actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Unison Rituals Tim Brady

… la musique de Brady n’oublie jamais qu’elle est porteuse d’une vraie charge émotionnelle. ImproJazz, France

… sinuous, rapid-flowing melodic lines, syncopated yet utterly fluid, given precise unison voice by the participating musicians in what can only be described as a form of ritual… Musicworks, Canada

Unison Rituals marque la seconde apparition de Tim Brady sur l’étiquette Ambiances Magnétiques. Ce disque comprend cinq pièces de musique de chambre, extrêmement originales, pour saxophone et ensemble. Il témoigne ainsi de l’ouverture grandissante des ensembles contemporains à jouer des compositeurs des milieux de musique actuelle et de musique contemporaine. Bien que Brady est peut-être plus connu pour son travail de guitariste virtuose en solo, comme on peut l’entendre sur le disque Ambiances Magnétiques “Twenty Inch Quarter Jacks” (AM 107, 2002), il est aussi un très imaginatif compositeur d’œuvres pour chambre et orchestre. Cette facette de son travail est à l’honneur sur ce nouveau disque.

La pièce-titre est une œuvre puissante pour quatuor de saxophone. L’utilisation souvent obsessive de matériel mélodique à l’unisson (Unison Rituals) forme l’élément central de cette œuvre, interprétée avec brio par le quatuor de saxophones Quasar. Le quatuor utilise six saxophones au cours de cette composition, ajoutant à la singularité de l’œuvre. L’ouverture fait usage de deux saxophones ténor, ainsi qu’un alto et un baryton. La section centrale utilise les traditionnels soprano, alto, ténor et baryton, alors que la finale explore la couleur de deux saxophones soprano jouant à l’unisson face aux résonances profondes de l’alto et du baryton.

Les trois interprétations suivantes sont de Bradyworks, l’ensemble de chambre de Tim Brady. Double Helix est un quatuor pour saxophones (soprano, alto et baryton), accompagné de piano, percussion et violoncelle, et fait montre d’un jeu d’ensemble complexe et de contrepointes rythmiques imbriquées l’une dans l’autre. Two Chords Less Than a Blues présente un solo pour chaque interprète sur saxophone ténor, piano et percussion. Le titre de l’œuvre fait référence au fait que la pièce explore deux idées harmoniques très simples - un agrégat de 4 notes (cluster) et l’accord de Do mineur 7 - qui tressent des idées texturelles et mélodiques élaborées à partir de deux idées musicales tout-à-fait primaires.

Escapement est un quatuor avec Brady à la guitare scordatura. Pour cette composition, la guitare est accordée différemment qu’à l’habitude, ce qui donne à l’œuvre sa couleur harmonique distinctive. La pièce finale du CD est Sound Off, l’œuvre à jouer en plein-air de 1983 de Brady pour 100 instruments à vent et huit grosses caisses, ici présentée en version studio. L’enregistrement multi-pistes donne ainsi vie à un ensemble de 45 instruments à vent et trois grosses caisses interprété par Kappa. L’œuvre voltige entre textures complexes et bourdons unis simples, allant de la contrepointe aux saveurs jazz, le tout constituant une version CD de 12 minutes et demie de l’œuvre originale de 45 minutes.

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Unison Rituals

Tim Brady

Notes de programme

À propos d’Unison Rituals

Tim Brady est une sorte d’heureux accident du terrain. De Montréal où il se trouve, en haut, il se tourne vers New York, en bas. Pourquoi ne renifle-t-il pas du côté de Paris comme presque tous les compositeurs de Montréal? Je l’ignore, mais c’est ainsi. Gravitant en quelque sorte autour de la scène, il prend contact mais il garde ses distances. Il est l’un des rares Canadiens à faire partie de la mouvance principalement étasunienne, que certains appellent le totalisme. Cela signifie en somme que le minimalisme, apparu dans les années 70, lui a semblé un point de départ inspirant, mais trop simpliste. Aussi pourrait-on dire que le minimalisme est le canevas sur lequel il peint sa musique. D’ordinaire la tonalité est en arrière-plan, la texture régulière, et la répétition des figures permet par moment à la musique de tourner en formes de cycle. Mais parce qu’il est totaliste, il a des rythmes beaucoup plus complexes que le minimaliste; l’harmonie prend d’étranges tournures, et dans les angles droits la forme a tendance à partir en flèche.

