actuellecd

Critique

Jean-Claude Gevrey, Octopus, April 20, 2009

Prenez les lettres épelant les noms des trois protagonistes de ce disque, rangez-les par ordre alphabétique et vous obtiendrez son titre complet (et à rallonge). De fait, on est tenté d’y déceler un renoncement aux formes établies, aux démarches préconçues, une volonté de réduction de l’artiste à son identité fondamentale: finalement une certaine approche de l’improvisation libre! Si Michael Snow est probablement plus connu pour ses expérimentations cinématographiques (cf. Wavelength, pierre angulaire du structuralisme en 1967), ses incartades musicales ne datent pas d’hier. Initialement pianiste de jazz, il a depuis rejoint le Canadian Creative Music Collective (CCMC) pour y développer un goût certain pour les manipulations électroacoustiques. C’est donc muni d’un synthétiseur analogique, d’une radio à ondes courtes et d’un piano qu’il aborde cette rencontre transgénérationnelle avec le guitariste Alan Licht, autant marqué par le minimalisme que le rock bruitiste, et le tripatouilleur de bandes magnétiques Aki Onda (comment appelle t’on déjà quelqu’un qui joue avec des walkmans en appuyant sur «rwd» alors que la touche «play» est enclenchée?). Enregistrées à Toronto en 2006 et au FIMAV l’année suivante, les deux pièces ont en commun une rare intensité qui n’est pas sans rappeler l’enthousiasme des pionniers de la musique électronique devant l’univers des possibles. Les fulminations cosmico-vintage sont ici enrichies de multiples incises: saillies de collages sonores dont la vitesse de défilement est altérée, drone sur cordes, avalanche de feedback et signaux captés au hasard (c’est de la pop indonésienne ou des mariachis qu’on entend en sourdine à un moment sur Doo Rain?). Au total, beaucoup de jeux d’interférences et de filtrages pour un ensemble dense et enchevêtré.

Au total, beaucoup de jeux d’interférences et de filtrages pour un ensemble dense et enchevêtré.