La boutique des nouvelles musiques

Torticolis Jean Derome et les Dangereux Zhoms

Cet article est aussi inclus dans le coffret 1994-96 (AM 901).

Torticolis, est le troisième album du groupe Jean Derome et les Dangereux Zhoms. Les pièces, tout comme les deux précédents albums, sont issues des carnets de voyage de Jean Derome (un journal intime d’impressions musicales qu’il a annotées sur des coins de table durant ses tournées).

Ce répertoire-territoire est donc exploré par ces 6 Dangereux Zhoms aguerris qui n’ont ni peur de se perdre ni de se trouver, car ce sont des inventeurs, des débrouillards, des fous, des subversifs, des maîtres du temps, des sourciers, des chasseurs, des chercheurs et des trouveurs, et surtout des musiciens extraordinaires qui forment ensemble un groupe hors du commun qu’on a trop peu souvent la chance de voir et d’entendre.

Cet article peut être téléchargé et/ou écouté sur le site jeanderome.bandcamp.com.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

Torticolis

Jean Derome et les Dangereux Zhoms

Jean Derome

La presse en parle

  • Jérôme Langlais, Tow Letter, no 4, 1 août 2000
    Derome joue la musique dans tous les sens du terme.
  • Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000
  • Frank Rubolino, Cadence, no 25:11, 1 novembre 1999
    Derome’s alto solo on Really Sorry was one highlight of the forceful set.
  • Davis Ford, Etch, no 5:3, 1 juin 1999
  • Octopus, 1 juin 1999
    … ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien…
  • Richard Moule, Exclaim!, 1 mai 1999
    Cracking open a new Jean Derome CD is equivalent of savouring a new box of truffles… This is serious fun from some musicians who are serious about their fun.
  • Coda Magazine, no 269, 1 mai 1999
  • Beppe Colli, Blow Up, no 12, 1 mai 1999
  • BLG, Downtown Music Gallery, 1 avril 1999
  • Michael Rosenstein, Cadence, no 25:4, 1 avril 1999
  • Chris Blackford, The Wire, no 180, 1 février 1999
    Challenging music performed with wit, warmth and authority.
  • James Hale, Ottawa Citizen, 30 janvier 1999
    This band has a wonderful, open approach to music…
  • Margen, no 16, 1 janvier 1999
  • LP, Muzik etc, no 10:1, 1 janvier 1999
    Ses pièces sont bien structurées, bien équilibrées dans les effets de contrastes et il nous amène souvent un élément thématique auquel on peut se raccrocher.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 24, 1 novembre 1998
  • Vincent Collard, Ici Montréal, 15 octobre 1998
    Un beau mélange de maturité et de folie.
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 10 octobre 1998
  • Serge Truffaut, Le Devoir, 10 octobre 1998
  • Nicolas Tittley, Voir, 8 octobre 1998

Critique

Jérôme Langlais, Tow Letter, no 4, 1 août 2000

Qui a déjà vu Jean Derome sur scène, seul ou accompagné de la perceuse d’oreilles Joane Hétu, sait que l’homme refuse l’ennui. Sur ce 3ème disque en compagnie de ses Dangereux Zhoms il porte l’improvisation musicale à ses limites: jouer live pour l’honorer au maximum (la notion de «risque» dans cette discipline est plus forte en public), et tutoyer la composition (certaines structures complexes sont préétablies et fixent parfois le point de départ des passages free). Ainsi naît un jazz déboité, tellement fourré de polyrythmiques, qui élude volontairement l’aspect sombre et trop sérieux souvent employé en improvisation. Derome s’amuse, prend du plaisir à jouer cette musique pourtant trés précise où l’aléa introduit par les partenaires (ici entre autres: René Lussier, Tom Walsh, Pierre Tanguay, Pierre Cartier… ) peut déstabiliser l’ensemble à tout moment. Derome joue la musique, dans tous les sens du terme.

Derome joue la musique dans tous les sens du terme.

Review

Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000

Torticolis documents Jean and various cohorts live in concert. It veers towards some New York acts like Curlew or Material, as a very rhythmical and percussive brassy rock, transmuting to more subdued jazzy parts with some "swinging" bass-lines.

Review

Frank Rubolino, Cadence, no 25:11, 1 novembre 1999

Two groups enjoyed the honors as the main events for the evening. Jean Derome’s et Les Dangereux Zhoms opened with a boisterous set that exerted plenty of muscle, mainly through the vigorous drumming of Pierre Tanguay and raw trombone blasts from Tom Walsh. Derome’s compositions set up a vaudevillian, almost circus atmosphere with heavity composed material played in a very unstructured and freewheeling way. The compositions, which often were woven into extended suites, were intricate, often blurring the line between written and improvised. The band often ignited into wondrous, freely spun passages behind the pulsating beat from Pierre Cartier on bass and Guillaume Dostaler on piano and keyboards. Derome’s alto solo on Really Sorry was one highlight of the forceful set.

