La boutique des nouvelles musiques

Patrice Desbiens et Les moyens du bord Patrice Desbiens

Le disque compact rassemble vingt-deux poèmes écrits et interprétés par Patrice Desbiens sur des musiques improvisées par Jean Derome, Guillaume Dostaler, René Lussier et Pierre Tanguay, lors d’un enregistrement fait le 18 mars 1996.

Patrice Desbiens et Les Moyens du Bord a été produit et réalisé par René Lussier qui déclarait alors: «À force de tomber en bas de ma chaise, j’ai fini par me rendre à l’évidence: Patrice Desbiens est un poète immense. L’enregistrer disant ses poèmes est devenu une nécessité»

Tous les poèmes sont issus de différents recueils écrits entre 1974 et 1995. Les textes sont présentés dans leur intrégralité, dans une pochette originale… signée Paul Grégoire.

CD-Audio + 1 livre

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Patrice Desbiens et Les moyens du bord

Patrice Desbiens

  • CD + Livre
    AM 065
    Épuisé

La presse en parle

  • Catherine Perrey, Ici Montréal, 9 mars 2000
  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 43, 1 mars 2000
    … une œuvre terriblement sympathique.
  • Andrew Magilow, Splendid E-Zine, 28 février 2000
  • ImproJazz, 11 janvier 2000
  • François Couture, CFLX 95.5 FM, 11 janvier 2000
  • L’Express, 30 novembre 1999
  • Alain Brunet, La Presse, 20 novembre 1999
    Patrice Desbiens et les moyens du bord… n’a absolument rien d’opportuniste ou de racoleur. L’écriture de Desbiens n’a rien à envier à la musique de Lussier, et vice-versa. Voici l’histoire d’une soudure parfaite.
  • David Cantin, Le Devoir, 13 novembre 1999
    Avec la rigueur qu’on lui connaît, Lussier a su rester derrière les mots du poète, tout en imposant un univers sonore adéquat. […] Une expérience concluante, à répéter avec d’autres poètes.
  • Nicolas Tittley, Voir, no 660, 28 octobre 1999
    … un exemple franchement réussi de poésie en musique. […] Excellent.
  • Catherine Perrey, Ici Montréal, 28 octobre 1999
    Sauvage, libre. Avec des mots qui frappent et une guitare qui grince.
  • Alain Brunet, La Presse, 23 octobre 1999
    Étrange douceur, étrange fébrilité, humour acéré, rythme magnétique, phrasé profondément singulier, narration fascinante. Irrésistible Patrice Desbiens!
  • Pierre Foglia, La Presse, 14 octobre 1999
    Dans Patrice Desbiens, il y a aussi un poète qui n’a besoin de personne pour être un poète à lui tout seul.
  • Caroline Montpetit, Le Devoir, 13 octobre 1999
  • Denis Lord, Kaos newsmagazine, 1 octobre 1999
    Côté musique ou côté verbe, c’est du grand art […] Le poète parle beaucoup d’amour mais aussi, il revisite les lieux et objets du quotidien (restos, rues, tournevis, patates pilées) et les électrifie par sa lucidité, son humour et des déhanchements sémantiques qui ne sont pas sans rappeler Benjamin Péret.

Patrice Desbiens et les Moyens Du Bord

Catherine Perrey, Ici Montréal, 9 mars 2000

Voici comment bien investir votre argent: allez voir Patrice Desbiens et les Moyens Du Bord gratuitement, et deux fois plutôt qu’une! La Quinzaine de la poésie, organisée par le Réseau des maisons de la culture, vous permettra en effet de voir cet extraordinaire poète en compagnie de René Lussier et Guillaume Dostaler, qui sont les Moyens Du Bord du moment. Quel nom pratique pour une formation extensible qui s’adapte à tous les contextes! L’album, sorti cet automne sur étiquette Ambiances Magnétiques, a été l’un des points forts de la saison. Point de mots collés sur de la musique et point de musique parsemée au gré des mots. La poésie de Desbiens et la musique de Lussier sont les organes d’un même corps. Ça percute et ça carbure, ça fait mal, ça fait jouir et ça étonne.

