actuellecd

Têtes fortes 2004

François Couture, Ici Montréal, January 8, 2004

En 2003, le percussionniste d’origine sud-indienne Ganesh Anandan a attiré les regards. Lui qui s’activait dans l’ombre d’artistes «world» et de danseurs s’impose de plus en plus comme un improvisateur et un créateur. Deux disques, Imaginaria (un duo de percussions avec Patrick Graham) et Speaking in Tongues (en trio avec Rainer Wiens et Malcolm Goldstein), ont témoigné de ce regain d’activité en 2003. La nouvelle année sera-t-elle aussi chargée? «Je pense que oui!» pouffe-t-il au bout du fil, ravi. C’est qu’il prépare un spectacle solo pour février, qui sera présenté au Théâtre La Chapelle, dans une mise en scène de Guy Laramée, avec projections vidéo de Dominique Sicotte. «Ça s’appelle Ici et là-bas. C’est basé sur l’immigration. Toute la présentation est centrée sur le tambour sur cadre (frame drum) et je raconte entièrement en français.» Le projet promet de révéler l’originalité de cet artiste encore méconnu. Mais ce n’est pas tout. Un nouvel album avec Rainer Wiens, Up North, devrait paraître au printemps. Le duo ira à Vancouver en juillet, après quelques jours à Ulan Bator, Mongolie, où ils participeront à un festival de musique actuelle! «Wolfgang Stryi, le clarinettiste de l’Ensemble Modern, sera notre invité.» C’est qu’Anandan vient de terminer une collaboration avec le prestigieux ensemble allemand, qui avait invité quatre compositeurs d’origine indienne à soumettre de nouvelles œuvres. Le projet paraîtra sur disque en cours d’année. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg. Gardez l’œil ouvert; vous croiserez le nom de Ganesh Anandan à plusieurs reprises en 2004.