The New & Avant-garde Music Store

Les grands

CISM, February 18, 2010

C’était l’été de 2009. Malgré ma réticence à collaborer à la grande arnaque que constitue le Festival International de Jazz de Montréal, je me suis laissé tenté par une paire de billets gratuite pour le show du grand maître qu’est Ornette Coleman. Mais aussitôt installé dans l’étrange lieu que constitue la salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts, un sentiment de type claustrophilique s’empara de ma personne. Une salle trop grande, une salle trop peuplée, un Ornette trop loin. Ruiné. Avais-je perdu la raison? Non. Et voici pourquoi. À mes côtés, assistant parallèlement à la prestation Colemanienne, se trouvaient respectivement Joane Hétu et Jean Derome. Deux piliers. Deux géants. À mes côtés. Et soudainement, je compris. Car je ressentie en moi cette gêne, cet émoi plus grand que nature. À Ô combien de reprises avais-je entendu et vécu la musique de ces artistes dans l’environnement propice à la compréhension de leur art. Oui, ces gens savaient comment et surtout où véhiculer le message (sans rien enlever au grand Ornette) et l’avait fait tout au long de leur carrière. Sur Shaman, Derome et Hétu démontrent une fois de plus que l’intimité n’a pas de prix. Monsieur Simard, prenez note.

Sur Shaman, Derome et Hétu démontrent une fois de plus que l’intimité n’a pas de prix.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.