avec le précédent album, Flat fourgonnette (Mescal free style) et son blues tribal (et quand même bien modifié) paru en 2005.

Cet album en format quintet sous le nom (juste) Claudette a beau être bordélique, le tout n’est pas désagréable pour autant. Bernard Falaise est à son meilleur lorsqu’il utilise sa guitare pour générer des paysages sonores grandioses, mais il sombre malheureusement parfois dans la multitude de «petits mottons» de notes dissonantes. Des collaborateurs de longue date, Alexandre St-Onge, Jesse Levine et Gordon Allen, complètent l’équipe.

Le jeu de batterie de Côté est, comme d’habitude, magnifique. Si spectaculaire, mais parfois tellement simple qu’on n’écoute que ça. Son instrument a une sonorité parfaite qui pourrait servir à de super «loops» pour des remixeurs comme Amon Tobin ou Moby. Qu’elle soit en avant-plan ou utilisée comme simple support, sa batterie est le centre d’attention. La sonorité de ce batteur, maintenant âgé de 50 ans, est tout simplement excellente, capable de rock, de pur jazz ou de lounge au détail près.

Le jeu de batterie de Côté est, comme d’habitude, magnifique.

Quattro storie dal Giardino Elettrico

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 12:35, 1 mars 2008

Tutto inizia a metà dei novanta, nell’eccitazione creativa della francofona Montréal, quando il contrabbassista Alexandre St-Onge e il percussionista Michel F Côté, assistono ad una performance del chitarrista Bernard Falaise. Il conseguente “colpo di fulmine” produce Klaxon Gueule (nome che sa di alchimia dadaista con quella sua bislacca associazione tra “clacson” e “mascella” o, se volete, “rumore” e “potenza”).

Klaxon Gueule Bavards cd1 47:26, cd2 46:22 Ambiances Magnétiques esce nel 1997 lanciando immediatamente segnali luminescenti: riferimenti jazz rock (c’è chi vi sente l’imprinting di Fred Frith e dei This Heat ma anche di certo free jazz di frontiera) e gusto per l’improvvisazione (anche) estrema. Il concetto di “power trio” viene sistematicamente messo in discussione fino giungere, con Friandise cannibale, al suo definitivo sgretolamento. Eppure due anni dopo le cose cambiano. E di molto. In Klaxon Gueule Muets AM 1999 — 49:59 (che qualche critico esalta come uno dei dischi fondamentali dei Novanta) il suono diventa sempre più essenziale tanto che i contorni tra gli strumenti diventano così labili da risultare magicamente con-fusi. C’è la poetica del “sottovoce” che giustifica pienamente il titolo Muets (=“muti”) tanto che qualcuno azzarda l’equazione Michel F Côté-Jamie Muir arrivando a definire Muets il No Pussyfooting degli Anni Novanta

Con Klaxon Gueule Grain AM 2002 — 43:15 il salto è definitivamente compiuto. Il rock (anche quello sperimentale) è definitivamente alle spalle e con esso ogni tipo di parvenza strutturale. Un “grano” in grado di nutrire nuove ipotesi creative figlie dirette dei grandi autori di fine novecento e una inedita sfida che viene lanciata all’Ascoltatore: dimenticare l’identità della fonte (anche se le note di copertina continuano a riportare i nomi degli strumenti tradizionali) e abbandonarsi al Flusso Indistinto del Suono. Poi la leggenda narra delle “canzoni geneticamente modificate” di Klaxon Gueule Chicken &Records 2004. Chi ha avuto la fortuna di ascoltarlo lo descrive così: “E’ come lasciare per quarant’anni Bob Dylan dentro una stanza di decompressione ad ascoltare Hymnen di Karlheinz Stockausen e Poème électronique di Edgar Varese messe in circolo in eterno loop” (Michele Coralli in Blow Up 82/2005)….

