La boutique des nouvelles musiques

Réflexions André Duchesne

Couverture: Véronique Vézina, Foliacé (1996)

La guitare classique dormait dans son vieux «case».

Celle qui m’a suivie si longtemps dans mes périples solitaires.

Tu vois dehors mais tu regardes dedans.

Musique lunatique, au hasard.

Musique de maison, pensive et méditative.

Réflexions sur la vie.

Un moment de la vie où le fondamental interroge la relation avec la musique.

Arrivée au studio nerveuse.

J’aurais pu enregistrer chez moi avec le robinet et le frigidaire.

Calme et magie de l’alcôve.

Voilà que le territoire de la guitare se révèle, les doigts suivant des chemins sur les cordes.

La guitare te parle, déroule ses notes comme les réflexions d’un marcheur, en variations infinies.

La pensée s’envole hors du lieu.

Elle se prend pour un orchestre, et lance ses notes sur les lacs.

Cet accord qui tombe sous les doigts comme une habitude.

Quelqu’un entre dans la pièce quelques instants.

Elle te parle d’Espagne et d’ailleurs.

Dans la flaque le pays est inversé.

Le cœur fait mal.

Et ces ongles qui griffent les cordes.

Les motifs s’enlacent,

Dans l’eau des microphones.

Ça y est! elle s’est mise à chanter.

Écoute-la!

Elle te parle.

André Duchesne, avril 1999

Réflexions

André Duchesne

La presse en parle

  • Chris Blackford, Rubberneck, 17 janvier 2001
    There is much to enjoy on Réflexions.
  • IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000
  • Régis Aubé, Lubie, 1 mars 2000
  • Luc Bouquet, ImproJazz, no 62, 1 février 2000
    … passionnant d’un bout à l’autre…
  • Tom Schulte, Survivor Newsletter, no 12:2, 1 février 2000
    Never tedious, indeed adventurous, Réflexions is a sometimes serene, sometimes silly, sometimes serious solo acoustic guitar ride.
  • Noah Wane, Splendid E-Zine, 18 octobre 1999
    Réflexions is wonderfully evocative and communicative stuff.
  • Tom Schulte, Slug, 15 octobre 1999
    … beautiful, elaborate classical guitar creations.
  • Dolf Mulder, Vital, no 192, 27 septembre 1999
    This must be a release made out of love for the instrument.

Review

Chris Blackford, Rubberneck, 17 janvier 2001

Odd-one-out in this clutch of guitar-based records is André Duchesne’s Réflexions. By concentrating entirely on unaccompanied nylon string classical guitar, the disc constitutes something of a back-to-basics exercise from a man normally working in electro-acoustic music. The style is reflective and impressionistic, romantic tracings bringing to mind far away places in France and Spain. Despite a tendency to meander, there is much to enjoy on Réflexions, and an undeniably warm and soothing pool of sound bathes the ears. The palette inevitably seems limited and the techniques orthodox in comparison to other guitarists in this batch, but such a naked approach to music-making is commendably bold.

There is much to enjoy on Réflexions.

Review

IS, Pasazer, no 14, 1 juin 2000

Critique

Régis Aubé, Lubie, 1 mars 2000

A près quelques recherches (aaaaah! Internet). il semble qu’André Duchesne ne soit pas un inconnu. Le bonhomme roule sa bosse depuis un certain temps. Surtout à Montréal (c’est là qu’ça s’passe), où il participe à divers festivals et explore différentes voies musicales. On le présente comme le pilier de la nouvelle musique au Québec. Il joue de la guitare et a récemment lancé un disque d’improvisation à la guitare classique qui se veut un intermède, un retour aux sources de sa démarche artistique. «[S]a vieille guitare classique dormait / dans son vieux case», il l’a sortie et a fait un disque. Un disque de guitare: «Écoute là! Elle te parle.»

Ça commence tranquillement avec Fer Forgé, une pièce douce, mélancolique, (Vu Marina Larouche à la télé la lèvre pendante, les bras croisés, l’air renfrogné. La madame était pas contente.)

Et ça continue: Doigts droits, doigts doux. Décidément il maîtrise parfaitement son instrument. (Sur que Wal-Mart a reçu une subvention pour construire un entrepôt, La madame était contente.) Le disque joue, les notes résonnent, lentement, sûrement… apaisantes.

