The New & Avant-garde Music Store

Critique

Marie-Pier Frappier, Le Devoir, August 26, 2016

«Aurais-je vécu dans l’obsession d’un pays perdu? Alors, Seigneur, je te le dis: que le Diable m’emporte.» De ce Jacques Ferron dont on ne se lasse jamais a émergé une folle improvisation du compositeur rimouskois Éric Normand et de ses acolytes dans une œuvre puissante et sensible. Vent, soupirs, mugissements de ce personnage-pays imaginé dans le récit ferronnien Gaspé-Mattempa inspirent des pièces mystérieuses et magnifiques que sont Le souffle, Baron Samedi et Morne. Le Verbe est là, il attend dans les silences ciselés à la perfection que le «Satan-Mattempa» se meuve, s’échine dans les basses électriques, se débatte dans les percussions, se perde dans le violon inquiétant pour mourir dans la crise cardiaque d’une clarinette possédée. Hommage à «l’empremier» musical — celui que fait la branche qui tombe quand personne n’entend —, le disque de Normand forge les beautés du bruitisme avec un talent indéniable.

… le disque de Normand forge les beautés du bruitisme avec un talent indéniable.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.