actuellecd

Portrait: Ipso Facto

Élian Mata, BavART, June 1, 2002

Un nom évocateur et imagé pour le premier album du groupe Ipso Facto. En janvier 2002, grâce à une subvention du Conseil des Arts du Canada ainsi qu’une bourse de la Fondation du Maire de Montréal pour la jeunesse, Ipso Facto concrétise un rêve: la production de leur premier enregistrement sonore. Il faut bien avouer que ce projet n’aurait pas vu le jour sans l’engouement et la volonté de ses protagonistes. Et dès la première écoute, l’essence et la complicité qui les animent sont vite palpables.

La spirale de l’escargot, premier opus du groupe, comporte 12 pièces instrumentales qui transporteront l’auditeur dans des univers tous plus étonnants les uns que les autres. Ayant puisé à la lisière de leur imaginaire, les quatre membres d’Ipso Facto offrent un voyage à travers la musique gitane endiablée au klezmer remanié en passant par le tango et le bluegrass ludique. Le guitariste David Bussières qui compose la majorité des pièces, a pu compter sur l’interprétation enthousiaste de la violoniste Chantal Bergeron, du contrebassiste Simon Dolan et du percussionniste Francis Roberge. Un premier album enivrant, rêveur et avec lequel l’auditeur découvrira une musique pure et loyale faite sans compromis.

À l’image de l’escargot qui poursuit son chemin tranquillement mais sûrement, l’écoute de l’album est un voyage agréable ponctué d’escales imagées et inspirées. Subtile et nomade, La spirale de l’escargot a un certain goût d’intemporalité ce qui fait de cet album un petit investissement que l’on appréciera encore dans 5 ou même 10 ans.

En profondeur

La musique d’Ipso Facto se veut avant tout une musique expressive. Inspiré à la fois par la sensibilité des compositeurs classiques, la liberté des jazzmen et la folie émouvante des musiques du monde, le quatuor se distingue par ses métissages uniques de rythmes latins, de mélodies gitanes et juives et d’improvisation jazz. Le groupe exploite au maximum le caractère acoustique qui prédomine dans leur instrumentation: cordes pincées, frottées, frappées, percussions des quatre coins du monde… Là où Ipso Facto se distingue, c’est dans la texture, la sonorité qu’ils ont savamment remaniée donnant ainsi une couleur riche et une saveur de modernité à leurs inspirations souvent classiques. Les quatre musiciens prennent un malin plaisir à naviguer à travers les genres en ayant réussi à se les approprier et à y donner leurs propres couleurs. Bref, en explorant les langages musicaux des différentes cultures, Ipso Facto a créé une nouvelle musique universelle.

Un peu d’histoire

Ipso Facto naît en 1996 du désir du jeune guitariste David Bussières, compte trois membres et se donne pour mission de donner vie à des compositions et des projets musicaux. Une chimie se crée rapidement entre les trois artistes et donne naissance à un désir de se produire en concert et d’aller ainsi jusqu’au bout de leurs ambitions.

Une participation au concours Cegeps en spectacle donne au trio l’opportunité de se produire en public pour la première fois. La formule simple et acoustique ainsi que la sonorité nouvelle du groupe exerce un engouement immédiat auprès des spectateurs. Pendant cette première prestation, on assistera aux premiers balbutiements de ce qui deviendra bientôt le groupe Ipso Facto. Cet engouement ne sera pas sans conséquences. En effet, le groupe se rendra jusqu’à la finale nationale du concours Cegeps en spectacle et sera le récipiendaire du stage de perfectionnement en France offert par l’OFQJ (Office franco-québécois pour la jeunesse). La réponse du public français face à la musique métissée, à l’ambiance intimiste et à l’interaction constante des trois musiciens incite le trio à poursuivre sa voie.

Le rapprochement qu’impose la convergence des idées artistiques au sein du groupe crée certains bouleversements. La rencontre d’un nouveau musicien ouvert aux mêmes passions que le trio intensifie la relation entre Ipso Facto et sa musique. Un choix s’impose: un nouveau contrebassiste prendra la place de l’ancien.

Les réalisations se multiplient, la musique semble avoir trouvé sa propre sonorité et les musiciens n’ont jamais été aussi proches les uns des autres. C’est donc en 1998 qu’Ipso Facto en est à sa version définitive et s’apprête à plonger au cœur du milieu artistique.

En octobre 1998, le nouveau trio fait une performance à l’émission Le plaisir croît avec l’usage, diffusée à Télé-Québec. Cette participation sera un élément clé pour la visibilité du groupe. S’en suivront plusieurs performances autant sous forme de concert que sous forme de divertissement. Ipso Facto a en effet cultivé une polyvalence qui en fait un groupe aux multiples facettes.

En octobre 2000, Ipso Facto croise un percussionniste talentueux, créatif et dynamique. Quelques répétitions et quelques spectacles plus tard, Ipso Facto devient officiellement un quatuor. Une énergie supplémentaire alimente alors la fougue du trio, si bien que tous deviennent de vrais bêtes de scène.

Dans l’avenir

Ipso Facto qui aime le contact immédiat avec son public, espère jouer souvent sur scène et ainsi acquérir une certaine renommée montréalaise.

Effectuer une tournée nationale ou internationale est un projet qu’Ipso Facto envisage et affectionne particulièrement. Le quatuor aime croire que rien n’est impossible.

Récapitulatif

Toujours en évolution, rien n’est acquis ni figé pour Ipso Facto, l’exploration de nouveaux horizons, de nouvelles sonorités est un domaine où ils excellent. La polyvalence dont ces musiciens jouissent, leur permet de s’aventurer toujours un peu plus loin et ce, pour le plus grand bien de leur musique.

Pour goûter aux plaisirs de l’escargot, rien ne sert de courir, présentez-vous chez votre disquaire, il devrait s’y trouver!

… dès la première écoute, l’essence et la complicité qui les animent sont vite palpable.