The New & Avant-garde Music Store

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 86, December 1, 2010

Michel F Côté remet le couvert avec son MECHA FIXES CLOCKS, deux ans après "Orbiting with screwdrivers". Dans le mesure où le propos sonore est assez proche de son prédécesseur, l’auditeur peut supposer que "À l’inattendu les dieux livrent passage" a été réalisé avec la même mise en œuvre: se servir de divers enregistrements proposés par les musiciens de la scène montréalaise des musiques actuelles, mais pas nécessairement les mêmes (ici Jean Derome, Martin Tétreault, Bernard Falaise, Freedman, Diane Labrosse, Isaiah Ceccarelli et d’autres) à la trompette, guitare, harpe, clarinette, viole de gambe, flûtes… et même au couteau (!), etc., en les intégrant (un peu à la manière de John Wall par exemple) dans une construction sonore pour laquelle lui-même use de claviers, d’électroniques, de percussions, de microphones. Pour en varier l’approche, il s’associe toutefois, selon les pièces pour leur réalisation finale, à certains de ses partenaires. La trame prend la forme d’une musique improvisée ambiante, parfois presque proche d’une curieuse mais complexe (dans le détail des sonorités) musique d’entertainment aérienne et méditative.

… musique improvisée ambiante, parfois presque proche d’une curieuse mais complexe […] musique d’entertainment aérienne et méditative.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.