The New & Avant-garde Music Store

Critique

Serge Truffaut, Le Devoir, October 16, 2010

Son album, Labbé l’a baptisé Tremblement de fer. Avant d’en causer, il y a obligation de vous signaler que cette suite musicale fut déclinée en ouverture de l’Off de l’an dernier. Labbé était alors flanqué d’une cinquantaine de musiciens, des violonistes, des trompettistes, des batteurs. Bref, des conteurs.

En juin dernier, au Studio 270, Labbé était entouré de douze instrumentistes. Ce qui a été perdu en puissance a été remplacé par la densité ou l’intensité. C’est au choix. Toujours est-il que les noms propres des musiciens appelés étant autant de gages de qualité totale, comme on dit en langue économétrique, il faut s’y arrêter.

Ni raccoleur ni compliqué complexe

Aux saxophones, il y a André Leroux, dont le son est… Comment dire? Franc du collier. Aux autres saxos, il y a Jean Derome, l’homme des subtilités comme des élégances. À la trompette, il y a Aaron Doyle, croisement de Bunk Johnson et de Lester Bowie. Au trombone, il y a Jean-Nicolas Trottier, version canadienne et pas uniquement québécoise de Steve Turre. Aux violons et au violoncelle, Josiane Laberge, Mélanie de Bonville, Jean René et Émilie Girard-Charest séduiraient John Zorn si celui-ci les entendait.

À la guitare, on retrouve Bernard Falaise, qui prend autant de risques que Marc Ribot. À la rythmique, autrement dit au piano électrique, à la contrebasse et à la batterie, Guillaume Dostaler, Clinton Ryder et Pierre Tanguay touillent juste à temps et tout le temps les gammes et harmonies de Labbé. Plus haut on a écrit que c’était dense. C’est cela, mais c’est aussi…

C’est également très étonnant comme très captivant. Ce que le compositeur Labbé et ses amis instrumentistes ont d’admirable, c’est que, nous étonnant, ils nous déstabilisent dans le sens aussi noble que bon du terme. Labbé n’essaye jamais de nous séduire en empruntant les voies du racolage ou celles opposées du compliqué complexe jusqu’à l’absurde. En clair, Labbé réveille et aiguise les neurones de toutes nos curiosités. Et ça, c’est «hénaurme».

En clair, Labbé réveille et aiguise les neurones de toutes nos curiosités. Et ça, c’est «hénaurme».

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.