Derome’s alto solo on Really Sorry was one highlight of the forceful set.

Review

Davis Ford, Etch, no 5:3, 1 juin 1999

Critique

Octopus, 1 juin 1999

Aprés Navré et Carnets de voyage,Torticolis est le troisième album de Jean Derome et ses Dangereux Zhoms (René Lussier au saxophone et à la guitare, Tom Walsh, etc)enregistré live au Théâtre La Chapelle à Montréal. Fortement rythmées, les cadences infernales de ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien dont les représentants les plus caractéristiques seraient Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage et Martin Tétreault.

… ses improvisations sont celles d’une avant-gardiste et festive fanfare hissant très haut les couleurs d’un «jazz» canadien…

Review

Richard Moule, Exclaim!, 1 mai 1999

Cracking open a new Jean Derome CD is equivalent of savouring a new box of truffles. The sensation is a joyous reminder to your taste buds of how much you have missed indulging your passion for these sweets. This is not to suggest that the music of this Montréal actuell-ite is in any way saccharin or simply meant for short-term pleasure. Far from it. It is just any record from this reed and wind player and his quintet is a delightfully special occasion. As usual, these adventurous genre-busting players adeptly hop, skip and zigzag all over the musical map. Avant rock, improv jazz, cool jazz, modern classical and funk are merely jumping points for these playful, imaginative excursions. The follow-up to 1995’s Navré, this live recording from Feb. 8 and 9, 1996 at Montréal’s Theatre La Chapelle finds this ensemble in fine form. Jean Derome’s heated alto sax playing and circular breathing and René Lussier’s cutting guitar solos are equally matched by the sonorous blasts of trombonist Tom Walsh and the precise chops of drummer, Pierre Tanguay, bassist Pierre Cartier and keyboardist, Guillaume Dostaler. This is serious fun from some musicians who are serious about their fun.

Cracking open a new Jean Derome CD is equivalent of savouring a new box of truffles… This is serious fun from some musicians who are serious about their fun.

Review

BLG, Downtown Music Gallery, 1 avril 1999

Jean Derome is a wonderful saxist/flutist and composer from Montréal who I have long admired. From the first time I heard his grand quirky duo with guitarist René Lussier - Les Granules at my first Victo fest over a decade ago, through his work with Fred Frith’s Keep the Dog, his excellent Monk tribute and many other projects often with René, I knew that both of these players were special. Now that both Jean & René have about ten releases a piece on their Ambiances Magnétiques label, my Victo buddies & me look forward to each new project with much anticipation. This is the third release by Jean’s band -DZ and is also part of a three cd set. This is an all-star Canadian ensemble that includes René on daxophone & el. guitar (he is also found in Frith’s Guitar Qt. ), Tom Walsh on trombone, Guillaume Dostaler on keyboard (a new name to me), Pierre Cartier on el. bass & Pierre Tanguay (from many projects) on drums. Both Walsh & Cartier have had their own units play at Victo in the past. Both Jean Derome’s playing & composing are always on a high level. The music here is a fine blend of progressive/jazz/rock, both stimulating compositions & improvised sections. I hear bits of the best of Frith in there at times. So nice to hear the rarely utilized daxophone from René, with its twisted vocal-like presence. This music has a most uplifting, positive quality to it, never the darker side of prog. His sly sense of humor never hurts, either. Check out Québec’s finest. Downtown Music Gallery 1999

Review

Michael Rosenstein, Cadence, no 25:4, 1 avril 1999

Multi-instrumentalist Jean Derome is one ot the core members of Montréal’s adventurous improvisation scene. His work ranges from choreography to theater music to film soundtracks to Jazz bands to boundary blurring improvisation. This is the third release by his band Dangereux Zhomes and the eight originals continue in the vein of the first two, offering open sketches for group interaction that draw on the diverse talents and improvisational approaches of the six players. The compositions are based on travel sketches Derome captures while touring with his various groups. These can take the form of darting themes blending elements of rock, funk, Jazz voicings, and folk dance or the barest skeletons for colective textural improvisations. The music benefits from the fact that each of these players frequently collaborates in each other’s music, so they are able to rapidly respond to the kaleidoscopic changes these pieces move through with lightening reflexes. Though there is plenty of solo room, this is ensemble music built from complexly intertwined lines from each. Throughout, there is an element of mischievous playfulness and wry humor as the players draw on everything from birdsongs to circus music to blustering cacophony in these vibrantly shifting improvisations. One minute, they will be tossing off a unison reading of an angular head, the next they’re off slinking through noirish themes, or skronking through a squalling section of electric, rock-tinged freedom. Recorded in concert over the span of three days, the live setting seems to bring out particularly charged performances and an inventive sense of adventure. The rousing final ovation captured at the end of the disk is well deserved.

