The New & Avant-garde Music Store

Critique

Éric Normand, JazzoSphère, no. 19, August 1, 2003

Pour l’arrivée du beau temps, le jeune label Montréalais No Type tape fort avec la parution d’un coffret de quatre CDs (au prix de deux) documentant la scène d’improvisation libre qui gravite autour de la Casa del Popolo, nouvelle plaque tournante de la musique fraîche à Montréal. Si le coffret, magnifiquement illustré par l’artiste-percussionniste John Heward, regroupe principalement des musiciens appartenant à une nouvelle génération d’improvisateurs, on y retrouve aussi quelques vétérans: le spécialiste de la guitare préparée, Rainer Wiens, et, bien sûr. John Heward, qui fait preuve ici d’une incroyable sensibilité aux textures. Une des grandes qualité du coffret est qu’on y retrouve une liberté synonyme de personnalité et que les quatre disques ont chacun leur identité. L’ensemble d’ailleurs offre une grande diversité de registres et de tons. D’abord deux disques de guitares; celles de Wiens, toujours aussi intrigante, et du terrible Sam Shalabi qui, avec Alexandre St-Onge à la contrebasse et John Heward à la batterie, jouent en frottements et en textures au sein de l’ensemble PO; et puis le jeu risqué, jazzy et «fêlé du cerveau» de Chris Burns en trio avec Nicolas Caloia (cb) et Heward toujours à la batterie. L’égarement prend ici une valeur positive.

Sur les deux autres disques arrivent les instruments à vent dans un déferlement de solistes multiples et de polyphonie. D’abord le dangereux et aventureux dno ‘Gypt Gore, où Philémon (sax alto) et Sam Shalabi (guitare) - deux membres trés actifs de la nouvelle scène improvisée - mettent en commun leur frénésie et leur exubérance pour une aventure des plus enlevantes. Le duo plaira aux agités. Pour le quatrième et dernier disque nous retrouvons les deux ‘Gypt Gore accompagnés de leur bataillon de «mauvais chats» Balai Mécanique (Thierry Amar, cb; Jesse Levine, p; Jacques Gravel, trb et Will Glass, perc.) pour une improvisation collective qui rappelle d’avantage une certaine tradition du free jazz, mais qui garde une grande fraîcheur et qui réjouira les mordus du genre. Beaucoup de fougue. de risques, quelques accrochages font du coffret un véritable manifeste de la liberté. Au total 228 minutes de déroutes, de défonce et de plaisir pour les oreilles assoiffées. Ce coffret, portrait d’une scène active, risque de passer à l’histoire.

Ce coffret, portrait d’une scène active, risque de passer à l’histoire.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.