actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Focus Québec — Planètes connues

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020

Deux ensembles, dont le nombre de participants peut varier, et dont certains gravitent dans les deux! Créé à la veille du présent millénaire, l’Ensemble SuperMusique rassemble une vingtaine de musiciens, compositeurs, interprètes de la scène de Montréal. Si l’ossature est formée essentiellement des musiciens du collectif D.A.M.E., il en agrège d’autres encore selon les projets, avec à la clef un album tous les quatre ans (l’année 2016 connut toute foi deux productions, Jeux de Pistes et Les Accords intuitifs). Si les compositions des premières productions émanaient surtout des membres fondateurs (Derome, Tétreault, Roger, St-Onge, Hétu), l’ensemble s’évertue aussi à interpréter des compositions issues de la musique contemporaine établie (Tempest de John Rea, par exemple). Avec Voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire, l’ensemble s’attache à une seule œuvre et à un seul compositeur, et pas n’importe lequel Symon Henry est en effet un personnage assez singulier, qui dans ses compositions use des arts visuels en proposant des partitions faites de dessins (168 pages en ce qui concerne cette œuvre), en s’inspirant de Cornelius Cardew et de quelques pratiques plus actuelles comme celle de Jennifer Walshe, et en laissant aux interprètes le choix d’user de techniques non conventionnelles dans leur jeu instrumental. Si la pièce avait été préalablement interprétée (en 2016) par l’Orchestre symphonique du Québec, elle trouve sa véritable dimension avec cette version proposée par l’Ensemble SuperMusique, sous la direction de Danielle Palardy Roger, lors de l’exposition de l’œuvre graphique, un écran projetant celle-ci pour permettre au public de la suivre… Le Ratchet Orchestra, plus vieux que l’Ensemble SuperMusique de presque une décennie, rassemble aussi compositeurs, interprètes et improvisateurs de la scène montréalaise (quoiqu’accueillant aussi un musicien originaire de l’Ouest canadien, Josuah Zubot). Il est dirigé par Nicolas Caloia, par ailleurs contrebassiste et principal compositeur de l’orchestre (comme dans ce Coco Swirl), même si à l’occasion il peut se mettre au service d’un autre compositeur (Malcolm Goldstein, in Soweto Stomp, cf. R&C No. 109). Une dizaine de titres, dont une suite en six parties [«Before Is After»] concluant l’enregistrement, offre à certains instrumentistes l’occasion d’œuvrer en petites formations (notamment dans les deux premiers titres), mais ces interventions sont ponctuées voire dramatisées par l’ensemble avec des stridences et certains effets bruitistes faisant naviguer l’auditeur entre différents climats, parfois presque contemplatifs, avant de s’aventurer vers des terrains plus angoissants. L’orchestre emprunte les chemins d’un jazz improvisé expérimental, souvent proche de l’écriture contemporaine, dans une approche toutefois un peu plus aisée que celle de Symon Henry.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.