The New & Avant-garde Music Store

Critique

Annie Landreville, La Scena Musicale, no. 13:4, December 1, 2008

La pièce d’ouverture de cet album, Credo, a quelque chose de solennel. Pourtant, la suite s’avère plus joyeuse, très moderne, voire tribale par moments. Le bassiste, qui fit partie, dans les années 1990, du quartette Chelsea Bridge, a vu bien des notes couler sous les ponts en naviguant avec les DD Jackson, Myra Melford, David Mott et Peggy Lee (la violoncelliste, pas la chanteuse). Pour son premier disque sur Ambiances Magnétiques, l’ancien élève de Gary Peacock propose un nombre égal de compositions et de créations collectives. Outre le très polyvalent batteur Nick Fraser, le bassiste a fait appel à la grande pianiste Marilyn Crispell: sans écraser les autres, cette improvisatrice insuffle, selon les plages, énergie ou lyrisme et ce disque ne serait pas le même sans sa présence inspirante. Il y a de très beaux moments sur cet enregistrement où s’instaure une écoute attentive au sein du trio. Un bel amalgame de rythmes syncopés et de structures complexes s’offre donc à l’auditeur, le tout capté (sans public) dans la salle de concerts de la Bibliothèque nationale du Canada à Ottawa, et avec rien de moins que le célèbre Steinway de Glenn Gould. Inspirant, quoi!

Inspirant, quoi!

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.