The New & Avant-garde Music Store

Critique

Julien Jaffré, Jade, no. 12, June 18, 2003

Le label canadien passe à l’offensive, se décidant à construire un système d’irrigation complexe, chenaux d’alimentation pour les marais bosselés du free-jazz, les réseaux méandriques de l’improvisation, les plans d’eau infinis de la folk et du post-rock pastoral. En fédérant la quintessence de ces courants, No Type se fait l’écho d’un travail de terrain entamé par la Casa del Popolo (lieu de concerts, de rencontres humaines, initié par Mauro Pezzente, GSY!BE). L’occasion de croiser et de retrouver les étoiles naissantes, les étoiles filantes, naines noires et autre supernovas de la scène montréalaise, parmi lesquels Sam Shalabi et Alexandre St-Onge, de Shalabi Effect (les amateurs de rock spectral type FSA-Roy Mongomery et les habitués de Kranky ou Drunken fish rec apprécieront ce retour), mais également Thierry Amar (God Speed), etc. Une corrélation de talents, répartis tels des points cardinaux entre: Po, ’Gypt Gore, C. Burns/N. Caloria/J. Heward et Balai Mécanique. Quatre introspections dans le free et l’improvisation qu’il convient de développer.

Po avec sa Provocative Operations (à ne pas confondre avec Tô, le jeune improvisateur de chez Savoir-Faire 53) et la rencontre de deux couples mythiques de la scène improvisée et atmosphérique. Deux trajectoires pour deux «générations» de musiciens. John Heward et Rainer Wiens, anciens brisquards et pionniers des musiques indépendantes sur la scène montréalaise; Sam Shalabi et Alexandre St-Onge, plus connus sous le pseudonyme de Shalabi Effect, groupe mythique pour tout amateur de FSA ou Kranky qui se respecte, et auteurs d’albums miraculeux. Ils délivrent à quatre des pistes plus que des voies pavées, des interrogations davantage que des affirmations autour du rapprochement d’une pratique free et d’une approche «préparée» de l’instrumentation. Un questionnement constant, fluet et ondulant qui laisse beaucoup d’intéressantes interrogations à l’auditeur (attentif). Un ouvrage incertain, lapidaire, cyclothymique…

’Gypt Gore, c’est davantage l’école Naked City-Borbotemagus-Painkiller que les clairières lumineuses de Po. Une énergie de la destruction, et de l’improvisation qui a pour paradoxe d’être complexe et construite dans ses schémas «d’attaques». Une ondée sonique, étincelante et féroce qui ravage beaucoup de choses sur son passage, y compris nos oreilles. Les oto-rhinos ne leur disent pas merci. Une approche radicale pour une écoute fructueuse mais éreintante dont on sort anéanti, mais en paix avec soi-même, comme d’avoir vécu une expérience hors du commun. Entre parcours du combattant et attentat sonore. Le sax de Philémon virevolte et les guitares de Dickson et Shalabi viennent en écho de ce tourbillon. Des terroristes à guitares.

Le Trio Burns/Caloia/Heward a longtemps été un duo construit autour de Heward/Caloia auquel est venu s’adjoindre la guitare exaltée et combative de Burns. Une modification de tracé qui opère de nouvelles voies de réflexion et de création dans leurs jeux respectifs. Sans doute moins d’intimité, mais comment les chuchotements d’un trio pourraient-ils rivaliser avec les susurrements d’un ménage à deux?! Plus liée et mélodique, la partition s’autorise quelque fois des chemins défendus. Ce trio guitare-basse-batterie impose un rythme pondéreux à la composition, installant un climat lourd avant d’introduire de petites déclivités arpèges, incertitudes frottées. Puissant.

Enfin, Balai Mécanique, le boys band le plus prisé de la côte est du Canada, comptant pas moins de six piliers de bars (La Casa del Popolo) mais surtout, éminences grises de la scène moderne montréalaise, parmi lesquels Philémon (de Napalm Jazz, ’Gypt Gore), Thierry Amar, Sam Shalabi (Po, Shalabi Effect…), Jacques Gravel et Will Glass. À première vue, au regard du line-up, on pourrait imaginer une compression sonore entre les différents groupes pré-cités, comme si la nature n’opérait que par addition. Or, il n’en est rien, les lois de la physique ont leurs raisons que la raison ne connaît pas. Balai Mécanique dépeint au contraire un univers très en retrait des autres, plus expansif et aérien, plus prompt à régénérer notre attractivité pour la matière. On sent que chaque intervenant, en plus de se faire plaisir, trouve ici un terrain de jeu exaltant, une occasion de mettre en pratique avec passion, ingéniosité et complicité son savoir-faire respectif. Par phénomène de vases communicants, on trouve un plaisir équivalent à écouter leurs divagations. Extraverti et énervé.

… un système d’irrigation complexe, chenaux d’alimentation pour les marais bosselés du free-jazz, les réseaux méandriques de l’improvisation…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.