Review

Andrew Magilow, Splendid E-Zine, 28 février 2000

Stalwart Ambiances Magnétiques heavyweights Jean Derome, Pierre Tanguay and René Lussier join forces with Patrice Desbiens and Guillaume Dostaler for a mind-altering spoken word experience that crosses musical and linguistic barriers. Desbiens’ verbal ruminations are in French, and since I’m not a native speaker my ears rely entirely on Desbiens‚ vocal inflections. These uttered words are like another type of music as they are chanted, shouted and smoothly rolled from Desbiens’ lips with cunning clarity. Equally as stirring are the musical backings from our other four players. Each performs two unique roles, functioning as both a subdued backer to Desbiens‚ phrasings and an explosive, expressive force that interjects its own form of aural stimulation through radical musical departures. Most notably, Derome’s saxophone blurts out several quick riffs of agitated notes on Sainte colère and his exceptional flute playing delicately drifts into the air on Expérience spirituelle cochonne sur un stabat mater de Vivaldi. Dostaler is equally amazing as he readily galvanizes a variety of bizarre synthesizer noises into rumbling, linear applications of expression on Après-midi chancelant and Un dernier bec. While confusing at first, each artist’s distinct style flushes out the best characteristics of the others — linking together an experiment of complex proportions that speaks wholesomely to your body through nontraditional means. Intellectually arousing as well as genuinely interesting, Desbiens and crew are here to shake things up. Are you ready for the ride?

Review

ImproJazz, 11 janvier 2000

“One second is a long time in the life of a poem” writes Patrice Desbiens as an introduction to his record. In this case, the 57 minutes 41 seconds of this CD will surely extend the life of this poet’s works. Patrice Desbiens, with his dozen books published, is still very little known and read. The public knows mostly because one of his poems, Caisse pop, was recorded by Richard Desjardins, a critically acclaimed Québecer songwriter, on his latest record Boom Boom.

René Lussier wanted to record the poet telling his poems in an improvisational context. The guitarist recruited three Ambiances magnétiques collegues: Jean Derome (flutes, alto sax, bird calls), Guillaume Dostaler (synths) and Pierre Tanguay (drums). Patrice Desbiens christened this back-up band Les moyens du bord (Available means). In march 1996, they recorded a string of poems which are offered only now on this cd.

Patrice Desbiens et Les moyens du bord comprises 21 improvisations on as many poems taken here in there into Desbiens’ books. The urban lyricism of Desbiens, that makes me think of a more Montréalistic Desjardins or a slanging Jacques Prévert, is greatly accomodated by these improvised soundtracks. At times only an ambience, at other times a driving groove, the music anchors the poem into the ground by interacting with it, keeping the listener ready to catch every syllable and turning this experience into something very enjoyable (of course, if you don’t understand french, you’ll have a hard time figuring out what’s happening).

The cd is packaged in a spiraled note pad with all thepoems reproduced. This original presentation lacks practicality: the cardboard holding the cd on my copy tear on first attempt of getting the cd out.

Patrice Desbiens et Les moyens du bord has all the qualities of bridge-record, one of these albums that let a new public to enter the world of "musiques actuelles". This cd remains of an easy approach, even for the neophyte. The text gets center stage, the music only accompanies. Therefore, every fan of poetry (understanding French, that is) should jump on this release in order to discover Desbiens’ talent and the universe of improvised music. I must thank René Lussier for a giving a new life and increased exposure to Desbiens’ poetry. I only wish many will discover him as I did, by listening to this record.

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 11 janvier 2000

«Une seconde c’est long dans la vie d’un poème», écrit Patrice Desbiens en dédicace à son disque. Dans ce cas-ci, les 57 minutes 41 secondes de ce disque serviront certainement à allonger la vie des textes de ce poète trop peu connu. Patrice Desbiens a une douzaine de recueils de poèsie à son actif. Il est surtout connu du public grâce à un poème, Caisse pop, mis en musique et endisqué par Richard Desjardins sur son plus récent cd Boom Boom.

René Lussier a voulu permettre au poète de dire lui-même ses poèmes dans un contexte improvisationnel. Le guitariste a recruté trois collègues d’Ambiances magnétiques: Jean Derome (flûtes, sax alto, appeaux), Guillaume Dostaler (synthétiseurs) et Pierre Tanguay (batterie). Patrice Desbiens a baptisé ce groupe Les moyens du bord. En mars 1996, ils enregistraient une série de poèmes qui nous sont offerts ici.