Soundcheck

Chris Blackford, The Wire, no 180, 1 février 1999

When it comes to genre bending, Québec’s Jean Derome and his Dangereux Zhoms are in the top flight, making all those tricky manoeuvres between modern Jazz free Jazz avant-rock and Improv with enviable aplomb. Mind you, this six piece does comprise some of the finest in Canadian New Music: alongside the leader/composer are Pierre Cartier, Guillaume Dostaler, René Lussier, Pierre Tanguay and Tom Walsh. After Navré, 1995’s impressive studio release, Torticolis showcases the group in concert, confirming their polystylistic subtlety and dexterity. The title track has it all: imaginative improvising around scattered themes, memorable solos (Derome’s impassioned alto, Dostaler’s crisp pianism, Lussier’s rock-driven guitar), plus a delightfully playful rhythm section.Zuripari successfully combines swinging neo-fusion with fragmnentary Improv and theatrical vocalising and Rubigen opens with a bizarre duet for electronics and daxophone, developing into tunky polyrhythmic jazz. Challenging music performed with wit, warmth and authority.

Challenging music performed with wit, warmth and authority.

Review

James Hale, Ottawa Citizen, 30 janvier 1999

Montréal saxophonist Jean Derome’s raucous sextet makes a perfect case for the theory that jazz influence runs east-west rather than northsouth, at least as far as Québécois musicians are concerned. Les dangereux zhoms (trombonist Tom Walsh, guitarist René Lussier, keyboardist Guillaume Dostaler, bassist Pierre Cartier and percussionist Pierre Tanguay) sound nothing like an American band. In their madcap humour and love of noise for its own sake, there is a clear line to the European sensibility of musicians like Willem Breuker and Han Bennink.

More than once on this live recording you can hear laughter coming from either the audience or the musicians; this is clearly not a band that takes itself too seriously. There is an evident sense of joy in many of Derome’s themes — a singsong quality that makes for extremely infectious melodies.

Walsh, with his growling, swooping style, gets much of the solo space on Torticolis, though Derome’s longtime sidekick, Lussier, is constantly colouring the music with his broad palette of sounds. This band has a wonderful, open approach to music, and it’s a shame they haven’t received far greater exposure outside Québec. 4/5

This band has a wonderful, open approach to music…

Discos

Margen, no 16, 1 janvier 1999

Critique

LP, Muzik etc, no 10:1, 1 janvier 1999

Ce n’est définitivement pas le genre d’album qui s’enlise dans la redite ou que l’on écoute comme musique d’ambiance pour le souper. Torticoli mérite que l’on tende l’oreille attentivement. Le saxophoniste montréalais Jean Derome ouvre les portes du jazz actuel à qui veut tenter l’aventure. Ses pièces sont bien structurées, bien équilibrées dans les effets de contrastes et il nous amène souvent un élément thématique auquel on peut se raccrocher. Mais c’est vraiment l’énergie et l’imagination qui priment par-dessus tout.

Les instrumentiste qui l’accompagnent sont de grosses pointures associées au courant jazz actuel: Pierre Cartier, Guillaume Dostaler René Lussier, Tom Walsh et Pierre Tanguay prennent un malin plaisir a pousser leur instrument en dehors des sentiers battus. C’est le genre d’album que tout musicien devrait écouter, ne serait-ce que pour élargir ses horizons. Regarder autour de soi ne donne pas nécessairement un torticolis.

Ses pièces sont bien structurées, bien équilibrées dans les effets de contrastes et il nous amène souvent un élément thématique auquel on peut se raccrocher.

Compact

Vincent Collard, Ici Montréal, 15 octobre 1998

Déjà un troisième CD pour les Zhoms. Cet album, enregistré live au théâtre La Chapelle, impressionne en premier lieu par la qualité de la prise de son signée Pierre Léger (on n’aurait guère mieux en studio), ensuite par la solidité des musiciens {dont la callaboration remonte à bien plus loin que la naissance du band), qui passent avec une tranquille assurance du jazz le plus sage au bruitisme le plus violent, en passant par tous les rythmes rock, latins, funk ou dixieland. La construction des pièces est savante, ce qui n’empêche pas les solos d’être complètement éclatés. Un beau mélange de maturité et de folie.

Un beau mélange de maturité et de folie.

Jours fastes!

Serge Truffaut, Le Devoir, 10 octobre 1998

Un album à six, un album à quatre, un album à deux… Trois albums d’un coup, trois productions publiées simultanément, c’est ce que Jean Derome, saxophoniste, flûtiste, compositeur, chef d’orchestre, arrangeur, oulipien des gammes, cantonnier des notes d’aujourd’hui et de demain davantage que des notes d’hier, c’est donc ce qu’il proposedepuis peu. Sur quelle étiquette? Ambiances magnétiques, soit l’étiquette des apparences instables. De-que-cé? On n’en sait rien.

