actuellecd The New & Avant-garde Music Store

Guitare du futur

Anne-Marie Campbell, Voo, May 24, 2003

Vous êtes artiste en devenir? Imaginez l’opportunité de jouer dans un film avec Robert De Niro, ou bien de peindre aux côtés de Cézanne. C’est celle que vit présentement le jeune guitariste montréalais Antoine Berthiaume, qui sort cette semaine son tout premier album enregistré en collaboration avec deux légendes de la guitare électrique.

Soshin, sur l’étiquette de musique actuelle Ambiances Magnétiques, se veut une exploration des possibilités infinies de la guitare. Sur toutes les pistes sauf une, Berthiaume improvise en duo tour à tour avec les guitariste britanniques Derek Bailey et Fred Frith. Soshin est une présentation de la démarche artistique du jeune musicien, le dévoilement de l’apprentissage en improvisation qu’il entreprend depuis des années.

La musique actuelle, dite «free music» ou «instant music» dans le milieu, est l’aboutissement moderne des courants du jazz. Cette musique peut sembler dépourvue de sens et quelque peu cacophonique à première écoute. Pour l’oreille avertie, elle captive, obsède, et surtout elle fait vivre des émotions rebelles.

Les carrières des anglais Bailey et Frith s’étendent sur plusieurs décennies déjà. Musiciens de jazz connus en Angleterre, Bailey a enregistré plus de deux cents albums tous genres, et Frith enseigne aujourd’hui au prestigieux Mills College en Californie.

Bailey et Frith sont de grands innovateurs. Ils m’inspirent tant au plan musical que professionnel, ils sont tous deux généreux et humbles. Je n’étais donc pas nerveux lors des enregistrements» explique Berthiaume, lors d’une entrevue accordée à Voo. Malgré toute la fierté qu’Antoine Berthiaume ressent en collaborant avec deux grands musiciens, il affirme ne pas pouvoir s’enfler la tête. «Mes amis et ma famille ont aucune idée qui sont Bailey et Frith, les gens qui m’entourent ne sont pas impressionnés. Seules quelques personnes sont venues me féliciter» dit-il en souriant. À noter que la plupart des amis d’Antoine étudient à l’École Polytechnique.

À 25 ans, Berthiaume jouit déjà d’un horaire bien rempli. Il étudie présentement à l’Université de Montréal en composition de la musique contemporaine, sous la direction de Denis Gougeon. Il se donne en spectacle plusieurs fois par semaines avec diverses formations de jazz traditionnel. Et il y a Soshin. Berthiaume explique «J’aimerais pouvoir éventuellement n’avoir qu’un seul projet et y inclure tous les styles musicaux que j’affectionne. Mais pour l’instant, c’est noir ou c’est blanc.» Pour plusieurs, Antoine Berthiaume deviendra une importante figure de relève de la scène montréalaise. Malgré cela, il ne voit pas toujours la métropole en rose. «La culture du spectacle n’est pas aussi forte ici qu’elle ne l’est en Europe, par exemple. Il n’y a pas beaucoup d’engouement pour les nouvelles choses. Généralement, ce sont les mêmes visages dans tous les spectacles. Cette réalité est un peu triste, mais j’ai tout de même confiance.»

Antoine Berthiaume est un artiste intègre comme il en existe peu. Il est fidèle à sa complexité musicale et à son dévouement pour l’art véritable qui se retrouve dans la démarche et le travail intellectuel. Ses compositions souhaitent toujours innover, explorer et lutter contre le nivellement vers le bas. On comprend qu’il n’est pas toujours facile d’apprécier les compositions de Berthiaume. Pourtant il est certain qu’elles passionneront les adaptes du jazz nouveau.

Soshin… se veut une exploration des possibilités infinies de la guitare.