Patrice Desbiens et les moyens du bord est constitué de 21 improvisations sur autant de poèmes puisés à travers les différents recueils de Desbiens. Le lyrisme urbain de Desbiens, qui fait parfois penser à une version montréalaise de Desjardins (mais qui ne fait pas penser qu’à cela: un Prévert joualisant, par exemple), s’accomode très bien des trames sonores improvisées. Parfois simplement une ambiance, à d’autres moments un «groove» solide, la musique assoie le poème, l’ancre dans le concret en interagissant avec lui, rendant l’auditeur attentif aux moindres syllabes et l’expérience d’autant plus enrichissante et agréable.

Le cd est présenté dans un carnet spirale qui comprend tous les textes. Cette présentation très originale a le défaut d’être peu résistante: sur ma copie, le carton qui maintient le disque en place s’est déchiré à la première manipulation.

Patrice Desbiens et les moyens du bord possèdent toutes les qualités d’un disque-pont, un de ces albums qui permettra à un public neuf de s’initier aux musiques actuelles. Car ce disque demeure facile d’approche, même pour le néophyte. Le poème prédomine, la musique ne fait qu’accompagner. Ainsi, tous les amateurs de poésie ont intérêt à sauter sur ce disque, pour ainsi découvrir à la fois la plume de Desbiens et l’univers de la musique actuelle. Je me dois enfin de remercier René Lussier d’avoir donné une nouvelle voix (et une nouvelle vie) à la poésie de Desbiens, en souhaitant que plusieurs le découvrent comme je l’ai fait en écoutant ce disque. Très fortement recommandé.

Disque dur

L’Express, 30 novembre 1999

N’en déplaise à Ferré, la poésie n’à pas foutu le camp. Alors qu’on la croyait noyée sous l’assourdissante vacuité du flot d’images - vidéo ou autres - qui sont devenues nos points de repére communs, dans un monde dont les rapports au livre sont de plus en plus flous, la voilà qui réapparaît têtue, là où on l’attend le moıns, au moment où on en a le plus besoin.

Ceci dit, il en faudrait plus que ça pour troubler Patrice Desbiens lui qui a toujours entretenu des rapports malaisés avec ce métier qui n’en est pas un («Je pousse mon char comme je pousse ce poème/…/Et je pense Fuck la poésie»), avec cette langue fatalement identitaire, même lorsque réduite à l’impuissanœ («Il y a des mots qui ne me reviendront jamais/…/C’est comme si on m’avait fait une vasectomie de la langue/Elle bande toujours mais elle ne fera plus jamais d’enfants/Elle chante comme une boulette de steak haché dans une cage à hamster»). Quand on lit Desbiens - et encore plus quand on l’écoute - on se dt que rien ne doit être plus difficile que de dire les choses simplement. De façonner des images extraordinaires avec des mots parfaitement ordinaires. De refuser toute forme de compromis ou de politesse.

Aux antipodes de l’évasion onirique d’un Raoul Duguay, I’univers de Patrice Desbiens est dur commè de la roche du Nord de l’Ontario~ de cette terre arride dont il a fait le terroir fertile d’une Poésie désespérée, qui fascine et fait peur à la fois. À l’image de l’homme.

C’est Mano Solo qui disait, en parlant de «son» sida, que les gens l’aimaient bien parce qu’il mourait à leur place. D’une façon, nos rapports a Patrice Desbiens sont de cet ordre: il nous offre l’aliénation et la révolte, I’extase et le caniveau, dans un grand geste impudique dont on se grise par procuration,’ tandis que le poète devient indissociable de son œuvre. Comme Kerouac avant lui, ou Villon, si on~ veut remonter aux sources vives de la révolte.

Couchés sur la page, ces mots-, là sont déjà puissants. Mais quand Desbiens se les met en bouche, avec l’accent de rocaille - ou de racaille - de Sudbury, en parfaite symbiose avec les canevas discordants de René Lussier, qui a orchestré ce projet, la poésie devient un être vivant, grouillant, bagarreur. Et forcément génial.