Il silenzio KG viene rotto dal suo percussionista che recentemente pubblica Michel F Côté (juste) Claudette AM 2007 — 38:03. Un disco davvero bello che, se da una parte potrebbe deludere chi ha amato il Culto del Puro Suono praticato dalla band, potrà intrigare parecchio chi si lascia catturare dall’esplorazione di nuovi spazi sonori (sì, è ancora possibile!) all’interno di una persistente struttura “free-rock”. Di fatto il progetto di Côté (qui impegnato non solo alle percussioni ma anche alla pocket trumpet e agli arrangiamenti) propone il trio originario addizionato dallo stralunato organo di Jesse Levine. Tredici tracce di sghembo sapore post-RIO dove la sagace contaminazione elettro-acustica la fa da imperiosa padrona. Ascoltare per credere l’ansimo elettrico di Arms Oil con la chitarra frithiana di Falaise che si fa saggiamente guidare dalle sincopi organistiche (orgasmiche?) di Levine ed anche gros découvert con quella sua ritmica frastagliata dove il contrabbasso di St-Onge e il percussionismo dissociato del leader profondono abbacinanti intuizioni armoniche. Molto bello anche il jazz allucinato di par en avant con quei suoi eccitanti intarsi tra la delicata chitarra dell’immenso Bernard, i tappeti timbrici dell’onnipresente organista e l’aliena sezione fiati architettata dallo stesso Côté. E se (juste) Claudette fosse il My Life in the Bush of Ghosts del decennio?

Un disco davvero bello che […] potrà intrigare parecchio chi si lascia catturare dall’esplorazione di nuovi spazi sonori (sì, è ancora possibile!) all’interno di una persistente struttura “free-rock”.

Critique

Félix-Antoine Hamel, La Scena Musicale, 1 février 2008

Chaque nouvelle manne de disques en provenance de nos camarades de chez DAME offre sa dose de surprises. Examinons cinq nouveautés de la saison courante en provenance de cette entreprise vouée à la distribution de ces musiques inclassables. Preuve à l’appui, le second disque du violoniste-compositeur Guido Del Fabbro.

Agrégats (AM 167 CD, ***) est une collection éclectique de treize miniatures — une seule pièce dépasse les six minutes — puisant aux sources du folklore européen (Le Curare et la ciguë), du rock (Las stable es stable), de la musique improvisée, électronique (Interlude résiduel) et même des marches! Dix musiciens regroupés en formations à géométrie variable composent la distribution de ce cocktail réjouissant.

Si Bach et Debussy ont souvent fait l’objet de relectures par des musiciens de jazz, on ne pourrait en dire autant de Prokofiev, dont le contre-bassiste Pierre-Yves Martel a réarrangé 18 des 20 Visions fugitives, Op. 22. Projet ambitieux, Quartetski does Prokofiev (AM 171 CD, ****) est cependant mené à bien par quatre des meilleurs jeunes musiciens de chez nous, lesquels sont, outre le bassiste, Gordon Allen à la trompette, Philippe Lauzier aux anches et Isaiah Ceccarelli à la batterie.

Le batteur Michel F Côté, avec (juste) Claudette (AM 168 CD, ***) présente un quartette à mi-chemin entre les délires bruitistes de Sun Ra et les grooves à la Medeski, Martin and Wood. Solide contrebasse d’Alexandre St-Onge, sons irréels d’orgue (gracieuseté de Jesse Levine) et envolées de guitare de Bernard Falaise sont les ingrédients essentiels de ce mélange détonnant.

De la musique du trio Fenaison (Rémy Bélanger de Beauport, violoncelle et électroniques, Charity Chan, piano «revisité» et Kris Covlin, saxophones), Fred Frith dit que c’est «une musique qui n’a pas de sens… elle vit!». Sur Plat (AM 169 CD, ***), les trois musiciens nous proposent une série de sept improvisations abstraites. À vous de trouver le sens… ou la vie!

Dernier disque, mais non le moindre, le plus récent enregistrement de Jean Derome et les Dangereux Zhoms, To Continue (AM 172 CD, ****), est une suite de six compositions assez élaborées du saxophoniste qui, par sa mise en musique d’un texte du sculpteur Richard Serra et de La Grenouille et le bœuf de La Fontaine, nous rappelle la démarche de l’un de ses maîtres, Steve Lacy.

