La boutique des nouvelles musiques

Arrêter les machines André Duchesne

«Sur la ville la nuit a jeté ses inquiétudes»

Il y a longtemps que je caressais le projet de faire un second disque consacré à la chanson. Une sorte de suite à Le temps des bombes. C’est vers 2001 que j’ai commencé à faire des démarches et à écrire des textes et des musiques pour ce projet. Arrêter les machines comporte 14 chansons composées au cours de quatre ans d’allers-retours entre l’Europe et Montréal où j’ai, entre autres effectué deux résidences, l’une en Allemagne et l’autre au studio du Québec à Paris.

Vingt-deux ans après Le temps des bombes, je termine enfin cet album que j’ai réalisé à bout de bras avec beaucoup d’aide et d’encouragements de mes amis et amies, tant au niveau financier que professionnel. Des chansons qui racontent l’époque à travers des histoires de gens ordinaires. Travailleurs d’usine, musiciens, mères de familles. Machines à sous, crise du logement, bruits de guerre. Le monde n’a pas beaucoup évolué depuis Le temps des bombes. La pose du dernier boulon de mon nouveau disque Arrêter les machines arrive enfin.

Arrêter les machines

André Duchesne

La presse en parle

  • Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 13:2, 1 mai 2006
    André Duchesne déroule devant nous des climats étranges et encorcelants qui nous rappellent combien sa vision musicale nous manquait.
  • Sylvain Cormier, Le Devoir, 10 mars 2006
  • Réjean Beaucage, Voir, 9 mars 2006
  • Alain Brunet, La Presse, 4 mars 2006
    Duchesne peut être fier d’avoir ainsi épuré son expression, trouvé l’essentiel au coeur de l’âme rock qu’il a toujours.

Critique

Gilles Boisclair, SOCAN, Paroles & Musique, no 13:2, 1 mai 2006

André Duchesne, fondateur de groupes comme Conventum, fabrique depuis une trentaine d’années une œuvre qui se nourrit de la marge et d’une curiosité gourmande d’expérimentation. Arrêter les machines est comme un résumé de toutes ses expérences (rock, folklore, chanson et improvisation). Avec de vieux complices comme Jean Derome (flûtes, saxophones et voix) ou Pierre Tanguay (batterie), André Duchesne déroule devant nous des climats étranges et encorcelants qui nous rappellent combien sa vision musicale nous manquait.

André Duchesne déroule devant nous des climats étranges et encorcelants qui nous rappellent combien sa vision musicale nous manquait.

Critique

Sylvain Cormier, Le Devoir, 10 mars 2006

Ne pas parler pour ne rien dire. Il aura fallu presque une vie à André Duchesne, l’as guitariste, le champion compositeur de musique actuelle, le vétéran de Conventum et Locomotive, le cofondateur du label Ambiances Magnétiques, pour qu’il juge nécessaire d’élever de nouveau la voix. Vingt-deux ans séparent ses deux seuls albums de chansons, mais Le Temps des bombes et Arrêtez les machines sont néanmoins frères de colère. Rien n’a changé en mieux, comprend-on: le nouvel album enfile les constats implacables comme on mène des veaux à l’abattoir. Qu’il s’agisse de l’état désespérant du monde (Bruits de guerre, Les petits souliers) ou d’observations plus locales (La machine à sous, Ville ouverte), c’est le même bourbier, décrit sans fard sur fond de musiques inquiètes et intenses. À travers ce paysage ravagé, Dieu merci, subsiste un peu d’espoir (Un bon matin), un peu d’humour (On est dans la merde) et un peu d’amour (Danser contre les ombres, manière Leonard Cohen). Oui, ce disque est d’un abord difficile, comme ceux de Desjardins, mais pareillement réconfortant. On y est moins seuls à désespérer.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 9 mars 2006

Le compositeur et guitariste André Duchesne lançait récemment son sixième disque (sans compter ceux parus sous d’autres noms, Locomotive et Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso-bar, ou, dès 1977, Conventum). Il lançait simultanément un site Internet où il sera dorénavant possible de se procurer ses productions sans intermédiaire. S’il a déjà tâté de la chanson, et dès son tout premier disque solo, il y a eu un long passage instrumental avant ce retour au texte. Il dit ce dernier plus souvent qu’il ne le chante, et d’une voix qui «en a vu d’autres». Appuyé par Pierre Tanguay (batterie), Patrick Hamilton (basse) et un Jean Derome (flûte et sax) aussi omniprésent qu’indispensable, le guitariste se fait poète urbain et conteur intimiste.

Arrêter les machines, trouver l’essentiel

Alain Brunet, La Presse, 4 mars 2006

Longtemps après avoir été leader de Conventum (groupe alternatif parmi les plus allumés de nos années 70), après trois décennies émaillées d’albums en solo ou en formation (Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso Bar, Locomotive), de musiques de films et de compositions «sérieuses», de passages à vide et de précarité matérielle, André Duchesne signe ici un disque magnifique dans ce qu’il fait de mieux: la chanson. Arrêter les machines évite le piège de la surcharge poétique, ce disque fait aussi valoir le talent du compositeur (après tout, il fut recruté pour la Symphonie du millénaire), sans que la complexité ne l’emporte sur la clarté — ce qui n’empêche pas les mesures composées, la complexité harmonique, l’atonalité passagère, la tenue impeccable de Jean Derome aux flûtes et saxes, de Pierre Tanguay à la batterie, de Patrick Hamilton à la basse. À 57 ans, Duchesne peut être fier d’avoir ainsi épuré son expression, trouvé l’essentiel au coeur de l’âme rock qu’il a toujours. Voilà un disque qui traite de la beauté jaillissant de l’adversité.

Duchesne peut être fier d’avoir ainsi épuré son expression, trouvé l’essentiel au coeur de l’âme rock qu’il a toujours.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.