Difficile de croire qu’aprés une dizaine de bouquins et une cassetté audio (le tout chez Prise de parole), Patrice Desbiens et les moyens du bord soit son premier disque de poésie. Quant à l’accueil critique et populaire exceptionnel qu’il a reçu depuis sa sortie en octobre, on y verra la confirmation que Ferré avait tort: il y a encore de l’espoir - même pour les poètes du desespoir.

Musique actuelle au service de la poésie

Alain Brunet, La Presse, 20 novembre 1999

La poésie se serait-elle fait fourrer… par la chanson? Par les véhicules de la chanson, à tout le moins. Au cours de ce siècle, 78 tours, 33 tours, CD, AM, FM, télé ou MP3 ont contribué à la propagation d’une énorme confusion: on a emprisonné le poète: dans une chapelle d’initiés, l’auteur de chansons est devenu le poète.

Heureusement, il y a des plumes comme celle de Patrice Desbiens pour ramener les pendules à l’heure, mais… Pour gagner de nouveaux adeptes, pour retrouver sa noblesse, la poésie doit-elle se souder à la musique? On soumet l’amusant paradoxe au poète qui vient d’endisquer, il le désamorce illico.

«Je pourrais lire trois heures tout seul en public, sans musique derrière moi. Que Jean-Marc Parent se tasse, j’ai autant de boutons et de barbe que lui. Et je suis pas mal moins plate!» Tiens toi.

Patrice Desbiens, 50 ans. La fleur de peau de cet homme bellement usé (alcool, cigarette, nuits folles «où les bons vivants deviennent des médiums saignants», demeure splendide, son esprit ne semble pas avoir perdu un iota de sa vivacité. En direction de sa tasse, coule de la piquette comme si un fleuve d’émotions débordait juste un peu de son lit.

— Être associé aux poètes sur la brosse, ça t’énerve?

— Oui. Le poète maudit, c’est pas mon bog. Je ne suis ni Bukowski ni Brautigan, je ne peux m’empêcher de faire du Desbiens. Je sais qu’on essaie déjà de me confiner à cette catégorie, on ne se géne pas pour montrer sa petitesse et son ignorance.

Les clichés sont balayés, causons disque. Musique actuelle et poésie, donc. Patrice Desbiens et les moyens du bord, enregistré sous la direction du guitariste, compositeur et Improvisateur René Lussier, n’a absolument rien d’opportuniste ou de racoleur. L’écriture de Desbiens n’a rien à envier à la musique de Lussier, et vice-versa.

Voici l’histoire d’une soudure parfaite. «C’était il y a dix ans, se rappelle Lussier. Quelqu’un m’avait praposé d’accompagner des poètes au festival de Trois-Rivières. J’y étais allé avec Zeena Parkins, on avait improvisé pendant trois heures non-stop derrière des poètes qui se relayaient. Est venu un moment où ça portait plus à terre: Patrice Desbiens était en train de lire. J’avais eu le coup de foudre pour la poésie. Ça avait frappé solide.»

Originaire du nord de l’Ontario (région de Timmins), Patrice Desbiens vivait alors à Québec. Une peine d’amour l’avait fait déguerpir. «Aussitôt arrivé à Montréal, raconte l’écrivain, j’ai téléphoné à René —qui m’avait impressionné pas à peu près—, je lui ai dit: "Si jamais t’as quelque chose avec de la poésie et de la musique, moi, j’aime ça lire devant le monde." Quinze minutes plus tard, il me rappelait. "Envoye, amène tes claques, j’te paye un spaghetti, pis on joue à soir au Cheval Blanc"» Une décennie plus tard, un disque a été lancé- à la même brasserie. En octobre dernier, on y a célébré des années d’ambiance et de lectures publiques ponctuées par Les moyens du bord, ensemble de musique improvisée à géométrie variable sous la gouverne de Lussier —et l’on ne compte pas la participation de Desbiens comme narrateur du Trésor de la langue, œuvre maîtresse de Lussier. Et voici le disque, qui rassemble autour du poète des improvisateurs d’expérience et de talent —outre Lussier, on retrouve Jean Derome, Gulllaume Dostaler et Pierre Tanguay.