Coda Reviews

Ken Waxman, Coda Magazine, no 337, 1 janvier 2008

Drummer, composer and trickster, Michel F Côté makes CDs that aren’t what they appear on first glance. Aided here, for instance, by guitarist Bernard Falaise, bassist Alexandre St-Onge and organist Jesse Levine, the Montréal-based drummer would seem to have created another homage to those 1960s Prestige and Blue Note combos with (juste) Claudette. Instead Côté, who also composes for theatre and film, has created a skewed POMO jam band romp that cuts the funk with elements of rock, jazz-improv and so-called serious music. Tellingly, one of the CD’s “ballads” is based on Morton Feldman’s String Quartet (II), recast with swelling ecclesiastical organ patterning and outer-space-like chiming guitar fills - not exactly Jimmy Smith material. Other tunes find Levine triggering jerky crackles, as Côté fragments the steady beat and Falaise rubs up and down his guitar neck for effect, after an episode of speedy distorted runs. Together Côté, Falaise and St-Onge recorded as the fusion-oriented Klaxon Gueule band and their collective regard for the the backbeat - not to mention the bassist’s pedal point accompaniment - positions most of the 13 tracks in foot-patting territory. Listen closely however and slurred micro-tonal notes from the guitarist and irregular pulses from the drummer enliven the tunes. Levine’s étude-like spluttering riffs add another layer of sound to the performances; there are even times when he seems to be playing call-and-response with himself. The performances on the CD easily seduce. If the six two-minutes-or-less numbers were dropped and the others beefed up, however, the soloists would have more room for improvising.

The performances on the CD easily seduce.

Altrisuoni

Stefano Isidoro Bianchi, Blow Up, no 116, 1 janvier 2008

Côté (batteria e tromba), Bernard Falaise (chitarra) e Alexandre St-Onge (contrabbasso), in pratica i tre Klaxon Gueule, qui con l’apporto di Jesse Levine, suonano nel nuovo album solo del batterista. Distante dal suono della band-base, (juste) Claudette presenta tredici tracce attraversate da un forte feeling jazz-rock che, pur estremamente compatto nel mood complessivo, tocca corde sixties-noir (Gros découvert, Rince-doigt) o limitrofe al Davis elettrico nel clou degli anni ‘70 (Par en avant, Raccourcir en séchant), ma si estende facilmente anche verso più ombrose minacce rock (Arms Oil, Progress Is Made), distensive digressioni in punta di tastiere (Descente centrale, la cover di Vincent Gallo Was) e frenetici capitomboli acid-jazz (Virement manuel et pinçage). Piacevolissimo. (7/10)

Piacevolissimo.

Les Chroniques du Solénoïde

Solénoïde, no 117, 1 janvier 2008

Accompagné de Bernard Falaise (Miriodor, Klaxon Gueule) à la guitare électrique, Jesse Levine à l’orgue électrique et Alexandre St-Onge à la contrebasse, le québécois Michel F Côté développe un jazz libre et tonique, loin des schémas couramment rencontrés dans les mondes contemporains et improvisés. Avec une intensité jubilatoire, le quartet célèbre ainsi à sa façon les stratégies obliques, offrant aux amateurs de curiosités musicales une belle occasion d’étalonner leur ouverture d’esprit.

Avec une intensité jubilatoire, le quartet célèbre ainsi à sa façon les stratégies obliques

Review

Dolf Mulder, Vital, no 607, 27 décembre 2007

New great stuff from Michel F Côté (Klaxon Gueule, Bruire, Flat Fourgonnette)! Although the compositions are teamwork, the music carries a clear stamp from mister Côté who did the mixing and montage. Côté (drums, pocket trumpet, arrangements) is in the company here of Bernard Falaise (electric guitar), Alexandre St-Onge (doublebass) and Jesse Levine on electric organ. Levine is the new element on this CD. A young jazz musician from Boston, who plays some very demented and weird organ. He played in the klezmer band Black Ox Orkestar, and also with noise-rock artists Fly Pan Am and live Hip-Hop ensemble Kalmunity. With the impro-sextet Balai Mécanique he recorded an album released on No Type in 2003. Listening to (juste) Claudette what strikes me first is that again the music has a certain slowness and primitiveness that characterizes also earlier work of Côté. Strange instrumental rock, that moves ahead with a slow but steady groove. Within and in contrast with the simple beat or groove played by Côté and St-Onge, we hear some very free and distorted playing from above all the guitarist and organ player. Very amusing. But from time to time I wish the drummer would also take part in the madness of Levine and Falaise, who play very aggressive, edgy and far out. One has the feeling this music has its roots in rock and blues but is never sounds like that. In the track Descente Central they take a break and they show themselves from a more serious side with a rendition of Morton Feldman’s String Quartet (II). The CD closes with a composition of Vincent Gallo.

New great stuff from Michel F Côté!

