The New & Avant-garde Music Store

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 134, April 1, 2007

Au Québec, s’activent toujours les trublions d’Ambiances Magnétiques. Au Québec, Damian Nisenson, saxophoniste argentin vient de créer le label Malasartes. Au Québec, voici que nous arrive le label Tour de Bras… De l’impro de chambre au noise, petite visite guidée.

Décor sonore est le second disque en leader de Mélanie Auclair. La violoncelliste nous donne d’emblée quelques précieuses indications d’écoute(s): «le bruit est un mouvement, le mouvement un son, le son une parole…».

L’archet de Mélanie Auclair est un vent chaud, enveloppant. La source y est finalement de peu d’importance car seuls comptent ici ces espaces sonores et ouverts qui percutent et sondent nos oreilles. Ce disque s’écoute dans son intégralité et n’admet pas le fractionnement. Il ne s’agit pourtant pas d’une suite mais d’un territoire où s’entremêlent des univers pluriels, sensibles.

J’ai aimé ces bercements imperceptibles, ce mouvement faussement métronomique où s’échangent et se troquent les fables de La Fontaine. J’ai aimé les frémissements d’eau, l’air tremblant, les montées et descentes d’archet. J’ai aimé cette mer agitée où tout se dénoue dans l’embrasement des violoncelles, clarinettes et guitares mêlées. Oui, j’ai tellement aimé cette couleur mauve et vive, si tendre, si intense que je n’ai qu’une seule envie: refaire, à nouveau, ce voyage sonore. Voilà, c’est reparti!

Oui, j’ai tellement aimé cette couleur mauve et vive, si tendre, si intense que je n’ai qu’une seule envie: refaire, à nouveau, ce voyage sonore.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.