The New & Avant-garde Music Store

Critique

Thierry Bissonnette, Voir, May 5, 2005

Au même titre que certains (tels Martin Tétreault et Otomo Yoshihide) transforment une platine en un orchestre complet, Paul Dutton utilise sa propre bouche comme une console multi-effets, se contentant de cet instrument primitif pour exercer son art de performeur. Tout comme il l’avait fait sur un disque paru chez Ohm/Avatar, le Canadien expose ici une rétrospective courant sur une trentaine d’années. Alors que quelques morceaux utilisent des mots réels et se situent sur un terrain assez civilisé, plusieurs se concentrent sur un pur bruitisme buccal. Certains auditeurs stopperont la chose dès les premières minutes en criant au ridicule et à la facilité, les autres apprécieront l’aspect cocasse de ces fragments pour découvrir, peu à peu, la grande inventivité qui les traverse.

… les autres apprécieront l’aspect cocasse de ces fragments pour découvrir, peu à peu, la grande inventivité qui les traverse.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.