The New & Avant-garde Music Store

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 69, September 1, 2006

Associés au début des années 80 au sein de Conventum, membres fondateurs du collectif québécois Ambiances Magnétiques et tous deux en rupture de ban, André Duchesne et René Lussier se retrouvent ici associés dans une chronique commune. Non pas parce que leur parcours fut longtemps commun, mais parce que les deux guitaristes, chacun de leur côté, se tournent vers la chanson. Pour le premier, il s’agit plutôt d’un retour, plus de vingt ans après le “temps des bombes”. […]

André Duchesne reprend le monde là où il l’a laissé au milieu des années 80, et la situation n’a pas véritablement changé. Constat plutôt amer d’un monde toujours en proie aux “bruits de guerre” certes, mais aussi aux tragiques “faits-divers” locaux, laissant à peine quelques ouvertures plus optimistes avec quelques titres plus humoristiques (Le vieux matou, On est dans la merde). L’accompagnement instrumental (André Duchesne, à la guitare et au piano, est épaulé par Jean Derome, flûtes et saxes, Pierre Tanguay, batterie et Patrick Hamilton à la basse électrique) oscille, selon les pièces, entre hargne, vigueur et nonchalance, privilégiant l’efficacité à l’expérimentation sonore. […]

Bassiste de son état, Pierre Cartier est lui un familier de l’univers de la chanson. Après les Chansons de Douve, puis de celles du “transsibérien”, voici celles de la “belle espérance”. Son propos, ici, est de transcrire certains poèmes québécois (mais aussi Apollinaire) évoquant notamment l’amour, en un jazz vivant et énergique. Le résultat fait preuve de subtils arrangements, toutefois dominés par des approches langoureuses, dues aussi bien à l’alto de Jean René ou au jeu discret de la guitare de Bernard Falaise.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.