Grâce à cet album lancé par l’étiquette Ambiances Magnétiques, plusieurs néophytes de la poésie moderne d’Amérique francophone pourront s’y frotter. Si l’effet s’avère boeuf, ils exploreront peut-être les recueils de Desbiens, ceux écrits de 1977 à 1997 dans lesquels on a puisé les poèmes endisqués. Sans compter deux autres recueils publiés depuis lors. Sans compter les écrits d’autres poètes.

Depuis la fin des années 50, beat generation et culture black ont pratiqué cette hybridation entre musiques et poésie d’avant-garde. Mais l’alliage demeure délicat. Avec Desbiens qui a déjà joué de la batterie dans les clubs de Sudbury,tout baigne: «Peut-être est-ce parce que je respecte les musiciens, réfléchit-il. J’ai toujours voulu entendre. Un respect mutuel s’est établi. Les musiciens voyaient venir la parole, pis là ça partait. Incroyable!»

«En studio, reprend Lussier, Pat était installé dans une autre pièce. On jouait et bang! Le poème arrivait. Dans cette partie, le joueur de centre était toujours le poète, la musique était à son service.»

Patrice Desbiens et les moyens du bord… n’a absolument rien d’opportuniste ou de racoleur. L’écriture de Desbiens n’a rien à envier à la musique de Lussier, et vice-versa. Voici l’histoire d’une soudure parfaite.

Critique

David Cantin, Le Devoir, 13 novembre 1999

Il y a des poètes qu’on préfère entendre plutôt que lire. D’autres imprègnent le vers d’une voix rugueuse et physique. On imagine mal la poésie de Patrice Desbiens et celle de Normand de Bellefeuille cohabiter au sein d’une même chronique. Pourtant, ces trajets se croisent dans une approche très musicale du poème. L’un récite ses textes sur disques, avec une joyeuse bande d’improvisateurs. L’autre brise le vers afin d’en multiplier les sens. Rythmes, bruits et douleurs se rejoignent vers un souffle imprévu.

Il me semble que la meilleure façon d’apprécier la poésie de Patrice Desbiens est de l’entendre réciter. Cette voix lourde et traînante va de pair avec l’humour dramatique, aux accents loufoque, du Franco-Ontarien. Avec l’aide du talentueux René Lussier et trois autres musiciens, l’auteur de Poèmes anglais s’abandonne à un projet de lectures et d’improvisations des plus réussis.

Sous le titre de Patrice Desbiens et les moyens du bord, ce disque représente, en quelque sorte, une brève anthologie de poèmes qui va de L’espace qui reste (Prise de parole, 1979) à Un pépin de pomme sur un poêle à bois (Prise de parole, 1995). En premier lieu, il faut saluer l’excellent travail des Jean Derome, René Lussier, Pierre Tanguay et Guillaume Dostaler. Avec la rigueur qu’on lui connaît, Lussier a su rester derrière les mots du poète, tout en imposant un univers sonore adéquat. Les improvisations se mêlent aux bruits, pour rejoindre le phrasé de Desbiens. Le choix des poèmes reste judicieux et apporte une cohérence à l’ensemble. Du poème long à la strophe minimale, Desbiens semble des plus à l’aise sur ce disque. Mentionnons au passage un livret des plus détaillés, avec photos et textes à l’appui. On constate d’ailleurs le chemin parcouru depuis l’audiocassette La cuisine de la poésie, qui date de 1985. Une expérience concluante, à répéter avec d’autres poètes.

Avec la rigueur qu’on lui connaît, Lussier a su rester derrière les mots du poète, tout en imposant un univers sonore adéquat. […] Une expérience concluante, à répéter avec d’autres poètes.

Critique

Nicolas Tittley, Voir, no 660, 28 octobre 1999

Déjà apercué sur la scène du théâtre La Chapelle, cette rencontre entre le poète franco-ontarien Patrice Desbiens et la créme de nos musiciens actualistes est un exemple franchement réussi de poésie en musique. Sous la direction du guitariste René Lussier, fan numéro un de Desbiens, Les Moyens du Bord (Jean Derome, Plerre Tanguay, Guillaume Dostaler) grincent, caressent, crient, mais demeurent toujours assujettis à cette voix râpeuse, faite d’hésitations et de «r» qui roulent. Il y a chez Desbiens une humanité profonde que les musiciens se sont bien gardés d’enterrer. 3,5/4

… un exemple franchement réussi de poésie en musique. […] Excellent.