Si Brady fréquentait seulement de loin le mouvement new-yorkais, l’affaire serait simple. Mais sa technique dénote aussi quelque chose d’européen, voire même de français. Une sensibilité au timbre, une fluidité de la ligne, et une complexité de la forme, étrangère à la musique étasunienne sous influence minimaliste. Ensuite, Brady joue beaucoup en solo, à la guitare et traitement électronique — une manière très new-yorkaise de gérer sa carrière. Il est aussi un excellent et prolifique compositeur de musique de chambre de laquelle se dégage un souci, très cher aux totalistes, pour la virtuosité de l’ensemble, par opposition à la virtuosité du soliste. Son Unison Rituals témoigne de ce souci, par le titre autant que par la technique du quatuor de saxophones. Mais en même temps sa musique a une portée d’un style européen, une sorte d’expressivité par le détail que l’on ne retrouve pas dans la musique composée au cœur de Manhattan.

Contrairement à de nombreuses compositions étasuniennes récentes, aucune pièce de Brady ne se termine par ce qu’annonçaient les premières mesures. Unison Rituals elle-même débute par une sorte de jeu rapide, à l’unisson, inspiré chez les jeunes compositeurs par la technique d’ensemble minimaliste. Mais de façon inattendue l’énergie du départ fait place à quelque chose de beaucoup plus réfléchi, qui culmine en des textures rythmées qui sont authentiquement celles de Brady. Double Helix s’ouvre sur un déluge de mélodie classique post-minimaliste, syncopée façon jazz sous l’effet hoqueté des instruments; qui aurait pu rêver que la pièce débouche sur un solo de saxophone expressif, sur fond de roulements de timbale menaçants? Two Chords Less than a Blues (un blues a juste trois accords) va à l’opposé, passant de textures hésitantes voire bruyantes à un chœur joyeux qui exige une parfaite coordination d’ensemble. Dans Escapement, la technique versatile de Brady à la guitare, rarement utilisée dans un cadre d’ensemble, finit par se mélanger en une belle et complexe fusion d’ensemble. Finalement, Sound Off lancée sur des cuivres à l’unisson s’achève de façon spectaculaire sur un accord parfait triomphal, après avoir au préalable effectué un détour en dissonance qu’aucun compositeur étasunien n’aurait jamais osé.

Une façon peut-être de dire que, si l’Amérique du Nord a rendu Brady possible, elle ne rend pas entièrement compte de lui. Au delà des influences qu’il partage avec sa génération Brady possède une formidable énergie musicale, qui jaillit en une multitude de formes. Si sa musique — complexe mais bien centrée — renferme bien des choses, elle ne nous laisse jamais en suspens à en chercher le fil conducteur ou à se demander par où elle évolue. Que Brady, avec ses boîtes électroniques, transforme des centaines de notes pincées en milliers, ou qu’il virevolte parmi les rythmes à l’unisson avec un ensemble de premier plan, sa musique déferle, organique et convaincante, faisant ici une pause délicate d’un équilibre minimaliste, éclatant là dans tous les timbres et textures rendus possibles par le sérialisme. Au travers des pressions et des possibilités héritées de la fin du XXe siècle, entre l’Amérique et l’Europe, Tim Brady a non seulement cueilli et choisi, il a aussi trouvé son propre centre musical.

Kyle Gann, New York (New York, ÉU) [traduction française: Gilles Rivet, iii-03]

Quelques articles recommandés

Blogue