The New & Avant-garde Music Store

Le Noir compact

Éric Normand, Mouton Noir, December 1, 2003

Avec à leur tête (le poète) Frank Martel, ménestrel verbulateur, les hors-la-loi de L’Ouest Céleste sont de retour. Au programme: «chansons-comptines, rock poignard et pastiches country». La première formule est sans doute la plus heureuse pour décrire les quatorze (dont 12 ont moins de 3 minutes) courtes pièces qui composent Sautons ce repas de midi. On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage. M. Martel connaît bien l’art de la phrase, du jeu de mot et du non sens. En fait preuve le choix du nom de son groupe: L’Ouest céleste, référence ironique à la dynastie Martel? Les airs de Martel s’inspirent néanmoins des musiques américaines: folk, guitare surf, country, rock et blues autant que de la chanson. Afin de concocter ces petits univers pastichés, Martel s’adjoint les services de musiciens hors-pairs: Bernard Falaise (guitare, direction musicale), Michel F Côté (batterie) - que l’on retrouve aux côtés de Marie-Jo Thério et dans divers projets d’improvisation (Klaxon Gueule, Buire…) - et Éloi Déit (Urbain Desbois) à la basse. Malgré une voix au registre limité, Martel sait nous entraîner dans ses fantaisies ludiques avec des intonations qui, au passage, rappellent Claude Dubois, André Duchesne ou Faulkner. Musicalement difficile à étiqueter, Martel propose une chanson rock poético-absurde, une sorte de mélange risqué entre Thomas Jensen, Urbain Desbois, Sttella et Bobby Lapointe: plus maîtrisé et moins international que le premier, plus absurde que le second et moins barbu que le dernier.

On pourrait parler de chansons-boutades tellement les textes fonctionnent en emboîtements et évitent tout verbiage.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.