The New & Avant-garde Music Store

Le CD de la semaine

Jean-Claude Gevrey, Octopus, June 10, 2009

Immense compositeur de la seconde moitié du vingtième siècle, James Tenney fut l’un des derniers géants de la musique contemporaine. Disparu en 2006, son œuvre demeure incompréhensiblement sous-documentée sur le plan discographique. Le bien avisé Quatuor Bozzini entend bien changer la donne en nous livrant rien moins que l’intégrale des pièces pour quatuor à cordes et quintet, la plupart inédites en CD. Que l’on parle ici des compositions rassemblées ou du groupe chargé de leur interprétation, une chose est sûre: l’ensemble est prodigieux!

C’est un événement que la parution de ce double CD dans la Collection QB, dont les initiales (Quatuor Bozzini) nous rappellent que la formation montréalaise est aux commandes de la direction artistique. Possédant une affinité évidente pour l’œuvre de Tenney, Nadia Francavilla, Clemens Merkel (violons), Stéphanie Bozzini (alto) et Isabelle Bozzini (violoncelle) font preuve ici d’une précision et d’une limpidité qui requièrent, à l’évidence, la maîtrise absolue de leurs instruments mais, surtout, l’appropriation de la pensée intime du compositeur. Manifestation de cette alchimie: la pièce qui ouvre le recueil et lui donne son titre, Arbor Vitae (2006), commande du quatuor et œuvre ultime de Tenney qui n’a vu le jour que de manière posthume. Une apogée sereine où de longues et perçantes intonations forment une trame harmonique qui se déploie tel un rhizome laissant entrevoir, à chacun de ses embranchements, un microcosme sonore. A l’autre extrémité du spectre, le String Quartet in One Movement (1955) est d’avantage sous l’influence de Webern ou de Bartók et offre rétrospectivement un très beau portrait de l’artiste en jeune homme. Le sombre et bourdonnant Saxony se construit lentement par le flux et le reflux de vagues microtonales dont l’accumulation décalée forme une structure hypnotique. Un principe similaire est utilisé pour Koan for String Quartet qui réconcilie tout autant sérialisme et minimalisme en sillonnant les discrètes variations d’un mouvement perpétuel. Le second CD voit le quatuor augmenté par l’addition d’un percussionniste (Rick Sacks) sur Cognate Canons, d’une pianiste (Eve Egoyan) sur Diaphonic Studies ou d’une contrebassiste (Miriam Shalinsky) sur Quintext I-V. Les préoccupations restent les mêmes: exploration obsessionnelle des dissonances, réévaluation permanente des systèmes de composition et fascination infinie pour la prégnance du timbre. La dernière pièce, une suite de cinq études, fait écho à autant d’inspirateurs: Ruggles, Varèse, Partch, Xenakis et Feldman, reliant ces créateurs de génie par une ligne plus droite qu’il n’y parait et y en inscrivant son créateur par la même occasion. Plus bel hommage à James Tenney n’avait peut être jamais été rendu.

Que l’on parle ici des compositions rassemblées ou du groupe chargé de leur interprétation, une chose est sûre: l’ensemble est prodigieux!

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.