The New & Avant-garde Music Store

Ce jazz qui nous vient du froid

Dominique Denis, L’Express, November 30, 2004

Parfois, il faut laisser tomber le masque du critique, soit lorsqu’une réaction viscérale — et donc subjective — s’impose d’elle-même (ça m’est arrivé il y a quelques semaines avec le Requiem de Mozart, dans la magistrale version des Violons du Roy), soit parce qu’à défaut d’outils adéquats pour aborder une œuvre qui existe en marge de nos repères habituels, on serait condamné à dire des conneries.

Depuis un mois, je suis confronté à ce second dilemme, tournant autour de Playing Guitar: Symphony # I (Ambiances Magnétiques/SRI), de Tim Brady, fascinante composition pour guitare électrique et orchestre de chambre (le Nouvel Ensemble Moderne, sous la direction de Lorraine Vallancourt).

Un mois que cette œuvre polymorphe me suit, servant de trame sonore à mes errances tororatoises, et la seule analogie qui me soit venue à l’esprit est la suivante: si le génial Bill Trisell, lui-méme guitariste sans frontières, s’était emplayé à réconcilier l’urgence rythmique du Sacre du printemps et la lumineuse transparenœ de La Mer, le tout pour les besoins d’un film de Hitchcock, il aurait peut-être pondu quelque chose qui ressemble à Playing Guitar.

Mais là, on tombe en pleine conjoncture, comme disait l’autre, ce qui ne vaut guère mieux qu’une critique ratée…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.