actuellecd

Critique

Eric Normand, JazzoSphère, March 1, 2003

Les amateurs de guitares peu conventionnelles ne pourront passer à côté de cette rencontre étonnante entre deux maîtres des cordes, spécialistes à la fois de l’improvisation libre et des musiques traditionnelles de l’Amérique: folk, country swing, bluegrass… Enregistré dans deux contextes bien différents: un concert «free» à Paris en 1998 et un second «avec quelques jours de préparation chez René» à Victoriaville en 2002 (Festival International Musique Actuelle Victoriaville), L’oasis tire avantage de ces deux facettes. À Paris, ils sont en liberté totale: bruitisme, textures et brisures viennent donner une réplique rugueuse et spontanée à la partie de plaisir du FIMAV. Les pièces tirées du concert de Victoriaville sont des reprises de thèmes country, blues, et folk que les deux guitaristes (Chadbourne joue aussi du banjo) prennent un plaisir fou à laisser déraper, rendant ces pièces simples tout à fait vertigineuses, les traitant avec un humour (et une certaine rudesse) qui transpire du plaisir qu’ils ont à jouer, en plus de se faire le témoin d’une connaissance profonde des musiques traditionnelles et de la culture américaine. Les guitares heureuses n’ont pas peur des gros sons de bois, ni de l’électricité: ça tape du pied, ça gratouille et ça crépite. L’humour et la maîtrise permettent aux deux virtuoses excentriques d’interpréter des musiques qui, tout en étant harmoniquement simples, peuvent être le tremplin d’une improvisation créative et originale. Ce disque en est la preuve.

Les guitares heureuses n’ont pas peur des gros sons de bois, ni de l’électricité: ça tape du pied, ça gratouille et ça crépite.