actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Critique

Normand Babin, Néomémoire, February 12, 2020

Gabriel Dharmoo pratique l’humour en musique depuis un certain temps. Dans ce tout nouvel enregistrement, il présente sept pièces écrites entre 2009 et 2019, toutes pièces pour voix, toutes surfant à la frontière entre réalité et fiction, là où le compositeur se sent le plus à l’aise… Quand on connait un peu son parcours, on sait qu’il a étudié les musiques traditionnelles de plusieurs pays asiatiques et sud-asiatiques. Il a aussi appris des techniques vocales complexes comme celle du chant de gorge. Évidemment, il a aussi une vaste culture en musique occidentale classique que tout compositeur se doit d’avoir. Fort de toute cette richesse, de cet immense savoir, il compose des parodies, des pastiches qui sont si près de ce qu’on imagine parfois être la réalité, qu’on se surprend à cligner des… oreilles, tellement l’impression d’authenticité est frappante.

Gabriel Dharmoo combine quelques techniques, quelques caractéristiques de certaines traditions musicales et en fait un habile mélange, créant ainsi une fausse nouvelle tradition. Prenons Vaai Irandu, la dernière piste de l’album, qui devrait peut-être être écoutée en premier tellement cette musique est séduisante. On semble entendre une basse statique, grave, nous donnant l’impression d’un chant tibétain, d’un ‘om’ de méditation. Mais la mélodie qui s’y rajoute explose et devient semblable à celle de la danse kathak, la musique dhrupad, une mélodie enlevée, vivante et virevoltante. Le très beau contraste entre les deux parties rend cette musique irrésistible. Avec une énergie toute différente, Notre meute, une des pièces les plus souvent jouées du compositeur, interprétée ici par son groupe vocal Phth (arrangez-vous pour le prononcer) emprunte à tellement de sources, recréé tellement de traditions, vraies ou fausses, que l’auditeur est véritablement dépaysé, dans le sens d’être dépourvu d’un pays, si cela se peut. Ça commence par ce qui semble un appel à la prière ou au rassemblement, un chant de muezzin remixé. Au cours des brèves 12 minutes que dure la pièce, on y entendra des chants funèbres, des pleurs, des chants grégoriens, du beat box, du chant gitan ou peut-être arménien, qui sait? du vent, du chant à bouche fermée. Quand je dis qu’on y entend, il faudrait plutôt dire qu’on y ressent, qu’on a l’étrange impression d’avoir déjà entendu tout ça mais toujours par petits bouts, dans d’autres contextes. Un peu comme si il s’agissait d’une collection de citations vocales. Ravigotante musique, on y entend aussi un opéra de poche, un drame s’y passe. Parce qu’après tout, il y a souvent dans la musique vocale, presque toujours en fait, une histoire, un récit. Comme ce récit est en langue inventée, chacun peut à loisir interpréter à sa guise les détails de l’histoire racontée.

Alors qu’il pastiche des traditions imaginées, Gabriel Dharmoo fait aussi partie d’une certaine tradition: celle des poètes et compositeurs qui ont inventés des langues, forgés des mots nouveaux. Dans cette lignée, on compte aussi Claude Gauvreau et Claude Vivier qui ont, chacun à leur façon, créé une œuvre fleurie où la langue est inventée et poétique. Gabriel Dharmoo amène le concept un peu plus loin en nous faisant croire que cette langue existe vraiment. Tellement bien calquée sur de véritables langages qu’elle devient crédible. Pour rendre cette œuvre de façon aussi convaincante, qui de mieux que le compositeur lui-même pour l’interpréter. Il est à l’avant plan ou en solo dans toutes les pièces de l’album. Il est même son propre duettiste dans l’amusant Duo de Moogeon. En tout l’interprétation est impeccable et vive avec une prise de son qui rend bien l’intense présence des voix. Parce qu’il y croit profondément, chaque son, chaque note, chaque syllabe nous convainc. Que ce soit le bruit de la pluie, du vent, que ce soit un chant funèbre, on y croit sans retenue et on écoute avec fascination. Le compositeur pratiquerait donc l’humour en musique, mais quand allons nous rire? Après. Seulement lorsqu’on se rendra compte qu’il nous a bien eu. Et à tout coup, il nous aura.

Pour rendre cette œuvre de façon aussi convaincante, qui de mieux que le compositeur lui-même pour l’interpréter. […] En tout l’interprétation est impeccable et vive avec une prise de son qui rend bien l’intense présence des voix.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.