actuellecd

Critique

Catherine Perrey, Ici Montréal, March 9, 2000

Danielle Palardy Roger est percussionniste et Joëlle Léandre, contrebassiste, et toutes deux sont d’inclassables solitaires vouées à la musique improvisée. À première vue, tout cela pourrait paraître bien austère. Un dialogue contrebasse-percussion n’a rien de très bandant en soi. Mais ces filles savent aussi que pour bien tricoter, il faut faire plus que jouer à une maille à l’endroit, une maille à l’envers et embrouiller savamment les fils. Léandre, qui a promené sa basse sur la terre entière, a fait de son instrument un véritable prolongement de sa personne et sait de toute évidence en tirer quelque chose. Le résultat est énergique et donne un exemple éloquent de ce que peut provoquer la rencontre réussie entre deux personnalités musicales franches. 8/10

Le résultat est énergique et donne un exemple éloquent de ce que peut provoquer la rencontre réussie entre deux personnalités musicales franches.