Le Disquaire

Alexandre Fontaine Rousseau, FunkiMusik, 30 novembre 2007

La scène des «musiques actuelles» montréalaise peut, aux premier abords, sembler ardue à définir précisément; chose certaine, le travail de Michel F Côté en a fortement modifié le code génétique au cours des vingt dernières années. Fusion entre le jazz et l’expérimentation plus libre, éclatement des conventions rythmiques, évocation du minimalisme et du bruitisme: tous ces éléments se retrouvent, en pièces parfaitement rattachées, sur son plus récent projet (juste) Claudette. Certains diront qu’il s’agit grosso modo d’un nouvel album de sa formation Klaxon Gueule, puisque l’on reconnaît au générique les acolytes de cette aventure Alexandre St-Onge et Bernard Falaise. Mais (juste) Claudette est autre chose, à la fois distillation accessible des tendances plus agressives de Côté et configuration nouvelle d’une entité musicale préexistante. Au trio initial — guitare, contrebasse, percussions — s’ajoute ainsi le clavier mordant de Jesse Levine, instrument qui dès Des prunes affirme son importance au sein de l’ensemble. Tout au long de l’album, ses contorsions abrasives se feront tour à tour moteur dramatique de l’action puis tension en arrière-plan, contrastes comiques puis jurons violents. Levine ajoute au chaos ambiant tout en le structurant, ses pulsions frénétiques précisant la charge rythmique constamment fascinante de Côté.

Malgré quelques instants de calme, (juste) Claudette se concentre davantage sur la tempête. Sur l’excellente Arms Oil, le quatuor est sauvage et son énergie à la limite tribale; les instruments s’entrechoquent dans leur échange, la guitare de Falaise bourdonnant une progression torturée tandis que la batterie et l’orgue dialoguent au gré d’un swing menaçant et enivrant. Les mélodies y sont des blocs de bruit, les solos de foudroyants exorcismes. Frost Mohawk, morceau le plus instantanément accrocheur de l’essai, évoque par son va-et-vient séismique et ses orgues de film d’horreur l’esthétique du Amon Tobin de Permutations et Supermodified; c’est une plongée du bord de la folie, formidablement cohérente dans son abandon de la raison. Suite immédiate de ce morceau-clé, la courte et délirante Raccourcir en séchant pousse ce délire plus loin — jusqu’au point de rupture, en fait. L’oasis de sérénité Descente centrale nous replace joliment les esprits, pause essentielle en plein coeur d’un ouragan qui reprend de plus belle avec le tumulte de Trou du jour.

Désordre savamment orchestré, le disque concocté par Côté et ses comparses brille par la maîtrise avec laquelle il oscille entre saturation aliénante et relâche libératrice. Sur (juste) Claudette, les catégories musicales sont éclipsées pour laisser toute la place à différents degrés d’intensité. D’une pièce à l’autre, le groupe peut glisser d’un drone épars à une cascade de notes criardes avec une aisance confondante. Les genres musicaux ne sont plus que différentes manières d’articuler différentes idées: «Esthétiquement, Claudette ne saurait être étiqueté avec précision. Comme toujours, je fuis les appellations contrôlées. C’est une musique sans nom», affirme Côté pour décrire cet ensemble. Ses musiciens collent à cette vision, lorsque par exemple la guitare très électrique de Falaise pousse quelques intonations hard rock avant de faire volte-face pour enchaîner sur des accords jazz autrement plus modérés.

En dépit de son brio technique, le groupe refuse de sombrer dans le trompe-l’oeil spectaculaire; les débordements de ces échanges sont inspirés par une totale synergie entre les musiciens et non par leurs égos respectifs. Cette musique a beau être improvisée, le mouvement global y paraît parfaitement dirigé. Les pièces sont concises et incisives, motivées par une idée claire que le groupe exécute avec une assurance hors de l’ordinaire. Chacune dévoile une facette nouvelle de la même identité complexe: Par en avant, mystérieuse et nocturne, Progress Is Made, abolition de la notion de thème au profit d’un pur crescendo de violence. Puis, pour finir, cette mélancolique reprise atmosphérique du Was de Vincent Gallo

Toutefois, (juste) Claudette impressionne d’abord et avant tout parce qu’il détruit toutes les conventions associées au jazz mondain et conservateur. La guitare de Falaise mitraille les échanges d’éclats noise-rock imprévisibles, et l’orgue de Levine canalise l’outrance psychédélique de Sun Ra. Malgré toutes les nuances dont il fait preuve, Côté bat ses peaux avec une ardeur brute qui ferait fuir moult hommes des cavernes; St-Onge dévoile pour sa part un jeu raffiné, à la fois classique et contemporain, qui sert de fondation à cette musique éclatée. Le quatuor embrasse l’excès, domine le chaos, et ressort triomphant de son dangereux pari esthétique; celui de concilier l’avant-garde à une certaine intelligibilité, de refuser l’hermétisme sans compromettre l’intégrité d’une musique acerbe et farouche. Sans contredit, (juste) Claudette est l’un des disques jazz les plus férocement originaux de l’année 2007. Et son rayonnement dépassera sans doute les cercles fermés pour trouver preneur chez les amateurs de rock plus téméraires. (8/10)

Sans contredit, (juste) Claudette est l’un des disques jazz les plus férocement originaux de l’année 2007.

