La boutique des nouvelles musiques

Île bizarre Diane Labrosse, Ikue Mori, Martin Tétreault

Île bizarre est la rencontre de trois bruitistes — Diane Labrosse, Ikue Mori et Martin Tétreault — qui élaborent une musique à partir de collages, de spatialisation et de matière brute. Une accumulation de parasites, grésillements et crépitements.

Île bizarre est une exploration sonore qui vise l’utilisation maximale d’un minimum de sons, donnant lieu à une musique abstraite, impressionniste, une sorte de «cinéma pour l’oreille». Une série de voyages immatériels, d’impressions surréalistes, d’ambiances étranges, un composite de souvenirs et de projections.

«Disons que nous ayons les dons d’ubiquité et d’intemporalité. Disons que nous soyons sensible aux jeux d’ombre et de lumière, à l’envoûtement d’un parfum, au charme d’une langue inconnue. Disons que nous ayons l’âme solitaire, l’esprit vagabond, le pied marin, l’oreille grande ouverte et tout notre temps…» —DL

Île bizarre

Diane Labrosse, Ikue Mori, Martin Tétreault

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Gary Flanagan, Nightwaves, no 6, 1 mai 2000
    This is “sound as art” in the truest sense of the term.
  • Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000
    … this is a very good one.
  • GC, Minimal, no 18, 1 novembre 1998
  • François Couture, Art Zéro, no 13, 1 août 1998
    Vous ne trouverez pas musique plus bruitiste que celle qui est gravée sur ce disque.
  • Henryk Palczewski, Informator “Ars” 2, no 23, 1 août 1998
  • Spike Taylor, Exclaim!, 1 juillet 1998
    This is a found paradise of sound where the buzzing of bees is replaced with frying wires and the sun shines angry and grey.
  • Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:7, 1 juillet 1998
  • Chris Yurkiw, Montreal Mirror, 11 juin 1998

Review

Gary Flanagan, Nightwaves, no 6, 1 mai 2000

Promotional material for this album described it as "cinema for the ear", and that is a pretty accurate description. This is "sound as art" in the truest sense of the term. Grinding, whirs, buzzes, snaps and bangs are all brought together to create a suggestive sonic soundscape. Diane Labrosse (samples), Ikue Mori (electronic percussion) and Martin Tétreault (turntables) have created a work which achieves an almost organic quality from the most inorganic resources. if you are looking for something that is daring and goes nowhere near the mainstream, then this is for you. Most of the moods captured on this disc are stark and hollow, giving the listener a true taste of coldmetal machinemusic. One could almost subtitle this "Symposium for Junkyards". If you enjoy the true industrial approach (ie Einsturzende Neubauten), then you will undoubtedly love the challenge of this work. One suggestion: Île Bizarre must be heard on the best possible sound system that you can get access to. Sound enthusiasts will love turning track two (Ad Ventum Capere Grandes Machinae) up as loudly as their stereo systems will permit!

This is “sound as art” in the truest sense of the term.

Review

Nick Mott, Audion, no 42, 1 mars 2000

A very weird mix of various sampled and looped craziness… mice squeak and transmute into rusted chair castors, with soundscapes that are so surreal that they took me to many realms; not least so that some of this sounds like out-takes from the Magic Roundabout. It does sound like lots and lots of other explorations in sound and noise as art, but this is a very good one. Some of this comes close to Ina-GRM releases that I’ve heard, which is no mean feat.

… this is a very good one.

Review

GC, Minimal, no 18, 1 novembre 1998

Desiludam-se os que encontraram em La face cachée des choses (1995) um dos melhores discos do ano. Mais, ainda, se o anterior Duo déconstructiviste (1994), com Michel F Côté, não os seduziu tanto. É que este now álbum da teclista-cantora das Justine (esse mesmo, o quarteto free-pop constituído só por mulheres) ainda é mais arrojado que os anteriores trabalhos, não sendo obra para digerir com a maior das facilidades. Sampler, percussões electrónicas e gira-discos são os instrumentos aqui usados para fazer uma música povoada de citações surrealistas, projecções futuristas e memórias (inultra) passadas…