Critique

Catherine Perrey, Ici Montréal, 28 octobre 1999

Patrice Desbiens est un poète. Un poète renversant. Qu’on écoute nonchalamment pendant une soirée de poésie et qui passe à travers toutes nos défenses pour aller nous coller des mots au fond du ventre. René Lussier s’est fait prendre au jeu dès 1989 et a collaboré à plusieurs projets avec Desbiens depuis. Les Moyens du Bord, c’est Pierre Tanguay, Jean Derome, Guillaume Dostaler et René Lussier. Une caravelle de luxe. Desbiens récite ses 21 poèmes tout collants de vie, et les gars lui taillent une musique brute à la mesure de ses mots. Résultat: un vrai bon happening, dans le plus beau sens du mot. Sauvage, libre. Avec des mots qui frappent et une guitare qui grince. Mais attention, les barreaux de votre chaise risquent soudainement de céder sous votre poids. On ne sait pas pourquoi, on appelle ça l’effet Desbiens. Un bel effet pervers. 9/10

Sauvage, libre. Avec des mots qui frappent et une guitare qui grince.

La poésie et les moyens du bord

Alain Brunet, La Presse, 23 octobre 1999

La poésie s’est fait damer le pion par la chanson et I’immense business qui la soutient, à tel point que le commun des mortels croit la poésie morte depuis Rimbaud,Baudelaire, Nelligan etleurs contemporains. Confusion regretable. J’ai lu et entendu Patrice Desbiens, cet écorché vif au patrimoine equarrià la hache franco-ontarienne, imprimé à l’alcooI. Je craque d’autant plus lorsqu’il lit cette sélection de grands crus avec ses complices musiciens. Etrange douceur, étrange fébrilité, humour acéré, rythme magnétique, phrasé profondément singulier, narration fascinante. Irrésistible Patrice Desbiens! Si doué, si magané. Son phrasé ramolli par l’érosion accélérée de son existence, ses «r» bien gras, sa connaissance prafonde de l’Amérique, les galaxies qu’il explore en traversant la rue ou la chambre à coucher, tout ça génère de fabuleux accents. Desbiens a déjà été drummer de club, il sait la musique des mots. La production de René Lussier (qui semble vouer à l’écrivain une profonde admiration) appuyée par Pierre Tanguay, Jean Derome et Guillaume Dostaler, saisit parfaitement les inflexions, la grande diversité des climats créés par ce poète incontournable. Passionnément 4/5

Étrange douceur, étrange fébrilité, humour acéré, rythme magnétique, phrasé profondément singulier, narration fascinante. Irrésistible Patrice Desbiens!

Les états culturels

Pierre Foglia, La Presse, 14 octobre 1999

L’autre soir, je suis allé à une soirée de poésie à la taverne du Cheval blanc, Ontario et Saint-Hubert. Il y avait là un poète du nom de Patrice Desbiens, dont je vous ai déjà parlé, un des trois seuls poètes que je lis parfois, pas souvent, soyons francs, c’est quand même rare qu’on lise de la poésie. C’est comme de l’eau de vie. A toutes petites lampées. On sort la bouteille quand la visite est partie. L’eau de vie du silence. Trois poètes, disais-je. Anne Hébert. Le temps / Dans le chas de l’aiguille / Passe si lentement / Que tous les chevaux du roi / En plein galap d’épouvante / Se figent et meurent / Tranquilles et étonnés / Pris au lasso des jours étouffants.

Charles Bukoswski. I live with a woman who often laugh when I try to be serious. When I try to be funny, she says «what the hell do you mean by that?» But most of the time, she just switch on the TV.

Le troisième, c’est Patrice Desbiens qui vit à Montréal, mais qui vient de Timmins en Ontario. Je ne sais pas si je devrais sauter dans l’autobus pour Sudbury ou sauter devant l’autobus pour Sudhury

Dans-Patrice Desbiens, il y a un peu de Plume, un peu de Richard Desjardins, un peu de Bukowski, un peu de Prévert, et pas du tout de Anne Hébert. Dans Patrice Desbiens il y a aussi un poète qui n’a besoin de personne pour être un poète à lui tout seul. Seul comme le dernier oeuf dans le bocal, sur le comptoir de la taverne du Cheval blanc.

