actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Irem Bekter: Turquie, Angleterre, Argentine… Montréal

Alain Brunet, La Presse, May 17, 2011

Le parcours pluridisciplinaire d’Irem Bekter implique la danse folklorique, le jeu théâtral, la musique contemporaine improvisée, la chanson hispanophone d’inspiration sud-andine.

Née à Istanbul, Irem Beckter grandit en Angleterre avec sa mère, la peintre Ayfer Gursoz. Elle étudie la danse à l’Elmhurst Ballet School, l’art dramatique à la Webber Douglas Academy of Dramatic Art. En 1984, elle migre vers l’Argentine. Elle a tôt fait d’être repérée par la grande Mercedes Sosa, qu’elle côtoie de près. À l’extrême sud des Andes, l’artiste absorbe chants et danses de cette vaste région des Amériques.

La migration se poursuit à Montréal où elle élit domicile en 2006. Elle y gagne sa croûte en y enseignant la danse. Côté création, elle préconise la synthèse de ses multiples expériences. En 2007, elle fonde le groupe Diabluras, dont les artistes témoignent d’un éclectisme similaire à l’album de son quintette dont il est ici question: Primero, étiquette Malasartes.

Il faut d’abord s’habituer au mariage atypique des chants latino-américains et de la musique improvisée. Les dialogues avec le saxophone de Damian Nisenson (également son réalisateur et producteur) jazzifient ce discours aux rythmes simples, modulations rarement modernisées, danses élégamment évoquées — zapateo, zamba, chacacera… Complètent la formation le violoncelliste Nicolas Cousineau, le percussionniste Daniel Emden, Willy Rios à la guitare et au charango.

Une fois ce langage apprivoisé, observe que Irem Bekter ne manque pas de puissance vocale. Ses menus vibratos et ses susurrements lascifs lui confèrent un charme on ne peut plus féminin, ses grognements pelviens peuvent lui donner des airs de passionaria.

Patrimoine vivant, en somme.

Encore une fois, ça se passe à Montréal.

Patrimoine vivant, en somme. Encore une fois, ça se passe à Montréal.