Destination Out

David Dacks, Exclaim!, 1 novembre 2007

This is one of the ballsiest jazz records to come out of Canada in years. Yeah, that’s right, jazz. Not free improv, not musique actuelle, this is music extrapolated from the free and post-bop period of the late ’60s. There’s a whole lot of soul inside this music, though it’s twisted in all kinds of horrible ways. From the get-go, Côté’s drumming conjures freedom within a groove, and the evil cackle of Jesse Levine’s Sun Ra-like organ parts guarantees that outer space ways are nearer than you think. Alexandre St-Onge’s bass is chunky, playing off the lower range of the organ remarkably well. But Bernard Falaise’s guitar work is breathtaking, sometimes referencing soul jazz, sometimes Sonic Youth and always jaggedly melodic. Côté also adds some sweet and sour pocket trumpet to the action, which can be funky or just choppy, depending on what’s going on. The slower pieces provide a much-needed break; the Morton Feldman-inspired Descente Centrale shows off some abstract prettiness by all. Although these songs are typically less than four minutes long, sometimes they descend into nondescript, though aggressive, bluesy shuffles, taking a half point away from this record’s overall score. Due to these players’ very experimental reputations, I must say I’m surprised they had this record in them. This is recommended unconditionally to all instrumental rock fans.

… recommended unconditionally to all instrumental rock fans.

Disques de la semaine

Réjean Beaucage, Voir, 18 octobre 2007

Appuyé par ses collègues de Klaxon Gueule Bernard Falaise (guitare) et Alexandre St-Onge (contrebasse), et par l’organiste Jesse Levine (Balai Mécanique), le percussionniste Michel F Côté renoue ici avec une certaine idée du jazz. Il y a par moments des ambiances à la Medeski, Martin & Wood, mais avec du déjanté et du brinquebalant dans le mélange. Il y a aussi beaucoup de liberté dans le jeu des musiciens, tellement même que l’on s’étonne de les voir chaque fois aller dans le même sens. Les trouvailles sonores de Levine et Falaise sont particulièrement mises de l’avant, mais chacun des musiciens redouble d’inventivité et le mixage de Côté, qui cimente le tout, est impeccable. Du grand art. (4/5)

Du grand art.

Abstract Index Playlist - October 17/07

David Dacks, The Abstract Index, 18 octobre 2007

[…] For me and most of my media bredren and sistren, expectations are raised when they see an envolope in the mail from a favourite label. Ambiances Magnétiques has gotten heavy play on the Abstract Index radio show. They’ve really surprised me over the last few years as they continue break new ground with very diverse releases, and I have to admit I’m more enthusiastic with what they’re putting out these days that a few years ago. The surprises continue with stalwart AM participant’s Michel F Côté’s new disc, (Juste) Claudette. This is one of the ballsiest jazz records to come out of Canada in years, with the possible exception of last year’s ZMF Trio disc. There’s a whole lot of soul inside this music, though it’s twisted in all kinds of horrible ways. From the get-go, Côté’s drumming is unashamedly groove-oriented, though very roughly so. Jesse Levine’s Sun Ra-like organ parts guarantees that outer spaceways are nearer than you think. Alexandre St-Onge’s bass plays off the lower range of the organ remarkably well. Bernard Falaise’s guitar work often reminds me of Derek Bailey’s work on Mirakle (played 2 weeks ago) - nonlinear but still falling in all the right places. With processed pocket trumpet thrown into the mix, Miles Davis and Jon Hassell comparisons are inevitable, though this sole brass influence provides sonic difference to the rest of the band. Although these songs are typically less than four minutes, sometimes they descend into nondescript though aggressive bluesy shuffles, taking a half point away from this record’s overall score. Yup, Ambiances Magnétiques surprised me again - I’m surprised these players had this record in them, and that it would come out on this label.

This is one of the ballsiest jazz records to come out of Canada in years…

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.