actuellecd

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 71, January 1, 2001

Première rencontre? Rien ne nous l’indique, si ce n’est cette force des premières fois, tellement perceptible ici. À Joëlle la terre, l’enracinement, le terreau constructif. À Danielle la fausse fragilité, la légèreté céleste. L’une navigue entre jazz affranchi, improvisation radicale et musique contemporaine. L’autre surfe entre rock d’avant-garde, musique improvisée et conte musicale. L’une est autodidacte, l’autre pas. L’une voyage beaucoup, l’autre moins. Mais de cela, l’auditeur n’a cure et il a raison. Pas de spectaculaire ici mais de la présence avant tout. L’archet rapide, les balais tournoient, Joëlle cite un clair de lune, un chant tribal indien surgit, l’imprévue s’invite, ce vieil inattendue est encore au rendez-vous. C’est l’histoire des rencontres, des combats menés contre vents et marées. C’est l’histoire des décalages horaires, des fatigues et des courbatures. C’est l’histoire d’une musique (et de ces musiciens) qu’aucun marchand ne pourra jamais pervertir. C’est la rencontre de deux musiciennes qui jouent et tissent ensemble. Nous en sommes ici les témoins privilégiés.

A Joëlle la terre, l’enracinement, le terreau constructif. A Danielle la fausse fragilité, la légèreté céleste.