Puis arrive Une souris dans ma chambre. De la bonne musique jouée par un bon musicien. (Vu à Musique Plus une remise de prix où toutes les gagnantes, à moitié nues, remercient Jésus-Christ, Le Seigneur, Dieu, etc. Probablement pour leur avoir donné de si beaux corps. Le monsieur était content.) Et ça continue avec Conversation. De la guitare, des notes, un souffle… (Su qu’un joueur du Canadien de Montréal— c’est là qu’ça s’passe — a été soulagé de 100000 bidous parce qu’il a été pris en flagrant délit de ski. Le monsieur était pas content et nous avons versé une larme de crocodile sur son sort.) Et le disque se termine comme il a commencé, de la guitare tranquille, bien jouée, un peu nouvel-âgeuse. (Vu le gala des Masques où tout ce qui méritait un prix en a reçu un. Tout le monde était content.) OK, avouons tout de méme que c’est bon. C’est calme, reposant et ça s’écoute bien en ce bel avant-midi d’hiver. Je vais le réecouter et arrêté de réfléchir, promis…

Tiens! Un vieux disque de Pink Floyd: «Is there anybody out there»…

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 62, 1 février 2000

57 minutes et 52 secondes de guitare classique solo. Je vous en prie, ne partez pas, restez! Ecoutez! Ecoutons! Partons en balade, nous sommes encore quelques uns à aimer ca. Et puis toutes les balades ne sont pas forcément romantiques, j’en connais qui dégénèrent sec. D’accord ce n’est pas le cas ici, mais un peu de curiosité que diable! Duchesne nous plonge dans une douce méditation. C’est sobre, minimal, cristallin, sans artifice aucun… et passionnant d’un bout à l’autre de ces quatorze plages improvisées. Magie de l’instant, doigts qui caressent et griffent le nylon, on s’en voudrait presque de déranger la belle et douce solitude du musicien. Nous sommes en position de voyeurs, charmés par tant de dépouillement, de nudité assumée. Romantiques, passez votre chemin! Cœurs ouverts, laissez-vous guider par cette douce transe de l’instant. Duchesne nous livre quelques réflexions, il serait idiot de ne point les suivre. Peut être nous perdront-elles sur quelque route buissonnière la nuit venue. Décidément on ce peut se fier à personne.

… passionnant d’un bout à l’autre…

Review

Tom Schulte, Survivor Newsletter, no 12:2, 1 février 2000

The only liner to Duchesne’s album is surrealist verse, “She is an orchestra, throwing notes to the lakes…” Duchesne’s playing veers from the tentative experimentation to beautiful, elaborate classical guitar creations. Never tedious, indeed adventurous, Réflexions is a sometimes serene, sometimes silly, sometimes serious solo acoustic guitar ride.

Never tedious, indeed adventurous, Réflexions is a sometimes serene, sometimes silly, sometimes serious solo acoustic guitar ride.

Review

Noah Wane, Splendid E-Zine, 18 octobre 1999

With Réflexions, Montréal-based, classical guitarist André Duchesne presents tender solo musings. As the album title indicates, Duschene’s music is both reflective and deeply personal. It seems to speak of days gone by, of loves lost and so forth. The track titles are about all that’s given in terms of concrete commentary on the music. They are in French, of course, but here are a few translated: An Afternoon in Paris, Friday Evening in Andalusia and Straight Fingers, Soft Fingers. Réflexions is wonderfully evocative and communicative stuff. It leaves me in a decidedly more melancholy state after hearing it. I applaud monsieur Duchesne for his sensitive musical soliloquies.

Réflexions is wonderfully evocative and communicative stuff.

Review

Tom Schulte, Slug, 15 octobre 1999

The only liner to Duchesne’s album is surrealist verse, “She is an orchestra, throwing notes to the lakes…” Duchesne’s playing veers from the tentative experimentation to beautiful, elaborate classical guitar creations. Never tedious, indeed adventurous, Réflexions is a sometimes serene, sometimes silly, sometimes serious solo acoustic guitar ride.

… beautiful, elaborate classical guitar creations.

Review

Dolf Mulder, Vital, no 192, 27 septembre 1999

Considering the output of Duchesne we see a small but varied oeuvre. His career started in the end of the 70s with Conventum, belonging to the first generation of musicians of the Ambiances Magnétiques family. Another guitarist of Conventum, René Lussier became a real globetrotter after the label (and the artists!) became more known outside of Canada. Lussier is for example member of the illustrious Fred Frith Guitar Quartet. In the mid 80s both Lussier and Duchesne were member of another guitar quartet, namely Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-Bar. For Duchesne this remained — as far as I have an overview on his career — his only real international cooperation. Duchesne always concentrated most of his activities in Canada. He composed for big ensemble (L’ou l) and for Locomotive, a group operating within the rock format. In 1984 he released his first solo-album Le temps des bombes. Duchesne, playing guitar and singing political texts, is assisted here by several musicians. Now, 15 years later Duchesne makes a statement of a completely different nature. On Réflexions Duchesne plays classical guitar and that’s just it. No guests musicians, no singing. This must be a release made out of love for the instrument. In 14 tracks Duchesne lets the guitar speak to us. The title Réflexions expresses very well the atmosphere of the music, created by the compotions and the sound of the guitar. It brings you in a pensive mood. Romantic, but never in a superficial, easy listening way. Let this one speak for it’s self!

This must be a release made out of love for the instrument.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.