The New & Avant-garde Music Store

Le jazz géographique de Bomata

Serge Truffaut, Le Devoir, April 4, 2009

Bomata, c’est «Bo» comme dans Bourque Guillaume, clarinettiste aussi avisé que fin, très fin. Bomata, c’est «ma» comme dans Mailloux Jean Félix, contrebassiste de la retenue, de la note dense, et compositeur qu’on tient à qualifier de savant tant il nous fait voyager. Au sens le plus géographique du terme. Bomata, c’est enfin Tabassian Ziya, percussioniste qui mêle les rythmes arabisants à ceux de l’Amérique latine avec une maîtrise qui force l’admiration.

Bomata, c’est comme Derome-Guilbeault-Tanguay, Texier-Sclavis-Romano, Lake-Workman-Cyrille, le Masada String Quartet, soit un grand, un très grand groupe. C’est en tout cas, la surprise la plus étonnante, la plus saisissante depuis des lunes. Au ras des pâquerettes ou des marguerites, mettons qu’on se promène de Buenos Aires à Istanbul en passant par Bamako, Chicago ou Sofia.

Tout commence avec Pas de géant. En moins de quatre ou de deux, on se dit que nos bonshommes, Mailloux notamment parce qu’il est l’auteur, ont fait davantage qu’étudier l’esthétique chère à John Zorn et aux musiciens qu’il produit sur son étiquette Tzadik. Ils l’ont digérée pour mieux nous la servir à leur manière, à leur sauce. Le rythme, la syncope du morceau a quelque chose d’hypnotisant, d’accrocheur.

Après Pas de géant, il y a La Balançoire. Bandonéon et lenteur latine aidant, on est quelque part dans le Sud côté américain, sud-américain il va sans dire. La pièce suivante, Akapou, est plus orientale, plus Afrique du Nord. On pourrait être dans la ville blanche comme à Tanger. C’est Un thé au Sahara dans sa version sonore.

Trois, comme dans trois musiciens, a des accents très singuliers. Parfois, on a l’impression que deux ou quatre pincées de gospel ont été injectées. Parfois, on a le sentiment d’entendre des échos chers à The Art Ensemble of Chicago ainsi qu’à David Murray. Trois est une addition d’atmosphères sans pollution, sans aspérité.

Trampoline, c’est pas compliqué, rappelle les carnets africains chers à Henri Texier, Aldo Romano et Louis Sclavis. Un déhanchement n’attend pas l’autre. Avec Arabesque, Bourque, Mailloux et Tabassian touillent des tonalités qui distinguent le klezmer sur les rives du Bosphore ou dans les montagnes bulgares. C’est très étrange, mais non dérangeant. C’est une combinaison qui a ceci de réussi qu’elle n’en a pas l’air.

Sahara comme Naha ont quelque chose de méditatif et de chatoyant. S’il fallait qualifier ces compositions d’une couleur, on dirait safran. Entre les deux, il y a Iz. Et alors? Lors de la première écoute, on a pensé à Charles Mingus. Plus exactement, au Mingus de Jazz and Cumbia Fusion, lorsque le grand Charles nous conduit des hauteurs colombiennes où l’on cultive la coca aux rues de New York où se transige sa transformation.

Bon. De Pas de géant à Jacques en passant par Akapou, Sahara et d’autres, Bomata propose un album splendide. Un grand disque. Une production qui devrait séduire bien au-delà des amateurs de la note bleue. Tout ce que l’on souhaite à Bourque, à Mailloux et à Tabassian, c’est qu’ils poursuivent, qu’ils tiennent la route. Qu’ils soient surtout obstinés et coriaces.

Bomata propose un album splendide.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.