Ce n’est peut-être pas par hasard si Patrice Desbiens boit un vin de dépanneur qui s’appelle Porte d’Enfer. J’ai fini ma bouteille de vin blanc/j’ai réglé l’addition/ je suis sorti et derrière moi le restaurant a fait faillite… On m’a raconté qu’il boit moins depuis trois mois, depuis qu’il a un chat, parce qu’il faut bien qu’il rentre le soigner, à un moment donné. Il a appelé son chat Miles Davis. On m’a raconté ça, mais comme il y avait beaucoup de bruit, j’ai compris Mice Davis. C’est drôle pour un chat, Mice Davis. En tout cas, j’ai souris.

S’cusez.

Nous parlions de Patrice Desbiens qui récitait ses poèmes accompagné à la guitare par René Lussier. Vous pouvez les entendre sur le CD qui était lancé ce soir-là, Les Moyens du bord,produit et réalisé par René Lussier (sur l’étiquette Ambiances magnétiques).

Mais vous pouvez tout aussi bien lire un des trois derniers recueils de Patrice, L’effet de la pluie poussée par le vent sur les bâtiments (Lanctôt}, La Fissure de la fiction (mon préféré) ou Un pépin de pomme sur un poêle à bois (le plus populaire).

Dans Patrice Desbiens, il y a aussi un poète qui n’a besoin de personne pour être un poète à lui tout seul.

Culture

Caroline Montpetit, Le Devoir, 13 octobre 1999

Le poète franco ontarien Patrice Desbiens vient de voir son œuvre gravée sur disque. Epaté du talent du poète, le musicien montréalais René Lussier a en effet produit et réalisé l’album Patrice Desbiens et le moyens du bord. Le disque rassemble 22 poèmes écrits et lus par Patrice Desbiens, sur des musiques originales de Jean Derome, Guillaume Dostaler, René Lussier et Pierre Tanguay. «À force de tomber en bas de ma chaise, j’ai fini par me rendre à l’évidence: Patrice Desbiens est un poète immense», dit René Lussier.

Critique

Denis Lord, Kaos newsmagazine, 1 octobre 1999

Si vous croyez que la poésie ne se fait qu’avec des mots guindés, des formules abstraites ou des phrases pompeuses, le verbe chaud, sensible et parfois cocasse du poète de Sudbury, Patrice Desbiens, aura tôt fait de sunblaster vos idées reçues. Desjardins a chanté son poème Caisse pop; ici, Desbiens reprend et son texte et le micro, accompagné des troubadours éclectiques et avant-gardistes de l’étiquette Ambiances Magnétiques. Parfois free jazz, bruitistes ou jazz rock, Jean Derome, Guillaume Dostaler, René Lussier et Pierre Tanguay offrent une prestation riche et inspirée alors que Desbiens, bon conteur, dit une vingtaine de poèmes extraits de recueil comme Sudbury et Un pépin de pomme sur un poêle à bois. Le poète parle beaucoup d’amour mais aussi, il revisite les lieux et objets du quotidien (restos, rues, tournevis, patates pilées) et les électrifie par sa lucidité, son humour et des déhanchements sémantiques qui ne sont pas sans rappeler Benjamin Péret. Greffe de nuit: Je suis comme un journaliste de CNN. Je continue à répéter les mêmes choses jusqu’à en oublier le sens. " Hey, we got some good dead babies " me dit le caméraman. Il y a des mots qui ne me reviennent pas, qui ne me reviendront jamais. C’est comme si on m’avait fait une lobotomie de la langue, c’est comme si on m’avait fait une vasectomie de la langue. Elle bande toujours mais elle ne fera jamais plus d’enfants. " Côté musique ou côté verbe, c’est du grand art, qui pourrait de surcroît ouvrir les portes de la poésie à ceux qui lui sont allergiques.

Côté musique ou côté verbe, c’est du grand art […] Le poète parle beaucoup d’amour mais aussi, il revisite les lieux et objets du quotidien (restos, rues, tournevis, patates pilées) et les électrifie par sa lucidité, son humour et des déhanchements sémantiques qui ne sont pas sans rappeler Benjamin Péret.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.