actuellecd

Critique

Michel Dupuis, Son & Image, no. 5:6, July 1, 2004

On ne peut pas tout deviner mais il me semble, aprés avoir consulté l’impressionnante liste des œuvres sorties des forges d’Ambiances mgnétiques, que ce disque 10 Compositions est la première trace concrète que les trois compères aient laissée dans l’histoire de ce Trio. Jean Derome nous livre cette confidence à l’intérieur de la pochette: «Nous avons fondé le trio parce que nous aimons jouer du jazz ensemble. Swing, liberté et joie de vivre sont des mots que nous utilisons souvent…» Ont-ils assez joué et performé ensemble ces sympathiques gueules qui ne peuvent venir que d’une seule place: le Plateau Mont-Royal? Leur son est de ce coin, les crevasses du trottoir en face du Quai des Brumes en sont remplies et leurs notes créent une appartenance urbaine réconfortante, reconnaissable, dès que leurs instruments crachent, roulent, claquent leur poésie. Ce sont le saxophoniste et le flûtiste Jean Derome, le contrebassiste de l’urgence Normand Guilbeault et le batteur, percussionniste et tapeux de bébelles Pierre Tanguay. Et simplement, ils nous livrent l’une des plus belles productions jazz 2004 - je ne mâche pas mes mots! Tout ça sur la pointe des pieds.

On s’attendrait bien à voir sortir un son de bar enfumé jusqu’aux petites heures du matin. Il n’en est rien. Une balade chez des amis à la campagne, la vraie, celle qui n’est pas encore dénaturée. Le petit village de Saint-Jacques-le-Majeur juché au bout de cette vallée qui s’enfonce dans les pré-Appalaches offre sa quiétude. C’est la première neige et les lièvres courent comme des fous car ils n’auront plus à cacher leur fourrure blanche aux chasseurs. Et de but en blanc, de la chaumière s’élève un son lancinant, une volute de saxo et les cordes bondissent à l’appel des doigts de Guilbeault. Tanguay se prend à penser qui rira le dernier. Une longue session de sons rageurs, caressants, commence comme un bouquin dont ne sait surtout pas le dénouement.

Jean Derome officie. Il pige dans son sac à souvenirs et en ressort avec malice Cannelle, une «vieille» issue des années 70 avec le contrebassiste Claude Simard et Pierre St-Jak du groupe Nébu. Un p’tit côté country’n’ western pour mieux s’identifier. S’enchaînent la complexe Étymologie pour célébrer Ornette Coleman (1981), le Pangolin, petit animal si curieux qu’on a peine à croire qu’il existe et le Que’kun qui sortait de la bouche de sa fille lorsqu’on frappait chez lui. Un superbe album de famille qu’il nous laisse consulter sans pudeur. Je me suis complètement viré le dedans à l’écoute de l’Africaine (1990) en retrouvant tout le jeu modal de Coltrane. Aujourd’hui, ça m’arrive encore. Quel jeu bouleversant de l’intérieur hurlé par l’instrumentiste. Derome travaille depuis un certain temps au service de la cinématographie; il nous en livre deux facettes avec son Mischka composé en direct alors que se déroule l’action du film (l’ombre de Miles dans L’Ascenseur pour l’échafaud se profile) et une Baignade impromptue au fil de mesures 5/4 et 6/4. Moi, je veux bien! Son discours est toujours ponctué de ces notions qui font de lui un sage savant sans vouloir nous imposer son érudition musicale. Est-il besoin d’appuyer sur le jeu de cette belle basse ronde qui se transforme sous l’archet de Normand? Quant à Pierre, pour jouer le jeu des «ti-noms», il ne se retient plus, se tire une bûche et commence à taper dessus pour se fontre avec le décor environnant. Quelle belle complicité avec la chaleur des «bouttes» de bois qui ronronnent dans le gros poêle à deux-ponts. Tout doucement, j’ai refermé la porte derrière moi pour ne pas…

Sur la couverture de la pochette, un massif de pierre gris-vert avec de la mousse glissante qui empêche qu’on grimpe dessus. Il n’a pas bougé depuis l’Ère des Glaciers. Et derrière, trois farfadets se font des clins d’œil comme des témoins de ce qui vient de se passer.