actuellecd

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, June 7, 2016

Violoncelliste et compositrice, Emilie Girard-Charest est une artiste qui aime naviguer là où les courants la porte.

Avec Émilie préfère le chant, elle interprète les titres de quatre compositeurs, Fredrik Gran, Sergio Castrillón, Maxime Corbeil-Perron et Joane Hétu, issus des musiques contemporaines, ainsi qu’une de ses propres créations, avec laquelle elle ouvre l’album.

Tout en souffle et en cordes, Emilie Girard-Charest joue de son instrument avec intensité, prenant la tangente sur des contrées aux images expérimentales et à la beauté brulante. A coups de glissando et de dissonances, l’artiste canadienne crée un espace en trait-d’union, qui voit les sources sonores issues du field recording entrer en action, apportant masse granuleuse et interférences parasites, venir et repartir, déserter l’espace pour le reconquérir.

Émilie préfère le chant prend le temps de s’installer, laissant à chacune des créations le loisir de s’épancher pour nous perdre dans son dédale de sensations diffuses et de lumières moirées, élargissant ses zones d’interférence et d’étrangeté sublimée par le jeu tout en modulations d’Emilie Girard-Charest.

Aux portes de l’électroacoustique et de la musique contemporaine, de l’expérimental et de la musique concrète, Émilie préfère le chant, à l’image d’une peinture de Magritte fait appel à l’imagination pour tenter de reconstituer ce qui n’est pas dans le titre, de recomposer entre les vides un monde chargé de pleins altérés et de vocaux fantasmés aux soubresauts onomatopesques, apparaissant furtivement en fin d’album, histoire de glisser définitivement dans les profondeurs d’un coffre chargé de confusions et d’imagination. Un album aux paysages subtiles et à la beauté minimale chamarrée.

Un album aux paysages subtiles et à la beauté minimale chamarrée.