The New & Avant-garde Music Store

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, April 14, 1998

Jean Derome touche à tout. Des côtés vieux swing de son Je me souviens — Hommage à Georges Perec aux dissonances de Nous perçons les oreilles, Derome surprend souvent, tout en demeurant égal à lui-même. Son amour de la musique n’a d’égal que celui qu’il entretient aussi pour la littérature et le théâtre. De 1990 à 1992, il réunissait tout cela en tâtant surtout de la musique de scène. 3 musiques pour UBU est un album double qui regroupe trois œuvres écrites pendant cette période pour le Théâtre UBU de Denis Marleau.

Le premier disque présente Cantate Grise (50 minutes). Cette musique est inspirée de l’œuvre complète de Samuel Beckett et se veut un hommage à cet auteur. Pièce à l’écriture à la fois dépouillée et exubérante, réflétant bien le minimalisme parfois verbeux de Beckett (non, ce n’est pas contradictoire!), Cantate Grise est intimiste et introspective. On y trouve Jean Derome, bien sûr, mais aussi Allan Laforest (flûtes baroque et autres) Shannon Peet (basson), Chantal Rémillard (violon baroque et moderne), Alain Trudel (trombone, etc. ) et plusieurs voix. Il s’agit de l’œuvre de Derome se rapprochant le plus de la musique de chambre. Intéressant, bien que comprenant certaines longueurs.

Le second disque contient deux œuvres d’environ 30 minutes chacune. On trouve d’abord Les UBS, une musique pour fanfare de 6 musiciens et choeur des comédiens. Il s’agit d’un clin d’oeil à Alfred Jarry et à toute la pataphysique. Plusieurs textes de Jarry servent de canevas à des chansons fanfaronesques (à la fois fanfares et bouffonnes). Beaucoup plus légère que Cantate Grise, Les UBS décontenance par sa simplicité et son humour absurde. On y trouve Allan Laforest (flûtes), Carol Bergeron (percussions), Ivanhoe Jollicoeur (trompette et flugelhorn), Stéphane Jalbert (clarinettes), Jean-Denis Levasseur (clarinette, sax) et Jean Sabourin (sousaphone).

La dernière pièce s’intitule Luna-Park et gravite autour des années d’ébullition sociale et artistique d’avant la révolution russe. Il s’agit de l’effort le plus intéressant de Derome dans le domaine de la musique de scène. Complexe, évocatrice, vibrante et nouvelle, la musique de Luna-Park met en scène pour la première fois le trio des Patenteux du Québec (Jean Derome, René Lussier et Pierre Tanguay sur différents instruments inventés et modifiés) auquel s’ajoutent Allan Laforest, Jean-Denis Levasseur, Jean Sabourin, Allyson Lyne (violon) et Pierre Olivier (synthétiseur). Une ode à l’invention et au renouveau, Luna-Park est le point d’intérêt principal de ce disque.

En conclusion, il s’agit d’un disque qui plaira grandement aux amateurs de musique de scène et un bon complément à La Bête, l’effort précédent de Derome dans ce domaine. Néanmoins, 3 musiques pour UBU n’est pas un essentiel de la discographie de ce grand musicien. Plutôt un agréable complément.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.