On n’en sait rien, mais on retient que ces trois albums seront au coeur des trois shows qu’il présentera les 11 et 12 octobre, soit dimanche et lundi, soit demain et après-demain, au Lion d’or. Autrement dit, cela signifie que Jean Derome et ses amis, les masculins comme les féminins, se produiront six fois en deux jours. Trois disques, six shows en deuxjours… Que diable! Bon. Histoire d’éclaircir, récapitulons. En 1992, Jean Derome a fondé un groupe. Il l’a baptisé Les Dangereux Zhoms parce que, c’est bien connu, le bipède au masculin est un fada. Bon. Les Dangereux Zhoms, c’est, outre Derome, Pierre Cartier à la basse, Guillaume Dostaler aux claviers, René Lussier au saxophone et à la guitare, Pierre Tanguay à la batterie, et Tom Walsh au trombone.

Il y a plus de deux ans, les 9 et 10 février 1996 pour être exact, Les Dangereux Zhoms avaient colonisé la scène du Théâtre La Chapelle. Ces séances musicales avaient été enregistrées. Derome les a écoutées. Il a fait des choix. Le fruit de ce travail est désormaisdisponible sous le titre Les Dangereux Zhoms? Torticolis? Live au TLC. Il s’agit du troisième album de cette formation.

Jours fastes!

Serge Truffaut, Le Devoir, 10 octobre 1998

Demain comme après-demain, ces deux musiciens seront les premiers à occuper la scène. Puis, les autres membres de Castor les rejoindront pour jouer les pièces de ce qui est leur deuxième album. Après quoi, les membres des Dangereux Zhoms qui n’auront pas encore arpenté la scène du Lion d’or débarqueront pour présenter dans son intégralité les pièces comprises dans le dernier album. En fait, le show des Dangereux Zhoms constituera la deuxième partie au complet de cette soirée au long cours.

Causette

Bon. Avec Derome, on a eu un brin de causette, histoire de mieux saisir la riche géographie musicale qui est la sienne. C’est ainsi qu’on a appris que… «J’ai baptisé la première pièce Saalfelden, parce que c’est dans cette ville autrichienne que j’ai composé ce morceau. J’étais en tournée avec Fred Frith. Nous étions dans une van. Il pleuvait beaucoup. Et j’ai remarqué que les essuie-glaces avaient des rythmes différents. C’est cela qui explique d’ailleurs que cette pièce est faite de plusieurs lignes que chaque musicien est libre de choisir. «Le deuxième morceau, soit Le Retour, décrit la joie de revenir chez soi après une tournée. C’est fait de trois voix mélodiques et de cinq lignes rythmiques différentes. Je l’ai beaucoup travaillé avec les musiciens. La troisième pièce, Anchive, c’est un hommage à Duke Ellington et en particulier à ses compositions aux titres énigmatiques. Anchive, c’est une contraction d’anchois et d’archive. C’est un travail sur les cycles.»

«Les Autres Oiseaux fait évidemment référence aux chants d’oiseaux. Lorsqu’on est dans une clairière, il arrive parfois d’entendre un premier oiseau, puis un deuxième répond avant que plusieurs y aillent simultanément. C’est pour ça que cette pièce est faite de plusieurs lignes qui n’arrivent jamais en même temps.»

Puis, il y a Torticolis, celui qui frappe souvent les musiciens en tournée, et Duo, Zuripari,pièce écrite entre Zurich et Paris lors d’une tournée, et enfin c’est Rubingen, du nom d’une petite ville allemande où Derome s’était perdu. Et alors? L’album Torticolis? Live au TLC, c’est la géographie musicale de Derome; l’album Mets ta langue, c’est la physique de l’amour; l’album Nous perçons les oreilles, c’est l’improvisation pure et dure, c’est la musique du hasard. L’ensemble de ces albums, c’est TOUT Derome. C’est beaucoup.

Critique

Nicolas Tittley, Voir, 8 octobre 1998

Les Dangereux Zhoms, eux, n’ont pas besoin de mots pour parler. La complicité qui unit ces six maîtres de la scène «actuelle» (Derome, Lussier, Cartier, Dostaler, Tanguay et Walsh) est bien palpable dans cet enregistrement d’un concert donné au Théatre La Chapelle. À partir de ses carnets de voyages, Derome a créé un univers sonore d’une grande cohérence qui offre toutefois assez de liberté pour permettre à chaque musicien de se mettre en valeur lors d’échanges qui tiennent plus de la conversation que du duel sonore. À l’occasion de ce triple lanœment, les trois formations seront en spectacie au Lion d’or, les 11 et 12 octobre. 4/4

Autres textes

emoRAGEi no 6, Montréal Campus, Ici Montréal

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.