actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Critique

EN, JazzoSphère, March 11, 2004

C’est dans les studios d’Avatar à Québec que fut réalisé ce nouvel opus de la pianiste canadienne Marilyn Lerner; dans les mêmes studios qui ont vu René Lussier créer Déboutonné (le deuxième fragment d’un bilan solitaire avec son instrument) selon des procédés de prise de son semblables. La technique: multiplier les oreilles. Plusieurs micros aux qualités sonores variables sont disposés dans divers lieux du studio, dans l’instrument ou dans des pièces adjacentes. La création du disque devient alors un processus à deux phases: la création de la musique, l’improvisation, et la création d’une écoute, la focalisation. Ce procédé, Glenn Gould ne l’aurait pas nié. Travaillant sur les textures, par l’amplification, sur le mouvement et le déplacement du lieu d’écoute et de ses caractéristiques acoustiques, Lerner fait aussi preuve, sur les seize plages de Luminance d’une intelligence de l’instrument, flottant sans brisure entre une connaissance évidente de la littérature contemporaine pour clavier et une improvisation sentie, héritée de créateurs originaux du piano jazz. Marilyn Lerner signe ici un disque très personnel sur lequel le procédé technique prend une certaine importance, mais ne sombre jamais dans le gadget, venant plutôt servir une musique qui s’écoute de différentes façons. Une grande pianiste nous raconte comment l’écouter, en quelque sorte.

… Lerner fait aussi preuve, sur les seize plages de Luminance d’une intelligence de l’instrument…