actuellecd The New & Avant-garde Music Store

L’art de la suggestion du saxophoniste Jean Derome

Sylvain Siclier, Le Monde, June 27, 2010

Pour être international, le festival de jazz de Montréal n’en délaisse pas pour autant les musiciens canadiens présentés tout au long de la manifestation sous l’intitulé «Jazz d’ici».

Parmi eux, le saxophoniste, flûtiste et compositeur Jean Derome. Une référence, non seulement au Canada mais aussi aux États-Unis et en Europe depuis le début des années 1970. Parmi toutes ses activités — dont de nombreuses musiques de films, des collaborations régulières pour le théâtre ou la danse — il y a son groupe Les Dangereux Zhoms. Actuellement un quintette avec Tom Walsh au trombone, Guillaume Dostaler au piano, Pierre Cartier à la basse et Pierre Tanguay à la batterie. La formation était programmée, samedi 26 juin, à L’Astral, le club situé au rez-de-chaussée de La Maison du jazz.

Avec Les Dangereux Zhoms, Jean Derome équilibre au mieux une écriture sophistiquée et une forme d’humour musical qui n’avance pas avec de gros sabots. On peut sourire à l’expressivité de sa musique qui colle très bien à certains des titres de ses compositions: Nez qui coule ou La Grenouille et le bœuf, d’après la fable de La Fontaine. La première joue sur des mouvements lents, des sonorités liquides, fait entendre comme une inexorable coulée. La seconde fait passer dans les parties solistes de Derome ou de Walsh, ce gonflement de la grenouille, ses efforts à l’issue fatale. Tout le talent de Derome aura été de ne pas mener la musique vers l’explosion, évidence qui n’a pas besoin d’être surlignée.

Il y a dans la musique de Derome beaucoup d’éléments. Certains viennent du jazz, d’autres du rock, d’autres de la musique contemporaine, d’autres ont été captés lors de voyages dans le monde entier. Sans que cela soit démonstratif ou que l’on ressente un effet de catalogue. Cela sonne fluide, naturel. Beaucoup de musiciens étiquetés “expérimentaux” s’essayent à ces jeux avec les genres, les styles, les références. Derome et ses Dangereux Zhoms maîtrisent en plus l’art de la suggestion, de la discrétion.

Il y a dans la musique de Derome beaucoup d’éléments. […] Sans que cela soit démonstratif ou que l’on ressente un effet de catalogue. Cela sonne fluide, naturel.