actuellecd

Jean Derome, ambassadeur du FIMAV

Antoine Léveillée, Voir, May 14, 2008

Nous n’avons qu’à faire le compte des participations de Jean Derome au Festival international de musique actuelle de Victoriaville pour constater l’importance du saxophoniste et compositeur sur la scène de la musique actuelle québécoise. Nous pourrions presque dire qu’il a un compte parfait tellement ses visites ont été fréquentes au cours des 24 éditions précédentes.

Pour cette 25e année, il était tout à fait naturel pour le directeur général de l’événement, Michel Levasseur, de convier le musicien à participer au concert d’ouverture avec une création afin de souligner ce quart de siècle d’activité musicale. «Quelquefois, je deviens presque jaloux des artistes étrangers qui passent par le FIMAV», avoue Jean Derome en se remémorant le nombre de créations qu’il a présentées lors de ce festival. «Nous, les artistes ‘locaux’, sommes très souvent approchés pour une commande. Je comprends parfaitement Michel lorsqu’il nous demande une exclusivité, mais dans ces circonstances, je me ramasse toujours avec ce stress énorme de jouer une composition pour la première fois. Les artistes qui viennent de l’extérieur ont eu le temps de se familiariser avec leur répertoire. Des fois, j’aimerais bien m’en sortir de cette façon.»

Plongé dans ce contexte de célébration, le saxophoniste renoue avec son orchestre fétiche, les Dangereux Zhoms, et présente Plates-formes en compagnie de ces 12 virtuoses de l’improvisation. «Lorsque je compose, j’ai en tête la personnalité d’un musicien et la couleur de son jeu. C’est un prétexte pour une rencontre. Très souvent, je m’amuse et je pose une simple question aux compositeurs que je croise: ‘C’est une pièce pour qui?’ Ils vont me répondre que c’est une pièce pour clarinette, saxophone et contrebasse, par exemple, en faisant totalement abstraction des interprètes et du son qu’ils ont en tête. Quand l’improvisation est au cœur d’une composition, c’est fondamental.»

Et des musiciens, il en a beaucoup en tête: Pierre Tanguay (batterie), Tom Walsh (trombone) et Guillaume Dostaler (piano), pour en nommer quelques-uns, sont autant d’instruments de musique que de personnalités uniques qui concrétisent ses idées musicales. Pour le prouver, nous n’avons qu’à faire l’exercice en lui demandant quels sont ses souvenirs les plus marquants après toutes ces participations au festival. «Il y en a tellement! Dans mes souvenirs personnels les plus marquants… Ma collaboration avec l’accordéoniste Lars Hollmer fut exceptionnelle. C’était pour le concert du Looping Home Orchestra, qui a d’ailleurs été immortalisé sur disque. Il y a eu aussi les concerts avec le guitariste Fred Frith et celui avec Louis Sclavis… Il y en a trop!»