actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Aller au-devant

Réjean Beaucage, Voir, August 7, 2003

Jusqu’à tout récemment, Antoine Berthiaume était connu surtout des amateurs de jazz de Montréal. Catapulté à l’avant-scène par un disque enregistré avec deux grandes figures de la musique actuelle, il nous explique son parcours.

Antoine Berthiaume a 25 ans et joue de la guitare. Comme beaucoup de monde, sans doute. Cependant, celui-ci apparaît dans notre paysage musical avec un atout majeur en main: un disque enregistré avec deux grands maîtres de l’instrument, qui sont à la source de ce que l’on appelle communément la «musique actuelle», à savoir les Britanniques Derek Bailey et Fred Frith. J’ai discuté avec lui afin de connaître les origines de cette surprenante rencontre.

Ça commence assez simplement: «J’ai fini un DEC en guitare jazz il y a cinq ans, explique Berthiaume, puis, durant trois ans, j’ai essayé de jouer avec tout le monde à Montréal: le batteur Magella Cormier, le saxophoniste Rémi Bolduc; bref, j’ai évolué du côté du jazz jusqu’à ce que je rencontre le percussionniste Pierre Tanguay, qui est très à l’aise dans le jazz, mais qui m’a fait découvrir d’autres facettes de l’univers musical. Enfin, il y a eu une bourse qui m’a permis d’aller étudier quelque temps à New York, puis j’ai eu envie de revenir faire un bac en littérature et philosophie.» Mais à l’Université de Montréal, on a eu la bonne idée de diriger ce drôle d’oiseau vers la maîtrise en composition, où il a d’abord travaillé avec Michel Longtin avant d’aboutir dans la classe de Denis Gougeon. La pièce-titre du disque qui vient de paraître chez Ambiances Magnétiques, Soshin, a d’ailleurs été composée avec les conseils de ce dernier. «C’est un peu une étude de musique sérielle où je travaille à partir de 12 textures différentes, jumelées à 12 hauteurs de son et 12 nuances, du plus extrême pianissimo au triple forte. Ç’a été un travail de construction assez long, parce que nous avons enregistré chacun des sons séparément pour les monter par la suite.»

Mais comment s’expliquent les participations sur le disque de Derek Bailey et Fred Frith, des maîtres de la guitare et de l’improvisation qui ont largement contribué à ouvrir de nouvelles directions en musique depuis la fin des années 60? «Je ne le sais pas très bien! avoue Berthiaume. Dans le cas de Bailey, j’avais lu son livre Improvisation, et Pierre Tanguay m’en avait parlé, alors avec les sous restants de ma bourse d’études à New York, j’ai fait un détour par Londres en février 2001 pour le rencontrer. Nous avons seulement discuté, mais ça été pour moi un voyage extrêmement révélateur, et, de retour à Montréal, j’ai demandé une bourse pour y retourner et enregistrer quelque chose avec lui. Au début, il n’était pas question de sortir ça sur disque, mais au moment où j’ai décidé de le contacter pour lui demander la permission de le faire, il voulait m’écrire pour faire la même chose! Alors d’autres extraits de notre session d’improvisation se retrouvent sur son propre disque, Visitors Book (étiquette Incus). Dans le cas de Fred Frith, j’ai eu la chance de profiter d’un de ses passages à Montréal, durant lequel nous avons pu faire une session d’enregistrement. Le fait que j’aie déjà enregistré avec Bailey n’a certes pas été étranger à sa décision d’accepter de travailler avec un jeune guitariste inconnu!»

On pourra voir Antoine Berthiaume en duo avec un autre guitariste de haut vol, Tim Brady, lors d’un concert de la série Jusqu’aux oreilles. Ah oui, le titre du disque, Soshin, provient d’un proverbe japonais: Soshin o wasureru bekarazu ou, si vous préférez: «Dans votre pratique, n’oubliez jamais l’esprit et l’humilité du débutant.»

Soshin, provient d’un proverbe japonais: Soshin o wasureru bekarazu ou, si vous préférez: «Dans votre pratique, n’oubliez jamais l’esprit et l’humilité du débutant.»