The New & Avant-garde Music Store

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no. 67, July 1, 2000

Un certain genre… Pour apprécier a leur juste valeur cet enregistrement, il faut avoir le goût vicié de l’emportement, même artifciel, et de cette improvisation où le rock s’est si bien perdu qu’il ne subsiste plus qu’à l’état de braise, ardeur décharnée qui tient encore debout, qui éclate et grésille. Avant-core, comme ils disent. Sur tout leur premier disque, les canadiens de Klaxon Gueule n’en peuvent mais: la guitare, la basse et la batterie s’ameutent, se déchirent, se ruinent, sous couvert des intitulés les plus bénins (Aptitude géométrique innée, Comité des locataires ou encore Votre fls se porte bien), et comme si l’énergie libérée, renversée ne pouvait conduire qu’à l’éjection. De cette exchaustion, il est cependant possible de tirer un parti. Lorsque Christopher Cauley (que l’on a pu entendre avec William Parker ou Glenn Spearman) prend la parole sur le second disque, le trio devient véritablemeni un quartette et la débandade antérieure se resserre et s’organise librement autour de la verve très colemanienne du saxophoniste: saillies sans arrêt remises sur un tapis volant et dérangées, sens aigu et contradictoire de la relance qui noue parfois la guitare à l’alto.

… la guitare, la basse et la batterie s’ameutent, se déchirent, se ruinent…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.