The New & Avant-garde Music Store

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 93, March 1, 2003

Il y a très souvent, dans ce solo de clarinettes de Lori Freedman, un moment d’extinction, un moment où le souffle se déporte dans un quasi silence avant que ne se ranime la convulsion. Freedman lance des fusées, colères gardées et enfouies, qui n’auront d’autre choix que de surgir tôt ou tard. J’imagine Freedman exigeante, je l’entends trépigner (2B2), je l’imagine pliée en deux, offerte corps et âme à la clarinette. La clarinette, parlons-en; comment lui inventer un autre espace, bousculer sa grâce naturelle? Lori Freedrnan l’a trés bien compris, qui d’une soudaine douceur caressante (Mais où est donc car ni or) en passant par les spasmes délurés de Pootwear For a Fish et autres coups de bec bien sentis de Slappyspazzgruy, lui cherche un avenir, un sentier moins balisé. Parfois la voix de Lori s’en mêle (All Good Children), parfois ce sont les microtonalités de Joe Maneri que la clarinettiste évoque (Sky Pool, Uglybeautétu), mais toujours, imperturbable, la musicienne poursuit sa course. Celle-ci est belle, cabossée, rigoureuse, exigeante. Je ne m’en lasse décidément pas.

Freedman lance des fusées, colères gardées et enfouies, qui n’auront d’autre choix que de surgir tôt ou tard.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.