La boutique des nouvelles musiques

Joue Free Bernard Falaise, Normand Guilbeault, Robert Marcel Lepage

Joue Free explore à sa manière, élégante et avec un certain mordant actuel, le spleen particulier du «jazz de chambre» et du «folk blues», en hommage à son principal instigateur des années soixantes, le clarinettiste américain Jimmy Giuffre.

Joue Free

Bernard Falaise, Normand Guilbeault, Robert Marcel Lepage

La presse en parle

  • Ron Davies, Splendid E-Zine, 27 février 2002
    … an intensely interesting jazz exploration of clarinetist Jimmie Giuffre’s catalog
  • Francine Charrette, Club-culture, 1 janvier 2002
    Un bonheur de la rencontre, de l’affirmation et du jeu.
  • Art Lange, Pulse!, 1 mai 2001
    … a striking homage to American clarinetist Jimmy Giuffre…
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 30, 1 mai 2001
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 74, 1 avril 2001
    Tutoyant la marge, laissant à chaque instrumentiste le choix de la place à saisir, à suivre ou à transgresser, Joue Free crie sa liberté.
  • François Couture, AllMusic, 1 février 2001
    The listener is quickly drawn into the mood.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 27 janvier 2001
    … les trois musiciens démontrent une maitrise exemplaire de leur instrument respectif comme des subtilités propres à tout exercice d’improvisation.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 30 décembre 2000
    … Joue Free est le grand moment libertaire de l’année.
  • Catherine Perrey, Ici Montréal, 7 décembre 2000
    C’est volubile et charmant sans aucune lourdeur aucune.

Review

Ron Davies, Splendid E-Zine, 27 février 2002

This Canadian trio’s offering is an intensely interesting jazz exploration of clarinetist Jimmie Giuffre’s catalog. Giuffre made his name in the sixties with “chamber jazz”, a style of highly improvisational jazz that draws heavily from neo-classical traditions in both instrumentation and tonality. The trio consists of Bernard Falaise (electric guitar), Normand Guilbeault (contrabass) and Robert Marcel Lepage (clarinet), and the six pieces included here find all three musicians providing pensive explorations of their instruments. Joue Free may be disturbing to some listeners — not so much due to the wild tempos and dissonant clashes of free jazz, as the bone-chilling clarinet runs provided by Lepage, and the shivering chords the members create together. The effect is much like staring into the depths of a placid lake and having a vague notion of the beasts populating its murky depths; there’s the sudden flash when you realize that one of them could rear out of the water and grab you at any moment, but you can’t help watching for a little bit longer. This may not be some people’s cup of tea, but I find it fascinating.

… an intensely interesting jazz exploration of clarinetist Jimmie Giuffre’s catalog

Critique

Francine Charrette, Club-culture, 1 janvier 2002

Du Free…

Ce CD explore à sa manière, le spleen particulier du «jazz de chambre» et du «folk blues», en hommage à son principal instigateur des années soixantes, le clarinettiste américain, Jimmy Giuffre. Il a été arrangeur dans le Big Band de Tommy Dorsey et celui de Buddy Rich. Il est l’instigateur du «Free Style».

Jouant de plusieurs instruments, il a fait exploser les styles, il a bousculé l’ordre établi en explorant les formes, les sons, les harmonies et les rythmes.

Une musique d’exploration, sensorielle, intuitive qui s’adresse aux atmosphères, aux couleurs environnementales et à l’imagerie. Deux des compositions ont été commandées: Vol de nuit et L’alchimiste et l’enlumineur. À mille lieues de toute idée d’école, aussi éloigné qu’il se peut de toute identification à un style, et avec la complicité de deux instrumentistes qui partagent son goût du risque et son amour de l’expression, il dévoile les beautés cachées des images qu’il projette. Un bonheur de la rencontre, de l’affirmation et du jeu.

Un bonheur de la rencontre, de l’affirmation et du jeu.

Review

Art Lange, Pulse!, 1 mai 2001

With Joue Free,three canny Québécois musicians, Bernard Falaise, Normand Guilbeault and Robert Marcel Lepage, create a striking homage to American clarinetist Jimmy Giuffre, injecting their own textures and sharp, angular lyricism into the restrained moods and familiar clarinet, guitar and bass instrumentation of Giuffre’s groundbreaking ’50s and ’60s chamber jazz see review.

… a striking homage to American clarinetist Jimmy Giuffre…

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 74, 1 avril 2001

Souffle dans Joue Free (merci Philippe C. ) l’esprit de Jimmy. Chez Lepage les beaux égarements, les vrilles en suraigu, la plainte klezmer, les notes-fusées qui activent l’improvisation. Chez Falaise les imprévus nocturnes; la guitare saturée qui cherche, le côté sombre. Chez Guilbeault l’architecture de l’invisible; les raclements d’archets et les espaces constructeurs. On l’aura compris, faisant référence à l’indépassable trio Giuffre - Swallow - Bley, Joue Free est l’œuvre de trois musiciens (qui comme leur inspirateur) ne sont pas prêts à se laisser enfermer dans un quelconque carcan stylistique. Cette liberté d’agir sied merveilleusement à l’univers de Jimmy; «spleen particulier», «jazz de chambre», «folk blues» annonce la pochette, on pourrait tout aussi bien y ajouter «inquiétude de chambre» ou «convulsion sereine» que l’on n’aurait qu’une bien mince idée de la musique ici produite. Trois improvisations collectives et trois compositions du clarinettiste (dont deux pour le cinéma) questionnent sur une musique à l’espacement et au surgissement apaisé. Fait ici sensation, une liberté de jeu inouïe. Tutoyant la marge, laissant à chaque instrumentiste le choix de la place à saisir, à suivre ou à transgresser, Joue Free crie sa liberté. Cette liberté si bien exaltée hier par les Ornette, Giuffre, Carter, Bradford et si bien reconduite aujourd’hui par les Falaise, Baars, Guilbeault, Lepage, Houle (dont on attend avec impatience l’hommage à Carter)… cette liberté qui fait cruellement défaut à l’état texan. Ainsi en va-t-il du mystère texan.