Critique

François Couture, Art Zéro, no 13, 1 août 1998

Vous ne trouverez pas musique plus bruitiste que celle qui est gravée sur ce disque, Île bizarre. Diane Labrosse, membre d’Ambiances magnétiques, échantillonne depuis des années et a participé aux formations Wondeur Brass et Justine, en plus de ses collaborations avec Michel F. Coté (Bruire, Duo déconstructiviste). Ikue Mori n’a plus besoin de présentation: ses percussions électroniques étonnent a chaque instant tant leur précision et leur diversité surprend. Martin Tétreault, autre membre d’Ambiances magnétiques, s’amuse depuis longtemps avec les tables tournantes. À la fin des années 80, il s’amusait a coller des morceaux de disques, technique également utilisée par Christian Marclay. Aujourd’hui, Tétreault est passé au delà du vinyle comme récupération d’un fond sonore. Ce qui l’intéresse, c’est la table tournante comme générateur de bruit. Amplifiée à fond, elle produit des geignements, des crissements, des hurlements. À bas le disque, le DJ plonge l’aiguille dans le moteur, la revêt d’un condom, etc. À ce point-ci, vous devriez comprendre que la musique de ce trio est bruitiste jusqu’à la moelle. Île bizarre présente onze pièces que l’on peut supposer être des improvisations. Onze films surréalistes. Ne pensez pas à Ground Zero. Ici, pas de charges sonores à décapiter l’auditeur car si l’intensité s’élève régulièrement, le tout demeure contrôlé. Belli machina ouvre la marche avec quelques décharges sonores, mais ou les atmosphères alternent et se compensent mutuellement. Diurna et nocturna insecta peint un tableau d’arrière-campagne ou les crépitements du vinyle se transforment en pépiements. Le jeu des textures et des nuances transporte l’auditeur tout au long de l’écoute. Un voyage au centre de l’abstrait qui séduit, malgré l’apparente aridité de l’équipement des explorateurs. Qui a besoin d’une note?

Vous ne trouverez pas musique plus bruitiste que celle qui est gravée sur ce disque.

Release Tour Mind…

Spike Taylor, Exclaim!, 1 juillet 1998

On Île bizarre, Tétreauit is joined by Diane Labrosse (keyboards, sampler) and Ikue Mori (drum machines) to make hell of their technologies in a full-length search tor noise redemption. This is a found paradise of sound where the buzzing of bees is replaced with trying wires and the sun shines angry and grey. Each member contributes brilliance to the mood, a soundtrack to a boiler room chase scene. This is one of the most captivating listening hours I’ve spent in days and days of wandering from town to town.

This is a found paradise of sound where the buzzing of bees is replaced with frying wires and the sun shines angry and grey.

Pour les amateurs de musique actuelle

Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no 5:7, 1 juillet 1998

Au cours des derniers mois le collectif de musique actuelle Ambiances Magnétiques a produit une série de disques portant son catalogue à plus de 60 titres. Le premier de cinq nouveautés brièvement présenté ici s’intitule Inédits et est la troisième compilation des membres d’Ambiances Magnétiques: Michel F Côté, Jean Derome, André Duchesne, Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage, René Lussier, Danielle Palardy Roger et Martin Tétreault. Contrairement aux deux premières compilations constituées de repiquages, Inédits présente justement 24 œuvres qui se trouvent sur disque pour la première fois.

Pierre Tanguay, batteur vedette des musiques actuelles, et Tom Walsh, tromboniste éclaté, ont enregistré Midi tapant. Des musiques qui sont à la fois planantes—par accumulation de couches sonores—et très dynamiques: Tanguay et Walsh jouent à plein poumon, à bras raccourcis.

Un trio ad hoc de bruististes improvisateurs électroacousticiens, Diane Labrosse, (échantillonneur}, Ikue Mori (percussions électroniques} et Martin Tétreault (tourne-disques) offrent Île bizarre où l’oreille est attirée, menée dans tous les recoins de ce monde inventé, purement sonore, dont les sources sont méconnues. C’est un travail sur la surface des haut-parleurs et pour l’imaginaire qu’il déclenche dans mon écoute.

Chansons de Douve est un album double présentant la grande œuvre poétique de Pierre Cartier (sur des textes de Yves Bonnefoy). Hybride de musique ancienne et jazz improvisée, Chansons de Douve est constitué de 14 pièces strictement composées, mais laissant place aussi à l’instantanéité des interprètes, pour un ensemble de dix musiciens: Angèle Trudeau (soprano), Noëlla Huet (mezzo-soprano), Pierre Cartier (basse électrique et voix), Jean-Denis Levasseur (saxophone alto), Jean Derome (saxophone alto, flûte et flûte en sol), Ivanhoe Jolicæur (trompette), Sylvain Jacob (trombones alto et ténor), Tom Walsh (trombone), Pierre Tanguay (batterie), Julien Grégoire (percussions).

Finalement, le cinquième disque est le dernier à ce jour de l’Orkestre des Pas Perdus, sous la gouverne de Claude Saint-Jean, Maison douce maison avec des musiques de jazz… dansantes… qui toujours suscitent l’écoute. Avec les excellents et solides musiciens Rémi Leclerc (batterie), Jean-Denis Levasseur (sax alto, piccolo), Roberto Murray (sax ténor, flûtes), Jean Sabourin (sousaphone), Claude Saint-Jean (trombone) et Maxime Saint-Pierre (trompette, flugelhorn).

Review

Chris Yurkiw, Montreal Mirror, 11 juin 1998

No man is an island––not even a bizarre one — so turntable torturer Martin Tétrault hooks up with compatriot Diane Labrosse and Japan’s Ikue Mori for this updated take on musique concrète. Labrosse sounds like she’s reconstructing the didgeridoo on her sampler, Mori evokes Africa with her "talking" electronic drums and Tétrault colours between the lines, playful, provocative and proving that those who get called musique actuelle are just as good at electroacoustics. 8/10

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.