La boutique des nouvelles musiques

Chronique d’un génocide annoncé René Lussier

Cinquante ans après l’Holocauste, notre monde a laissé commettre un autre génocide, cette fois au Rwanda. Chronique d’un génocide annoncé est un film réalisé par Danièle Lacourse et Yvan Patry avec la musique de René Lussier.

Musique lyrique, musique d’atmosphère, musique orchestrale, textures et ambiances sonores. Des sons libres, éclatés, émouvants qui épousent merveilleusement le film. René Lussier signe ici une musique qui à la fois apaise et exacerbe notre émotion devant ce génocide. Un film à voir, une musique à entendre!

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Ambiances Magnétiques.

Chronique d’un génocide annoncé

René Lussier

  • CD
    AM 058
    Hors-catalogue

La presse en parle

Review

Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000

Music for the film "Chronicle of a Genocide Foretold" documenting the massacre of a million people in Rwanda by the militia, as you may expect from the subject matter this is a music that is quite dark and sombre with much tension and a sense of drama. The beautiful strings with eerie noises escaping from the background sound, to these ears, like vultures circling the slaughter beneath them. Fire and water permeate proceedings, sometimes venturing towards very pretty melodies in a vivid and picturesque music, There are also human voices, and what sound like pigs squealing. It’s all beautifully arranged and stays mellow throughout, with only occasional outbursts of angular R10 structures. For all its melancholy, and often quite piercing tones, this is a good release which ends with some gorgeous angelic singing voices.

Music for the film "Chronicle of a Genocide Foretold" documenting the massacre of a million people in Rwanda by the militia, as you may expect from the subject matter this is a music that is quite dark and sombre with much tension and a sense of drama. The beautiful strings with eerie noises escaping from the background sound, to these ears, like vultures circling the slaughter beneath them. Fire and water permeate proceedings, sometimes venturing towards very pretty melodies in a vivid and picturesque music, There are also human voices, and what sound like pigs squealing. It’s all beautifully arranged and stays mellow throughout, with only occasional outbursts of angular R10 structures. For all its melancholy, and often quite piercing tones, this is a good release which ends with some gorgeous angelic singing voices.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 37, 1 septembre 1998

En décidant de réaliser la musique d’un film documentaire sur le Rwanda, René Lussier participe a un devoir de témoignage, un devoir de mémoire. La trame en est bien sûr fournie par le film (disponible en video ou en 16mm). En ce sens, il s’agit ici non pas d’une œuvre d’un guitariste qui chercherait à traduire son sentiment, sa propre émotion face à ce genocide: la guitare, d’ailleurs bien présente, est surtout utilisée à créer des sons/bruits plus ou moins discrets, dans une trame d’ensemble où dominent les cordes, les sonorités étirées et plaintives propres à suggérer l’intensité dramatique et le caractère tragique, voire inique «d’un génocide annoncé». C’est donc davantage l’œuvre d’un compositeur, associe à un reporter sonore qui n’est autre que Claude Schryer, capteur et metteur en scène de sons évocateurs: crépitements de feu, ruissellement d’eau, témoignage de rescapés, quelques chants africains, une cérémonie religieuse…

L’homme de chantiers; René Lussier est la cheville ouvrière de l’improvisation

Serge Truffaut, Le Devoir, 16 mai 1998

Mettons que c’est la chronique d’une vie.

Chronique d’un génocide annoncé, c’est la musique d’un documentaire réarrangée pour les besoins comme les exigences du format compact. C’est une guitare, une flûte, un saxo, des clarinettes, des violons, des violoncelles, un trombone et une batterie. C’est une instrumentation riche pour une musique ample.

Chronique d’un génocide annoncé, c’est une musique qui ponctue des propos comme celui-ci: «Ma mère a montré sa carte d’identité. Ils l’ont abattue d’un coup de machette. Elle est tombée avec mon petit frère qu’elle portait sur le dos. Je me suis sauvé. J’ai traversé la plantation d’eucalyptus, puis la bananeraie. Et je me suis caché dans le champ là-bas.»

Review

Chris Blackford, Rubberneck, no 28, 1 février 1998

Chronicle of A Genocide Foretold,"Fifty vears after the Holocaust," the sleevenotes declare, "the world allowed another genocide to occur, this time in Rwanda. " Eyewitnesses (the youngest seven years of age) recall the horrific events. A million people massacred in just three months by Hutu extremists, many hacked to death with machetes.

René Lussier’s soundtrack to Danièle Lacourse’s and Yvan Patry’s documentary is for an eight-piece ensemble (Derome, Tanguay, Arcand, Lepage…), plus atmospheric environmenta1 sounds. Abstract improv and sombre themes are thoughtfully integrated: the former touching the raw nerve of ineradicable trauma. Undoubtedly a difficult commission, but René Lussier’s response is a work of admirable sensitivity and intelligence.

… a work of admirable sensitivity and intelligence.

Autres textes

Splendid E-Zine, SOCAN, Paroles & Musique no 5:1

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.