Tutoyant la marge, laissant à chaque instrumentiste le choix de la place à saisir, à suivre ou à transgresser, Joue Free crie sa liberté.

Review

François Couture, AllMusic, 1 février 2001

Joue Free (Play Free) is a return to basics for clarinetist Robert Marcel Lepage, as he pays a very personal tribute to Jimmy Giuffre. His acolytes are experimental guitarist Bernard Falaise (of Papa Boa and Klaxon Gueule) and jazz bassist Normand Guilbeault (the Riel project). This CD presents delicate music on the border of chamber jazz and free jazz. Lepage’s clarinet soars, drawing melodies light as a feather, while Falaise weaves textures with his pedal-volume electric guitar and Guilbeault anchors it all with his jazzier approach. As free as it may be, these pieces are partly written down and constantly kept under control. The music always remains rather calm, there are no sudden outbursts of energy — but there is no need for them. The listener is quickly drawn into the mood. On Arlequinade guitar and clarinet are fused in an impromptu melody: a magical moment. Two pieces were created for films, but they are indistinguishable from the other tracks. Some might find Joue Free a bit linear or too toned-down, but this is a good occasion to hear Falaise, still under-recorded in this kind of context.

The listener is quickly drawn into the mood.

Charmes vénéneux

Serge Truffaut, Le Devoir, 27 janvier 2001

Mettons, et non supposons, que le trio formé de Normand Guilbeault à la contrebasse, Bernard Falaise à la guitare et Robert Marcel Lepage à la clarinette ait vu le jour en 1963, lorsque Jimmy Giuffre, qui joue de l’instrument dont joue Lepage, Steve Swallow, qui est propriétaire d’un engin dont Guilbeault est également propriétaire, et Falaise, qui pince des cordes là où Paul Bley intercalait les touches du grand piano, ont injecté une forte dose d’improvisation dans l’univers du jazz.

L’album que propose la troïka Falaise-Lepage-Guilbeault est de la même eau que celui que signa, il y a 37 ans de cela, le triumvirat amené par Giuffre. Les six morceaux conçus par les Montréalais sont autant d’échos aux pièces composées par leurs aînés. Joue Free, titre de l’album qui vient de paraître sur Ambiances Magnétiques, est une exploration, pour reprendre l’expression imprimée au dos de la pochette, du «spleen particulier du jazz de chambre et du folk blues en hommage à son principal instigateur des années soixante, le clarinettiste américain Jimmy Giuffre».

En hommage à l’œuvre de l’auteur du célèbre The Train And The River, Guilbeault et ses alter ego ont confectionné un album plein de ces charmes que l’on dit vénéneux parce que déstabilisants, troublants, exigeants. Joue Free a ceci de remarquable qu’il propose beaucoup de profondeurs, un amas de gouffres. Un album qui distribue constamment surprise après surprise.

L’ensemble est d’autant plus réjouissant que les trois musiciens démontrent une maîtrise exemplaire de leur instrument respectif comme des subtilités propres à tout exercice d’improvisation. Si la musique de Lepage, Falaise et Guilbeault n’est pas de tout repos, si elle n’est pas une de ces musiques conçues à l’aune de la respectabilité, elle a ceci d’essentiel qu’elle favorise le regard droit devant.

… les trois musiciens démontrent une maitrise exemplaire de leur instrument respectif comme des subtilités propres à tout exercice d’improvisation.

L’année jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 30 décembre 2000

Parlant de Paul Bley, il est à l’origine, indirectement il est vrai, du meilleur moment iconoclaste de l’année. Celui-ci est le fait du contrebassiste Normand Guilbeault, du guitariste Bernard Falaise et du clarinettiste Robert Marcel Lepage. Leur album Joue Free (sur étiquette Ambiances magnétiques) est le grand moment libertaire de l’année. Cette musique nous éloigne à des années lumière de la musique, de la culture eau Perrier ou San Pellegrino. Ça vous nettoie les neurones en moins de deux. Ça déstabilise. A l’ère du vide, ce n’est pas rien. Amen!

… Joue Free est le grand moment libertaire de l’année.

Critique

Catherine Perrey, Ici Montréal, 7 décembre 2000

Robert Marcel Lepage rend ici hommage à l’un de ses grands prédécesseurs dans le maniement aussi adroit qu’allumé de la clarinette. Dans les années 40 et 50, Jimmy Giuffre a en effet largement contribué à redonner à ce «bout de réglisse» de furieuses envies de sortir du bois. Lepage est accompagné de Normand Guilbeault à la basse et de Bernard Falaise à la guitare. Bien sûr, la clarinette est à l’avant plan, mais la guitare élabore un véritable conciliabule avec elle, avec des sonorités parfois étrangement proches. Et Guilbeault soutient discrètement mais fermement l’ensemble. C’est volubile et charmant, sans lourdeur aucune. 8. 5

C’est volubile et charmant sans aucune lourdeur aucune.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.