actuellecd The New & Avant-garde Music Store

L’OFF Festival de jazz se transforme en phénomène

Serge Truffaut, Le Devoir, June 22, 2009

Depuis son amorce, la dixième édition de l’OFF Festival de jazz de Montréal s’est singularisée par une somme de moments parfois intenses, parfois amples, d’autres fois aussi austères qu’un film suisse ou suédois, mais tout de même intéressants. Quoi d’autre? On a été témoin d’un fait combinant culture et social si étonnant ou plutôt inattendu qu’il mérite mille et un arrêts sur image.

Voilà, pour le spectacle d’ouverture, les organisateurs de l’événement avaient décidé que le Tremblement de fer de Pierre Labbé se tiendrait au hangar n° 16 situé à l’extrémité est du Vieux-Port. Autrement dit, en un endroit qui nous est géographiquement beaucoup moins familier que le Club Soda, l’Upstair’s, le Lion d’Or, le Monument-National et autres. Deuxio, ce soir-là l’humeur, climatique s’entend, se confondait avec maussade à la puissance dix. Il pleuvait des trombes d’eau.

Malgré ces adversités physiques et météorologiques, le hangar s’est rempli. On tient à le répéter: ce hangar où l’humidité s’est installée, si l’on peut dire évidemment, à demeure était plein. Plus de 400 personnes ont assisté à ce spectacle. Quand on sait, et non suppute, que des amateurs ne sont pas venus parce qu’ils ont cru que le Tremblement de fer se déroulerait à l’extérieur, ce fait, ce nombre, est remarquable. Les plus surpris ont été les responsables de la programmation qui n’avaient jamais imaginé dans leurs rêves les plus fous que tant de gens seraient au rendez-vous.

Chose certaine, cette histoire de nombre comporte ou présente un enseignement: les amateurs de la note bleue sont beaucoup plus enclins à l’aventure et plus curieux que ne le sont les responsables des diverses salles sans parler de ceux des ondes radio qui devraient méditer ce phénomène plutôt que de le… moquer!

D’autant que Tremblement de fer a été applaudi deux fois plutôt qu’une. Il a été très apprécié. Il a surtout captivé; il y avait de quoi. L’œuvre, car il s’agit bel et bien d’une œuvre, de Pierre Labbé se démarque par ce savant ou plutôt très subtil dosage entre la pesanteur, dans le sens le plus noble du terme, et le rythme, entre l’équilibre des solos et d’un ensemble rassemblant une cinquantaine d’instrumentistes. Moitié cordes, moitié cuivres, le tout poussé par une double formation rythmique.

Quand on sait le travail de moine, tendance bénédictin, que Labbé a dû accomplir pendant des mois pour composer son Tremblement, quand on sait que tenter l’accouplement des violons avec les saxos, c’est prendre le risque de se casser la gueule deux fois sur trois et quand on s’arrête au résultat, on ne peut espérer qu’une chose: un enregistrement. Il serait aussi regrettable que triste que Tremblement de fer soit né et décédé le 18 juin 2009.

Tremblement de fer a été applaudi deux fois plutôt qu’une. Il a été très apprécié. Il a surtout captivé; il y avait de quoi.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.