The New & Avant-garde Music Store

Les loups ont faim

François Samson-Dunlop, tout va bien, no. 12, March 1, 2013

La stratégie est parfaite. La proie n’a aucune chance. Les loups ont faim, et pire encore, ils ont le goût de s’amuser un peu. Richard Pinhas est confortablement assis au milieu du mur de son. Le vieux guitariste français semble calme, il inspire une certaine confiance. La proie se sent donc invitée. À sa droite veille Merzbow. Le bruitiste de 55 ans semble figée. Respire-t-il? Est-ce un robot? Non, un robot n’oserait jamais nous proposer si gentiment une certaine idée de la peur. À l’extrême gauche, le guet. Le trio américain Wolf Eyes se lèche les babines à grand coups de sur-amplifications électriques. Sous leurs lunettes fumées uniformes, leur regard ne fait plus qu’un, parfois, amalgamant même celui de Merzbow. Le trio jappe. Par moments, à coup de paroles indescriptibles lancées par Nathan Young, par d’autres, sous le fouet tranchant du saxophone alto de John Olson. De ce que l’on qualifiait de proie ne reste qu’une victime du barrage de sons qui fut. Qui reçoit une si belle mort, ne peut-il qu’espérer la fin des temps? Mais voilà, la bête ne tue pas: elle ne lance qu’une invitation à la prochaine hantise.

La stratégie est parfaite. La proie n’a aucune chance. Les loups ont faim, et pire encore, ils ont le goût de s’amuser un peu.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.